Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Goitre non toxique simple

(Goitre ; Goitre euthyroïdien)

Par

Jerome M. Hershman

, MD, MS, David Geffen School of Medicine at UCLA

Dernière révision totale août 2019| Dernière modification du contenu août 2019
Cliquez ici pour la version professionnelle
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Ressources liées au sujet

Le goitre non toxique simple est une augmentation non cancéreuse du volume de la thyroïde.

  • Cette augmentation est due à une carence en iode dans l’alimentation ou à l’ingestion de certaines substances ou de certains médicaments.

  • Elle est souvent asymptomatique.

  • Pour apprécier le bon fonctionnement de la thyroïde, les médecins peuvent réaliser des analyses de sang.

  • Ils peuvent traiter la cause de l’augmentation de volume, mais doivent parfois avoir recours à la chirurgie pour retirer une partie de la thyroïde hypertrophiée.

Le mot « goitre » est parfois utilisé pour décrire toute forme d’hypertrophie de la thyroïde (par exemple, une hypertrophie provoquée par une inflammation ou un cancer). Le goitre non toxique simple est une forme spécifique d’hypertrophie non cancéreuse.

La cause de goitre non toxique la plus fréquente dans la plupart des régions du monde est

  • Une alimentation qui ne contient pas suffisamment d’iode (carence en iode)

La thyroïde utilise l’iode pour la synthèse des hormones thyroïdiennes. Lorsqu’il n’y a pas suffisamment d’iode, le volume de la thyroïde augmente pour tenter de compenser. Cependant, aux États-Unis et en Europe, la plupart des sels de table sont enrichis en iode ; la carence en iode n’est donc pas une cause fréquente de goitre.

Les autres causes de goitre non toxique simple incluent

  • L’utilisation de certains médicaments (tels que amiodarone ou lithium)

  • La consommation de certains aliments dans des quantités anormalement importantes (tels que manioc, brocoli, chou-fleur et chou).

Un goitre temporaire peut parfois se former pendant la puberté, la grossesse ou la ménopause.

Chez les personnes qui ont un goitre non toxique simple, la thyroïde sécrète des quantités normales d’hormones thyroïdiennes, ce qui fait qu’elles ne souffrent pas d’hypoactivité de la thyroïde (hypothyroïdie) ou d’hyperactivité de la thyroïde (hyperthyroïdie).

Symptômes

Les personnes remarquent généralement un gonflement à la base du cou sans aucun autre symptôme. Parfois, le goitre appuie sur les tissus adjacents et provoque une toux, une voix rauque ou des difficultés à respirer ou à déglutir. Chez les personnes souffrant de thyroïdite subaiguë, la glande est généralement douloureuse et sensible au toucher.

Diagnostic

  • Dosage des hormones thyroïdiennes

  • Échographie et scintigraphie thyroïdienne

Pour apprécier le bon fonctionnement de la thyroïde, les médecins effectuent généralement des analyses de sang (tests de la fonction thyroïdienne). Ils mesurent les taux sanguins d’hormones thyroïdiennes : thyroxine (T4, ou tétraiodothyronine), triiodothyronine (T3) et thyréostimuline (TSH). Les médecins recherchent parfois également la présence d’anticorps qui attaquent la thyroïde (anticorps anti-thyroïde) dans le sang, qui sont des signes de réaction immunitaire contre la thyroïde et provoquent une inflammation.

Ils réalisent un test de captation de l’iode radioactif et une scintigraphie thyroïdienne. Pour ces examens, les personnes ingèrent (ou reçoivent en injection) une petite quantité d’iode radioactif. L’iode radioactif se concentre dans la thyroïde. Un scanner peut détecter la quantité d’iode captée par la glande et une caméra gamma (qui détecte les radiations) produit une image de la thyroïde. Ces examens montrent d’éventuelles anomalies physiques dans la glande, qui peuvent suggérer une maladie de Graves-Basedow, des nodules thyroïdiens ou une thyroïdite.

Les médecins réalisent une échographie, qui utilise des ultrasons pour créer une image de la thyroïde, afin d’identifier d’éventuels nodules qui pourraient être cancéreux.

Traitement

  • Parfois, suppléments d’iode

  • Parfois, traitement substitutif par hormones thyroïdiennes

  • Parfois, chirurgie

Le traitement dépend de la taille et de la cause du goitre.

Dans les régions déficitaires en iode, les habitants reçoivent une supplémentation en iode. L’iode peut être ajouté au sel, à l’eau ou aux cultures pour éliminer les carences en iode dans la région. Les personnes doivent cesser de consommer des aliments qui inhibent la synthèse des hormones thyroïdiennes.

Lorsque l’alimentation n’est pas en cause, certaines personnes peuvent recevoir un traitement substitutif par hormones thyroïdiennes avec de la lévothyroxine. Ce médicament bloque la production de thyréostimuline et peut rétrécir le goitre.

Les personnes qui ont un goitre très important peuvent nécessiter une intervention chirurgicale pour retirer une partie de la thyroïde ou un traitement par iode radioactif afin de rétrécir suffisamment la glande pour éviter les interférences avec la respiration ou la déglutition ou pour corriger les problèmes cosmétiques.

Médicaments mentionnés dans cet article

Nom générique Sélectionner les dénominations commerciales
CORDARONE
LITHOBID
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Administration d’insuline
Vidéo
Administration d’insuline
Le diabète est une maladie qui se développe en raison de taux élevés de glucose, ou sucre...
Modèles 3D
Tout afficher
Mode d’action de l’insuline
Modèle 3D
Mode d’action de l’insuline

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE