Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Troubles psychotiques induits par des substances/médicaments

Par

Carol Tamminga

, MD, UT Southwestern Medical Dallas

Dernière révision totale déc. 2018| Dernière modification du contenu déc. 2018
Cliquez ici pour la version professionnelle

Le trouble psychotique induit par des substances ou des médicaments est caractérisé par des hallucinations et/ou des délires dus aux effets directs d’une substance ou au sevrage d’une substance, en l’absence de syndrome confusionnel.

Les épisodes de psychose induite par des substances sont fréquents dans les services d’urgences et les centres de crise. De nombreuses substances peuvent déclencher ces épisodes, y compris l’alcool, les amphétamines, le cannabis, la cocaïne, les hallucinogènes, les opioïdes, la phencyclidine (PCP), et les sédatifs. Pour être considérés comme une psychose induite par des substances, les hallucinations et les délires doivent être plus graves que ceux qui accompagnent généralement une simple intoxication par des substances ou un sevrage, même si la personne peut aussi être intoxiquée ou en sevrage. 

Les symptômes sont souvent brefs et disparaissent une fois que la substance responsable des symptômes est éliminée de l’organisme, mais la psychose déclenchée par les amphétamines, la cocaïne ou la PCP peut durer de nombreuses semaines.

Traitement

  • Environnement calme

  • Souvent, une benzodiazépine ou un médicament antipsychotique

Dans la plupart des psychoses induites par des substances, l’arrêt de la substance et la prise d’un anxiolytique ou d’un médicament antipsychotique sont efficaces.

Pour la psychose due à des drogues telles que le LSD, l’observation dans un environnement calme peut être suffisante.

Il est important que les personnes traitées pour un trouble psychotique lié à une substance ou à un médicament consultent leurs médecins pour traiter tout trouble lié à l’usage de substances et pour déterminer si les symptômes correspondent à un stade précoce de schizophrénie ou d’un trouble apparenté.

REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE