Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Rétrécissement des canaux biliaires à cause du SIDA

Par

Ali A. Siddiqui

, MD, Thomas Jefferson University

Dernière révision totale nov. 2018| Dernière modification du contenu nov. 2018
Cliquez ici pour la version professionnelle
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle

Les personnes atteintes du SIDA ont tendance à développer certaines infections inhabituelles parce que leur système immunitaire est affaibli. Elles sont appelées infections opportunistes car elles profitent de la faiblesse du système immunitaire. Ces infections peuvent entraîner un rétrécissement des canaux biliaires, un trouble appelé cholangiopathie du SIDA. Habituellement, les canaux finissent par devenir enflammés et développer un tissu cicatriciel.

Avant l’utilisation répandue de médicaments pour traiter l’infection au VIH (thérapies antirétrovirales), la cholangiopathie du SIDA se développait chez environ un quart des personnes atteintes de SIDA.

Ce trouble cause des douleurs dans les parties supérieures droite et centrale de l’abdomen. Si l’infection affecte l’intestin grêle, les personnes ont aussi de la diarrhée. Quelques personnes ont de la fièvre et une jaunisse (coloration anormale jaunâtre de la peau et des sclérotiques).

Diagnostic

  • Cholangiopancréatographie rétrograde endoscopique (CPRE) ou échographie

Une CPRE peut être réalisée pour confirmer le diagnostic, parce que cela permet aux médecins de prélever un échantillon du tissu infecté pour l’examiner au microscope. Ils peuvent alors identifier le micro-organisme responsable de l’infection. Pendant une CPRE, les médecins peuvent aussi élargir (dilater) les canaux biliaires rétrécis et soulager ainsi les symptômes.

Pour la CPRE, on introduit une sonde souple à fibres optiques (endoscope) munie d’accessoires d’instrumentation chirurgicale dans la bouche, à travers l’œsophage et l’estomac, jusqu’à l’intestin grêle ( Comprendre la cholangiopancréatographie rétrograde endoscopique). Un mince cathéter est enfilé dans l’endoscope, à travers le muscle en forme d’anneau entre la jonction du canal cholédoque et du canal pancréatique et l’intestin grêle (sphincter d’Oddi), et jusque dans le canal cholédoque. Un produit de contraste radio-opaque, visible sur les radiographies, est alors injecté par le cathéter dans les voies biliaires et on effectue des radiographies pour rechercher d’éventuelles anomalies.

Autrement, on peut réaliser une échographie pour aider à confirmer le diagnostic. Cette procédure est moins invasive et elle est très précise.

En général, des analyses de sang pour déterminer si le foie fonctionne bien ou s’il est endommagé (bilan hépatique) sont également réalisées. Les résultats peuvent confirmer le diagnostic.

Traitement

  • Chirurgie

  • Médicaments antimicrobiens

Pendant la CPRE, un instrument chirurgical est enfilé dans l’endoscope et utilisé pour couper le sphincter d’Oddi, une intervention appelée sphinctérotomie endoscopique. En sectionnant le sphincter d’Oddi, on permet à la bile de passer dans l’intestin grêle. Cette intervention aide à soulager la douleur, la jaunisse et l’inflammation. Si seulement une partie d’un canal est rétrécie, on peut faire passer un tube dans l’endoscope et le placer à l’endroit affecté afin de l’élargir.

On administre des médicaments antimicrobiens pour traiter l’infection.

Informations supplémentaires

REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Présentation de l’hépatite auto-immune
Vidéo
Présentation de l’hépatite auto-immune
Modèles 3D
Tout afficher
Cirrhose du foie
Modèle 3D
Cirrhose du foie

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE