Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Transplantation d’autres tissus

Par

Martin Hertl

, MD, PhD, Rush University Medical Center

Dernière révision totale déc. 2018| Dernière modification du contenu déc. 2018
Cliquez ici pour la version professionnelle
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Ressources liées au sujet

La transplantation tissulaire est le prélèvement de divers tissus, tels que cellules cutanées, cornées, cartilage ou os, dans un corps, suivi de leur insertion chez cette même personne ou chez une autre personne atteinte d’un trouble grave affectant une certaine partie de ce type de tissu.

Peau

Il est possible de réaliser une greffe de peau chez une personne qui a perdu de grandes surfaces cutanées, par exemple à cause de brûlures étendues. La greffe de peau est plus efficace lorsque la peau saine est prélevée sur une partie du corps et greffée sur une autre partie. Si ce type de greffe est impossible, on peut temporairement se servir de la peau d’un donneur ou même de certains animaux (tels que les porcs), voire de peau synthétique. De telles greffes durent peu de temps, mais peuvent fournir une protection temporaire jusqu’à ce que de la peau normale se forme pour les remplacer.

Il est possible d’augmenter la quantité de peau disponible pour la greffe, en mettant en culture de petits fragments de peau de la personne ou en effectuant de nombreuses petites incisions dans la peau greffée, de façon à ce qu’elle puisse être étirée pour couvrir une zone plus vaste.

Cartilage

Chez les enfants, le cartilage est en général utilisé pour réparer les malformations congénitales des oreilles ou du nez. Chez l’adulte, il peut être utilisé pour la réparation des articulations lésées par une blessure ou par l’arthrite.

On peut greffer le cartilage avec succès sans avoir recours à des médicaments inhibant le système immunitaire (immunosuppresseurs). Le système immunitaire de l’organisme attaque le cartilage greffé de manière bien moins agressive que les autres tissus.

Cornées

Les cornées, dômes transparents situés à la surface des yeux, peuvent en général être greffées avec succès sans avoir recours aux immunosuppresseurs.

Os

Un os d’une partie du corps peut être utilisé pour remplacer l’os d’une autre partie, par exemple, pour remplacer de l’os retiré lors d’une intervention chirurgicale réalisée pour un cancer des os.

L’os transplanté d’une personne à l’autre ne survit que peu de temps. Il stimule néanmoins la croissance d’un nouvel os, stabilise l’emplacement jusqu’à la formation du nouvel os et offre une structure que le nouvel os peut remplir.

Des immunosuppresseurs doivent être administrés suite à une greffe osseuse.

Plusieurs tissus

Certains greffons contiennent plusieurs tissus (ils sont dits composites, tels que des greffons de main, de bras ou de visage). Les greffons composites peuvent comprendre de la peau, du muscle, de l’os et des tissus qui relient et soutiennent ces structures.

La transplantation composite est controversée car elle n’est généralement pas nécessaire pour sauver une vie et ne la prolonge pas, mais elle peut considérablement améliorer la qualité de vie. Ce type de transplantation est également très cher, nécessite de nombreuses ressources et peut donner lieu à des infections parfois mortelles. Ces interventions ne sont pas considérées comme des soins médicaux standards.

La qualité du fonctionnement des parties transplantées est très variable, mais certains receveurs d’une greffe de main parviennent à s’en servir pour réaliser leurs activités quotidiennes.

L’administration d’immunosuppresseurs est nécessaire après la greffe.

Autres tissus

Dans la maladie de Parkinson, la greffe de tissus provenant des glandes surrénales d’une personne sur son propre cerveau semble soulager les symptômes, de même que la greffe de tissus cérébraux prélevés sur des fœtus avortés. L’utilisation de tissus prélevés sur des fœtus avortés est toutefois controversée.

La greffe de thymus prélevé sur un enfant mort-né à un enfant né sans thymus (pathologie dénommée syndrome de DiGeorge) peut contribuer à restaurer le système immunitaire chez cet enfant. Dans les cas où la glande thymique est absente, le système immunitaire ne fonctionne pas bien car les globules blancs, qui jouent un rôle fondamental dans la défense du système immunitaire contre les substances étrangères, doivent mûrir dans le thymus. Le nouveau thymus peut néanmoins produire des cellules qui attaquent celles du receveur en induisant une grave réaction du greffon contre l’hôte.

Réimplantation d’une partie du corps

La réimplantation d’une partie du corps n’est pas réellement une transplantation.

Si un doigt, une main ou un bras est relativement peu endommagé après avoir été coupé du corps, il est parfois possible de le réimplanter avec succès. La réimplantation des jambes a moins de succès.

La partie sectionnée est conservée propre et sèche et placée dans un sac en plastique puis dans la glace jusqu’à ce qu’elle puisse être utilisée. Il est essentiel de réimplanter rapidement le membre sectionné, de façon à y restaurer la circulation sanguine.

REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Traitement par cellules souches allogènes
Vidéo
Traitement par cellules souches allogènes
Les cellules souches sont des cellules uniques que l’on trouve dans la moelle osseuse ou le...
Présentation du système immunitaire
Vidéo
Présentation du système immunitaire

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE