Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Présentation de la thyroïde

Par

Jerome M. Hershman

, MD, MS, David Geffen School of Medicine at UCLA

Dernière révision totale août 2019| Dernière modification du contenu août 2019
Cliquez ici pour la version professionnelle
Les faits en bref
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Ressources liées au sujet

La thyroïde est une petite glande d’environ 5 cm de diamètre située sous la peau du cou et au-dessous de la pomme d’Adam. Les deux moitiés (lobes) de la glande sont connectées par une partie centrale (appelée isthme) qui confère à la thyroïde la forme d’un papillon. Normalement, la thyroïde ne se voit pas et peut être à peine palpée. Si elle augmente de taille, les médecins peuvent la sentir aisément à la palpation ou la voir sous forme d’une masse proéminente au-dessous ou sur les côtés de la pomme d’Adam.

La thyroïde sécrète les hormones thyroïdiennes qui contrôlent la vitesse des fonctions chimiques de l’organisme (métabolisme de base). Les hormones thyroïdiennes influencent le métabolisme de base de deux façons :

  • En stimulant presque tous les tissus de l’organisme pour produire des protéines

  • En augmentant la quantité d’oxygène utilisée par les cellules

Les hormones thyroïdiennes affectent de nombreuses fonctions vitales de l’organisme, comme la fréquence cardiaque, la vitesse à laquelle les calories sont brûlées, l’intégrité de la peau, la croissance, la production de chaleur, la fertilité et la digestion.

Localisation de la thyroïde

Localisation de la thyroïde

Pleins feux sur le vieillissement : Modifications de la thyroïde chez les personnes âgées

Le vieillissement n’a qu’un effet mineur sur la thyroïde et les hormones thyroïdiennes. Avec l’âge, la thyroïde rétrécit et descend dans le cou. Le taux d’hormone thyroïdienne triiodothyronine (T3) peut baisser légèrement, mais la vitesse des fonctions vitales ne varie que très peu. Cependant, la fréquence des troubles de la thyroïde augmente avec l’âge.

Les troubles qui affectent la fonction thyroïdienne, en particulier l’hyperthyroïdie et l’hypothyroïdie, sont parfois masqués par le processus de vieillissement normal. Ces troubles entraînent souvent des symptômes qui sont facilement pris, à tort, pour des symptômes d’autres maladies, voire des signes de vieillissement.

Une augmentation ou une diminution de la fonction thyroïdienne peut nuire considérablement au bien-être des personnes âgées et à leur capacité à réaliser des activités du quotidien. C’est pourquoi il convient de démasquer ces maladies de façon à ce qu’elles soient traitées efficacement.

Le dépistage de l’hyperthyroïdie et de l’hypothyroïdie est utile chez les personnes âgées. Certains spécialistes recommandent de mesurer le taux de thyréostimuline dans le sang tous les 5 ans chez les personnes âgées de plus de 65 ans.

Hormones thyroïdiennes

Les deux hormones thyroïdiennes sont les suivantes :

  • T4 : Thyroxine (également appelée tétraiodothyronine)

  • T3 : Triiodothyronine

La T4, la principale hormone produite par la thyroïde, a un effet minime, voire nul, sur la stimulation du métabolisme de base. En effet, la T4 est convertie en T3 qui est, elle, l’hormone la plus active. La conversion de T4 en T3 a lieu dans le foie, mais aussi dans d’autres tissus. Plusieurs facteurs contrôlent la conversion de T4 en T3, selon les besoins de l’organisme et la présence ou non de maladies.

La majeure partie de T4 et de T3 présentes dans le sang est transportée par une protéine, la globuline liant la thyroxine. Seule une petite partie de T4 et de T3 circulent librement dans le sang. Cependant, il s’agit d’une hormone libre qui est active. Lorsque l’hormone libre est utilisée par l’organisme, une partie de l’hormone liée est libérée par la protéine de liaison.

Pour fabriquer les hormones thyroïdiennes, la thyroïde a besoin d’iode, un élément contenu dans l’eau et les aliments. La thyroïde capte l’iode et l’intègre dans ses cellules pour la synthèse des hormones thyroïdiennes. Lors de l’utilisation des hormones thyroïdiennes, une petite partie de leur iode est libérée et retourne à la thyroïde où elle est réutilisée pour fabriquer d’autres hormones thyroïdiennes. Curieusement, la thyroïde libère un peu moins d’hormones si elle reçoit des taux élevés d’iode par le sang.

La thyroïde sécrète également la calcitonine, une hormone qui participe au maintien de la masse osseuse en favorisant la fixation du calcium dans les os.

Mécanisme d’ajustement des hormones thyroïdiennes par l’organisme

L’organisme possède un mécanisme complexe lui permettant de réguler le taux des hormones thyroïdiennes. En premier lieu, l’hypothalamus, situé dans le cerveau juste au-dessus de l’hypophyse, sécrète l’hormone thyréotrope, qui stimule la production de thyréostimuline (TSH) par l’hypophyse. Comme l’indique son nom, la TSH stimule la fabrication des hormones thyroïdiennes. L’hypophyse diminue ou augmente la libération de TSH, en fonction du taux d’hormones thyroïdiennes circulantes qui est alors trop haut ou trop bas.

Examens complémentaires

Les médecins examinent tout d’abord la personne et palpent le cou pour évaluer une éventuelle hypertrophie de la thyroïde.

D’après les résultats de l’examen, d’autres analyses peuvent aussi être nécessaires. Des examens complémentaires peuvent également être nécessaires dans les rares cas où les médecins ne peuvent déterminer si le trouble provient de la thyroïde ou de l’hypophyse.

Dosage des hormones thyroïdiennes

Pour apprécier le bon fonctionnement de la thyroïde, les médecins mesurent généralement les taux d’hormones dans le sang. Ils mesurent les taux suivants :

  • TSH

  • T4

  • T3

Le taux de thyréostimuline dans le sang est généralement le meilleur indicateur de la fonction thyroïdienne. La TSH stimulant la thyroïde, son taux dans le sang augmente lorsque la thyroïde travaille insuffisamment (et a donc besoin d’être plus stimulée) et diminue quand la thyroïde travaille excessivement (et a donc besoin d’être moins stimulée). Cependant, dans les rares cas où l’hypophyse ne fonctionne pas normalement, le taux de la TSH ne reflète pas de manière fiable la fonction de la thyroïde.

Lorsque les médecins mesurent les taux d’hormones thyroïdiennes T4 et T3 dans le sang, ils mesurent habituellement les formes liées et libres de chaque hormone (T4 total et T3 total). Cependant, si le taux de globuline liant la thyroxine est anormal, les taux d’hormones thyroïdiennes totaux peuvent être mal interprétés ; c’est pourquoi les médecins mesurent parfois uniquement les taux d’hormones libres dans le sang. Le taux de globuline liant la thyroxine est plus faible chez les personnes atteintes de maladies rénales ou de maladies qui réduisent la synthèse des protéines par le foie, ou chez ceux qui prennent des stéroïdes anabolisants. Le taux est plus élevé chez les femmes enceintes, celles prenant des contraceptifs oraux ou d’autres formes d’ œstrogènes, ainsi que dans les premières phases de l’hépatite.

Imagerie de la thyroïde

Lorsqu’une ou plusieurs excroissances (nodules) sont palpées au niveau de la thyroïde, un examen d’imagerie peut être réalisé. L’échographie utilise des ondes sonores pour mesurer la taille de la thyroïde et déterminer si ces nodules sont solides ou liquides (kystes).

Dans un autre examen (test de captation de l’iode radioactif), une petite quantité d’une substance radioactive (comme l’iode ou le technétium) est injectée dans le flux sanguin. La substance radioactive se concentre dans la thyroïde et un dispositif (caméra gamma) réalise un autre type d’examen qui détecte les radiations et produit une image de la thyroïde qui montrera les éventuelles anomalies physiques.

La scintigraphie thyroïdienne permet également de déterminer si le fonctionnement d’une partie de la thyroïde est normal, augmenté ou diminué, par rapport au reste de la glande.

Autres examens de la thyroïde

Si les médecins suspectent une maladie auto-immune, une analyse de sang est réalisée pour détecter d’éventuels anticorps qui attaquent la thyroïde.

Si un cancer de la thyroïde est suspecté, les médecins prélèvent un échantillon de tissu thyroïdien à l’aide d’une petite aiguille pour l’analyser (biopsie). Les médecins réalisent généralement une échographie pour identifier le site de la biopsie.

Le taux sanguin de la calcitonine est mesuré si un cancer médullaire est suspecté, car ces cancers thyroïdiens sécrètent toujours cette hormone.

Dépistage des troubles de la thyroïde

Certains experts sont en désaccord sur la nécessité d’effectuer un dépistage des troubles de la thyroïde. Certains experts ne recommandent pas le dépistage, en déclarant que si une maladie de la thyroïde ne provoque pas de symptômes, il est incertain qu’un traitement soit bénéfique. Cependant, d’autres experts ne sont pas d’accord. Ils recommandent un dépistage parce que les maladies de la thyroïde sont fréquentes, en particulier chez les personnes âgées, et peuvent provoquer des problèmes graves. Il est recommandé d’effectuer un dépistage tous les 5 ans en mesurant le taux de thyréostimuline dans le sang pour les femmes âgées de plus de 35 ans et les hommes de plus de 65 ans. Le dépistage est également recommandé pour tous les nouveau-nés et pour les femmes enceintes.

REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Administration d’insuline
Vidéo
Administration d’insuline
Le diabète est une maladie qui se développe en raison de taux élevés de glucose, ou sucre...
Modèles 3D
Tout afficher
Mode d’action de l’insuline
Modèle 3D
Mode d’action de l’insuline

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE