Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Aphasie

Par

Juebin Huang

, MD, PhD, Memory Impairment and Neurodegenerative Dementia (MIND) Center, University of Mississippi Medical Center

Dernière révision totale févr. 2019| Dernière modification du contenu févr. 2019
Cliquez ici pour la version professionnelle
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Ressources liées au sujet

L’aphasie est une perte partielle ou complète de la capacité à s’exprimer ou comprendre le langage écrit et parlé. Elle provient de la lésion des aires du cerveau qui contrôlent le langage.

  • Les personnes peuvent avoir des difficultés à lire, écrire, parler, comprendre ou répéter une langue.

  • Les médecins peuvent en général identifier les problèmes en posant des questions aux personnes.

  • Des examens d’imagerie, comme une tomodensitométrie (TDM) ou une imagerie par résonance magnétique (IRM), sont réalisés.

  • L’orthophonie peut aider de nombreuses personnes atteintes d’aphasie.

Chez les personnes droitières et environ deux tiers des personnes gauchères, la fonction du langage est contrôlée par la moitié gauche du cerveau (hémisphère cérébral gauche). Chez le tiers restant des personnes gauchères, la majorité de la fonction du langage est contrôlée par la moitié droite. Chez la plupart des personnes, la fonction du langage est donc contrôlée par les aires cérébrales suivantes :

  • Partie du lobe frontal gauche appelée aire de Broca

  • Partie du lobe temporal gauche appelée aire de Wernicke

  • La partie postérieure inférieure du lobe pariétal gauche (près de l’aire de Wernicke)

  • Les connexions entre ces aires

Des lésions à une quelconque partie de ces aires interfèrent avec au moins certains aspects de la fonction du langage. En général, l’écriture et la parole sont touchées de la même façon.

Causes

L’aphasie découle généralement de troubles qui n’entraînent pas de lésion progressive, tels que :

Chez ces personnes, l’aphasie ne s’aggrave pas.

Mais si elle est induite par un trouble progressif (comme une tumeur cérébrale grossissante), l’aphasie peut progressivement s’aggraver. Lorsque la tumeur grossit, elle peut créer une pression supplémentaire sur les régions du cerveau qui contrôlent la fonction du langage et perturbent encore plus la capacité à s’exprimer et à comprendre le langage. Certains types de démence peuvent aussi provoquer une aphasie qui s’aggrave progressivement.

Les personnes atteintes d’aphasie ont des difficultés à s’exprimer et à comprendre le langage. Mais la nature et le degré de la difficulté varient. Cette diversité reflète la complexité de la fonction du langage.

Types

Il existe deux types principaux d’aphasie :

  • L’aphasie (réceptive) de Wernicke : En cas de lésion de l’aire de Wernicke, les personnes ont des difficultés à comprendre le langage écrit et parlé. Elles parlent en général parfaitement et à un rythme naturel, mais les phrases sont des chaînes de mots confuses (salade de mots). Elles peuvent ne pas savoir que leurs propos sont insensés. La plupart des personnes touchées ne peuvent également pas lire. Elles écrivent comme elles parlent, de façon fluide mais incompréhensible.

  • Aphasie (expressive) de Broca : En cas de lésion de l’aire de Broca, les personnes peuvent en général comprendre le sens des mots et savoir comment répondre. Cependant, elles ont des difficultés à trouver les mots. Elles rencontrent des difficultés à s’exprimer, parlent très lentement, tout en faisant de grands efforts, et s’interrompent parfois en jurant, mais pensent que ce qu’elles disent a un sens. Le rythme normal et l’emphase de la parole sont également absents. Elles ont du mal à répéter des phrases. La plupart des personnes touchées ne peuvent également pas écrire.

Lorsque des zones spécifiques du cerveau sont lésées

Différentes zones du cerveau contrôlent des fonctions spécifiques. Par conséquent, l’endroit de la lésion cérébrale détermine la fonction que le cerveau a perdue.

Lorsque des zones spécifiques du cerveau sont lésées

L’aphasie peut également impliquer :

  • Perte de la capacité à comprendre les mots écrits (alexie)

  • Perte de la capacité à se souvenir ou prononcer les noms des objets (anomie) : Certaines personnes atteintes d’anomie ne peuvent pas du tout se souvenir du mot juste. D’autres ont un mot en tête, mais ne peuvent pas le dire. Les personnes atteintes d’anomie ont tendance à parler sans difficulté, mais utilisent des expressions incompréhensibles ou disent ce qu’elles veulent dire de manière détournée. La plupart des personnes atteintes d’aphasie présentent une anomie. Ce type d’aphasie est appelée aphasie anomique.

  • Perte de la capacité à répéter des mots, des expressions ou des phrases (aphasie de conduction) : Les personnes atteintes d’aphasie ne peuvent pas répéter ce qu’elles entendent. Elles utilisent souvent le mauvais mot ou utilisent des combinaisons de mots qui ne veulent rien dire. Elles peuvent parler de façon fluide, mais elles ne peuvent pas nommer les objets (anomie).

  • Perte de presque toutes les capacités à comprendre, parler ou écrire une langue (aphasie globale) : L’aphasie totale se produit en cas de lésions des lobes temporaux et frontaux gauches (notamment les zones de Broca et de Wernicke). Les personnes peuvent demeurer capables de proférer des invectives, car l’hémisphère cérébral droit, qui joue un rôle dominant dans le contrôle des émotions, n’est pas lésé.

La plupart des personnes atteintes d’aphasie souffrent de plus d’un type d’aphasie, bien qu’un type soit souvent plus grave que les autres. La plupart des personnes qui sont atteintes d’aphasie expressive ou réceptive souffrent des deux au même degré. Cependant, les types d’aphasie se chevauchent beaucoup. Les médecins ont donc tendance à décrire les problèmes spécifiques que présente une personne en plus d’identifier le type d’aphasie.

Diagnostic

  • Examen clinique

  • Tests normalisés de la fonction cérébrale

  • Examens d’imagerie, comme une tomodensitométrie ou une imagerie par résonance magnétique

En général, les médecins peuvent identifier une aphasie en parlant avec la personne et en lui posant quelques questions. Cependant, ils ont besoin de s’assurer que les problèmes apparents de langage ne sont pas provoqués par des problèmes d’audition ou de vision ou par des problèmes musculaires ou nerveux qui touchent la parole, l’écriture, y compris une dysarthrie. La dysarthrie est un problème d’élocution, qui touche les nerfs et les muscles qui contrôlent la capacité à parler, la capacité à prononcer physiquement des sons et des mots. L’aphasie est un trouble du langage, indiquant un problème cérébral, et touche la compréhension, la pensée et la capacité à trouver le mot juste.

Les médecins évaluent la fluidité d’élocution des personnes, si la prise de parole est difficile et si les personnes ont des difficultés à trouver les mots, à nommer des objets et à répéter des phrases. Les médecins peuvent également vérifier la compréhension des personnes, par exemple, si elles peuvent comprendre et exécuter un ordre. Il est demandé aux personnes d’écrire et de parler à voix haute.

Tableau
icon

Examen d’une personne atteinte d’aphasie

Quel type d’aphasie

Qu’est-ce que la personne a des difficultés à faire

Qu’est-ce que le médecin peut demander

Comment une personne atteinte d’aphasie peut répondre*

Aphasie de Broca

Les réponses aux questions sont données en hésitant, mais sont pertinentes.

« Et quelle est cette image ? » (un chien qui aboie)

« Ch—ch—ch—chn, euh, non...m-m... mince...an-an-animal, oui, oui, animal, animal, animal...b—b—...fait du bruit. »

Aphasie de Wernicke

Les réponses aux questions sont parfaitement données, mais n’ont pas de sens.

« Comment ça va aujourd’hui ? »

« Quand ? Facile par ma rivière de couler des coffrets noirs H lorsque des idiots viennent. »

Aphasie de conduction

Les mots, les expressions et les phrases dites ou écrites par d’autres ne peuvent pas être répétés, et les personnes utilisent souvent des mots incorrects, bien qu’elles parlent parfaitement.

Veuillez répéter ce qui suit : « Pas de si ni de mais. »

« Pas si ni mais. »

Anomie

Difficulté à nommer les objets.

« Qu’est-ce que c’est ? » (Indiquer le revers de la veste, l’aiguille d’une montre ou un stylo.)

« Ça se porte, une chose pour mesurer le temps, ça sert à écrire ».

* Les médecins peuvent en général identifier le type d’aphasie selon la manière dont répondent les personnes à quelques questions. Les réponses énumérées sont typiques des personnes qui souffrent d’un type spécifique d’aphasie.

Des examens standardisés de la fonction cérébrale (test neuropsychologique) peuvent être réalisés par un neuropsychologue ou un orthophoniste. Ils peuvent aider les médecins à identifier une aphasie qui provoque uniquement des symptômes subtils. Ces examens aident également les médecins à planifier un traitement et déterminer la probabilité de rétablissement.

Des examens d’imagerie, comme une tomodensitométrie (TDM) ou une imagerie par résonance magnétique (IRM), sont réalisés pour trouver quel type de lésion cérébrale a provoqué l’aphasie. D’autres examens peuvent être réalisés selon la cause suspectée.

Pronostic

Le rétablissement est influencé par les circonstances suivantes :

  • La cause, la taille et la localisation de la lésion

  • Le degré de perturbation du langage

  • La réponse au traitement

  • Dans une moindre mesure, l’âge, l’éducation et l’état de santé général de la personne

Les enfants de moins de 8 ans récupèrent souvent la capacité à utiliser le langage, même lorsque le cerveau a été sévèrement endommagé. La plupart du temps, les personnes de plus de 8 ans se rétablissent dans les 3 premiers mois, mais leur état peut continuer à s’améliorer dans une certaine mesure jusqu’à un an plus tard.

Traitement

  • Traitement de la cause

  • Orthophonie

  • Utilisation de dispositifs de communication

Le traitement de certaines causes d’aphasie peut être très efficace. Par exemple, si une tumeur provoque un œdème cérébral, des corticoïdes peuvent réduire l’œdème et améliorer la fonction du langage. L’aphasie due à certaines autres causes (comme un AVC) peut diminuer plus lentement ou seulement partiellement lorsqu’elle est traitée.

Des orthophonistes peuvent aider les personnes qui présentent une aphasie après une lésion cérébrale due à des troubles qui ne provoquent pas de lésion progressive. Les séances commencent généralement dès que les personnes sont capables de participer. Plus la thérapie commence tôt, plus elle est efficace, mais elle est utile, même lorsqu’elle commence tardivement.

Si les personnes atteintes d’aphasie ne récupèrent pas des compétences linguistiques de base, elles sont capables de communiquer en utilisant un livre ou un dispositif de communication, comme un tableau avec des images ou des symboles de mots souvent utilisés ou un dispositif sur ordinateur avec un clavier et un affichage de messages.

Les membres de la famille et d’autres personnes qui s’occupent des personnes atteintes d’aphasie peuvent devenir frustrés. Il faut se souvenir que l’aphasie est un trouble physique et qu’une personne a peu de contrôle sur celui-ci.

REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Sclérose latérale amyotrophique (SLA)
Vidéo
Sclérose latérale amyotrophique (SLA)
Tous les mouvements volontaires du corps sont contrôlés par le cerveau. Les cellules nerveuses...
Modèles 3D
Tout afficher
Artères du cerveau
Modèle 3D
Artères du cerveau

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE