Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Myoclonie

Par

Hector A. Gonzalez-Usigli

, MD, HE UMAE Centro Médico Nacional de Occidente

Dernière révision totale févr. 2019| Dernière modification du contenu févr. 2019
Cliquez ici pour la version professionnelle
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Ressources liées au sujet

Les myoclonies sont caractérisées par des contractions rapides et brutales d’un muscle ou d’un groupe musculaire.

  • La myoclonie peut apparaître normalement, mais elle peut être due à un trouble, tel qu’une insuffisance hépatique, un traumatisme crânien, un faible taux de sucre dans le sang ou une maladie de Parkinson, ou bien à certains médicaments ou drogues.

  • Les muscles peuvent se contracter rapidement ou lentement, et les mouvements saccadés peuvent être rythmiques ou non.

  • Les médecins diagnostiquent une myoclonie en se basant sur les symptômes et en réalisant des analyses de sang et/ou une imagerie par résonance magnétique pour identifier la cause.

  • La cause de la myoclonie est corrigée si possible, mais si cela n’est pas possible, certains anticonvulsivants ou le clonazépam (sédatif léger) peuvent atténuer les symptômes.

Ce trouble du mouvement peut ne toucher qu’une main, les muscles des membres supérieurs ou inférieurs, ou certains muscles faciaux. Il peut également toucher de nombreux muscles à la fois.

Causes

Les myoclonies peuvent se produire normalement, souvent lorsqu’une personne est en train de s’endormir. Par exemple, tandis que les personnes s’assoupissent, elles peuvent avoir des soubresauts alors qu’elles sont encore éveillées (comme si elles sursautaient), ou les muscles d’une partie du corps peuvent se contracter.

Toutefois, dans certains cas, les myoclonies peuvent résulter d’un trouble, comme :

Une myoclonie peut se déclarer après la prise de fortes doses de certains médicaments, comme :

  • Antihistaminiques

  • Certains antidépresseurs (comme l’amitriptyline)

  • Certains antibiotiques (comme la pénicilline et les céphalosporines)

  • Bismuth

  • Lévodopa (utilisée dans la maladie de Parkinson)

  • Opioïdes (antidouleurs narcotiques)

Symptômes

Les myoclonies peuvent être modérées ou graves. Les muscles peuvent se contracter rapidement ou lentement, rythmiquement ou pas. Les myoclonies peuvent se produire une fois de temps en temps ou fréquemment. Elles peuvent se produire spontanément ou être déclenchées par un stimulus, par exemple un bruit soudain, la lumière ou un mouvement. Par exemple, tendre la main vers un objet ou faire un pas peut provoquer des spasmes qui perturbent le mouvement. Dans la maladie de Creutzfeldt-Jakob (une maladie dégénérative rare du cerveau), les myoclonies deviennent plus évidentes lorsque les personnes sont prises par surprise.

Si les myoclonies sont dues à un trouble du métabolisme, elles peuvent persister et affecter les muscles de l’ensemble du corps, ce qui conduit parfois à des crises convulsives.

Le saviez-vous ?

  • Certains types de myoclonies, comme les spasmes musculaires rapides d’une personne qui s’endort, sont normales.

Diagnostic

  • Examen clinique

  • Analyses de sang et, parfois, autres examens destinés à identifier la cause

Le diagnostic de myoclonie s’appuie sur les symptômes.

Des examens sont généralement réalisés pour identifier la cause :

  • Des analyses de sang sont généralement effectuées pour vérifier les fonctions rénale et hépatique et pour mesurer le taux de sucre, de calcium, de magnésium ou de sodium dans le sang. Des taux anormaux de ces substances peuvent indiquer que la cause est une maladie métabolique.

  • Une imagerie par résonance magnétique peut être effectuée pour vérifier si le cerveau présente des anomalies, comme celles que l’on retrouve dans la maladie d’Alzheimer ou la maladie de Creutzfeldt-Jakob.

  • Une électroencéphalographie peut être réalisée pour dépister une myoclonie chez les personnes présentant des troubles convulsifs.

Traitement

  • Correction de la cause, si possible

  • Médicaments destinés à réduire les symptômes

Si possible, la cause de la myoclonie est traitée. Par exemple, les traitements qui peuvent provoquer les myoclonies sont interrompus. Un taux de glycémie bas ou élevé est corrigé, et une insuffisance rénale est traitée par hémodialyse.

Si la cause ne peut pas être corrigée, certains anticonvulsivants (comme le valproate et le lévétiracétam) ou du clonazépam (sédatif léger) peuvent atténuer les symptômes.

Le 5-hydroxytryptophane (5-HTP) peut aider les personnes atteintes de certains types de myoclonies qui ne répondent pas à d’autres traitements.

Médicaments mentionnés dans cet article

Nom générique Sélectionner les dénominations commerciales
No US brand name
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Ponction lombaire
Vidéo
Ponction lombaire
La moelle épinière est un faisceau de nerfs allant de la base du cerveau jusqu’au bas du dos...
Modèles 3D
Tout afficher
Angioplastie avec pose de stent
Modèle 3D
Angioplastie avec pose de stent

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE