Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Allergies perannuelles

(Allergies perannuelles)

Par

Peter J. Delves

, PhD, University College London, London, UK

Dernière révision totale juil. 2019| Dernière modification du contenu juil. 2019
Cliquez ici pour la version professionnelle
Les faits en bref
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Ressources liées au sujet

Les allergies perannuelles (tout au long de l’année) sont provoquées par l’exposition à l’intérieur à des substances aéroportées (telles que la poussière domestique) qui sont présentes tout au long de l’année.

  • Le nez est congestionné, démange, coule parfois et la bouche ainsi que la gorge grattent.

  • Ce sont les symptômes et les activités déclenchant l’allergie qui suggèrent généralement le diagnostic.

  • Le mieux est d’éviter l’allergène, mais les médicaments, tels que les antihistaminiques, peuvent contribuer à soulager les symptômes.

Les allergies perannuelles peuvent se manifester à n’importe quel moment de l’année, quelle que soit la saison, voire durer toute l’année. Elles constituent souvent une réaction à la poussière domestique. Cette dernière peut contenir des moisissures et des spores de champignons, des fibres de tissus, des phanères d’animaux, des déjections d’acariens et des fragments d’insectes. Les substances contenues dans et sur les cafards sont souvent la cause des symptômes allergiques. Ces substances sont présentes dans la maison toute l’année, mais peuvent provoquer des symptômes plus sévères pendant les périodes froides, lorsque l’on passe plus de temps à l’intérieur. (Les substances qui déclenchent une réaction allergique sont appelées allergènes.)

En général, les allergies perannuelles provoquent des symptômes nasaux (rhinite allergique), mais pas de symptômes oculaires (conjonctivite allergique). Cependant, une conjonctivite allergique peut survenir lorsque des allergènes sont accidentellement appliqués dans les yeux. Les solutions nettoyantes pour lentilles de contact peuvent également parfois induire une réaction allergique.

La rhinite perannuelle est souvent causée par quelque chose d’autre qu’une allergie, comme de l’aspirine ou un autre anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS) ou une autre forme de rhinite.

Le saviez-vous ?

  • Les cafards sont souvent responsables des allergies perannuelles.

Symptômes

Le symptôme le plus évident des allergies perannuelles est l’obstruction nasale chronique. Le nez coule, produisant des sécrétions aqueuses claires. Le nez, le palais et le rétropharynx peuvent démanger. Ces démangeaisons peuvent se manifester progressivement ou soudainement. Les éternuements sont fréquents.

La trompe d’Eustache, qui relie l’oreille moyenne à l’arrière du nez, peut gonfler. L’audition peut en être affectée, surtout chez les enfants. Les enfants peuvent également développer des infections chroniques de l’oreille. Certaines personnes présentent des infections récurrentes des sinus (sinusite chronique) ainsi que des excroissances à l’intérieur du nez (des polypes nasaux).

Lorsqu’ils sont touchés, les yeux pleurent et démangent. Le blanc des yeux peut rougir et les paupières peuvent devenir rouges et gonflées.

De nombreuses personnes présentant une allergie perannuelle souffrent également d’asthme éventuellement provoqué par les mêmes déclencheurs d’allergie (allergènes) que ceux qui contribuent à la rhinite allergique et à la conjonctivite allergique.

Diagnostic

  • Examen clinique

Le diagnostic des allergies perannuelles est fondé sur les symptômes ainsi que les circonstances dans lesquelles ils surviennent, c’est-à-dire en réponse à certaines activités, telles que le fait de caresser un chat.

Tests d’allergies

Des tests sont nécessaires uniquement si la personne ne répond pas au traitement.

Dans de tels cas, des tests par piqûre peuvent permettre de confirmer le diagnostic et d’identifier l’élément déclencheur des symptômes (les acariens ou les cafards par exemple). Pour ces tests, une goutte de chaque extrait est appliquée sur la peau de la personne, qui est ensuite piquée à l’aide d’une aiguille. Ensuite, le médecin observe si une papule et une rougeur apparaissent (un gonflement pâle légèrement surélevé entouré d’une zone rouge).

Un dosage des immunoglobulines (IgE) spécifiques d’un allergène est effectué si les résultats du test cutané ne sont pas probants. Pour ce test, un échantillon de sang est prélevé pour effectuer le dosage.

Prévention

Il est recommandé d’éviter ou de supprimer l’allergène, autant que possible, de manière à ne pas déclencher l’apparition des symptômes.

Si une personne est allergique à la poussière domestique, aux phanères d’animaux ou à d’autres allergènes intérieurs, certaines modifications de l’environnement peuvent prévenir ou atténuer les symptômes :

  • Retrait des objets qui retiennent la poussière, tels que les bibelots, les magazines et les livres

  • Retrait des jouets mous

  • Remplacement des meubles capitonnés et des tapis, ou aspiration fréquente de ces derniers

  • Remplacement des rideaux et doubles rideaux par des stores

  • Laver fréquemment les draps, les taies d’oreiller et les couvertures à l’eau chaude

  • Traiter la maison à la vapeur de chaleur

  • Couvrir les matelas et les oreillers de housses en tissu à trame serrée qui ne laissent passer ni les acariens ni les particules allergisantes

  • Utiliser des oreillers en fibres synthétiques

  • Faire fréquemment le ménage en passant le chiffon à poussière, l’aspirateur et la serpillière

  • Utiliser des climatiseurs et des déshumidificateurs afin de réduire la forte humidité intérieure qui favorise la reproduction des acariens

  • Utiliser un aspirateur et un filtre HEPA (High-Efficiency Particulate Air, ou haute efficacité pour les particules de l’air)

  • Limiter l’accès des animaux domestiques à certaines pièces ou les garder hors de la maison, et les laver fréquemment

  • Exterminer les blattes

Traitement

  • Corticoïdes en pulvérisateurs nasaux

  • Antihistaminiques

  • Décongestionnants

  • Parfois, immunothérapie allergénique

  • Pour les polypes nasaux, parfois chirurgie

Éviter l’allergène constitue la meilleure manière de traiter autant que de prévenir les allergies.

Le traitement pharmacologique des allergies perannuelles est proche de celui utilisé pour les allergies saisonnières. Il consiste en des pulvérisateurs nasaux à base de corticoïdes, des antihistaminiques et des décongestionnants.

L’administration de corticoïdes en pulvérisateur nasal est généralement très efficace et utilisée en premier lieu. La plupart de ces pulvérisateurs entraînent peu d’effets secondaires, même s’ils peuvent induire des saignements et des douleurs nasales.

Un antihistaminique, administré par voie orale ou par pulvérisateur nasal, peut être utilisé à la place ou en complément d’un corticoïde en pulvérisation nasale. Les antihistaminiques sont souvent associés à un décongestionnant, administré par voie orale, tel que de la pseudoéphédrine.

De nombreuses associations d’antihistaminiques et de décongestionnants sont disponibles en vente libre en un seul comprimé. Cependant, les personnes qui souffrent d’hypertension artérielle ne doivent pas prendre de décongestionnant s’il n’est pas recommandé par un médecin qui surveillera son utilisation. De même, les personnes traitées par un inhibiteur de la monoamine oxydase (un type d’antidépresseur) ne peuvent pas prendre de produits associant un antihistaminique et un décongestionnant.

Les antihistaminiques peuvent entraîner des effets secondaires, notamment des effets anticholinergiques. Les effets anticholinergiques comprennent somnolence, sécheresse buccale, vision floue, constipation, difficulté à uriner, confusion et sensation de vertige.

Les décongestionnants sont également disponibles en vente libre sous forme de gouttes nasales ou de pulvérisateurs. Ils ne doivent pas être utilisés plus de quelques jours d’affilée car une utilisation continue pendant une semaine ou plus est susceptible d’aggraver ou de prolonger la congestion nasale (c’est ce qu’on appelle l’effet rebond) et finalement d’induire une congestion chronique.

Les effets secondaires tendent à être moins nombreux et moins sévères dans le cas d’une utilisation par pulvérisation nasale plutôt qu’une administration par voie orale.

D’autres médicaments sont parfois utiles. La cromolyne est disponible sur ordonnance sous forme de pulvérisateur nasal et peut contribuer à soulager un écoulement nasal. Pour être efficace, elle doit être utilisée régulièrement. L’azélastine (un antihistaminique) et l’ipratropium (un médicament qui inhibe l’acétylcholine), tous deux disponibles sur ordonnance sous forme de pulvérisateur nasal, peuvent être efficaces. Cependant, ces médicaments peuvent entraîner des effets anticholinergiques similaires à ceux associés aux antihistaminiques administrés par voie orale, notamment la somnolence.

Le montélukast, un modificateur des leucotriènes disponible sur ordonnance, réduit l’inflammation et contribue à soulager l’écoulement nasal. Toutefois, son utilisation optimale n’a pas été établie.

Un nettoyage régulier des sinus à l’aide de sérum physiologique (solution saline) tiède peut contribuer à desserrer les sinus et à évacuer le mucus ainsi qu’à hydrater la muqueuse nasale. Cette technique s’appelle l’irrigation des sinus.

Si ces traitements sont inefficaces, un corticoïde peut être administré par voie orale ou par injection pendant une courte période (généralement moins de 10 jours). En cas d’administration de longue durée par voie orale ou par injection, les corticoïdes peuvent entraîner des effets secondaires graves.

Immunothérapie allergénique (désensibilisation)

En cas d’inefficacité des autres traitements, l’immunothérapie allergénique s’avère utile chez certaines personnes.

L’immunothérapie est nécessaire dans les situations suivantes :

  • Si les symptômes sont graves

  • Si l’allergène ne peut pas être évité

  • Si les médicaments généralement utilisés pour traiter la rhinite allergique ou la conjonctivite ne parviennent pas à contrôler les symptômes

Chirurgie

En cas de sinusite chronique et de polypes nasaux, une intervention chirurgicale est parfois nécessaire pour améliorer le drainage sinusien et retirer les tissus infectés ou les polypes. Avant et après la chirurgie, une irrigation régulière de sinus peut être utile.

Médicaments mentionnés dans cet article

Nom générique Sélectionner les dénominations commerciales
ATROVENT
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Présentation du système immunitaire
Vidéo
Présentation du système immunitaire
Traitement par cellules souches allogènes
Vidéo
Traitement par cellules souches allogènes
Les cellules souches sont des cellules uniques que l’on trouve dans la moelle osseuse ou le...

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE