Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Trouble de la personnalité dépendante

Par

Andrew Skodol

, MD, University of Arizona College of Medicine

Dernière révision totale janv. 2020| Dernière modification du contenu janv. 2020
Cliquez ici pour la version professionnelle
Les faits en bref
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle

Le trouble de la personnalité dépendante est caractérisé par un besoin persistant et excessif d’être pris en charge, qui conduit à un comportement soumis et « collant ».

  • Les personnes atteintes du trouble de la personnalité dépendante ne pensent pas qu’elles peuvent prendre soin d’elles-mêmes et elles utilisent la soumission pour essayer d’amener d’autres personnes à prendre soin d’elles.

  • Le diagnostic du trouble de la personnalité dépendante repose sur les symptômes caractéristiques, y compris le besoin de la personne d’être prise en charge et la peur de devoir prendre soin d’elle-même.

  • Une psychothérapie axée sur un examen des peurs associées à l’indépendance peut être utile.

Les troubles de la personnalité sont caractérisés par des schémas omniprésents et persistants de pensées, de perception, de réaction et de relations qui entraînent une souffrance importante pour la personne et/ou nuisent considérablement à sa capacité à fonctionner.

Les personnes atteintes du trouble de la personnalité dépendante ont besoin d’être prises en charge et sont extrêmement anxieuses à l’idée de prendre soin d’elles-mêmes. Elles sont prêtes à renoncer à leur indépendance et à leurs intérêts si on s’occupe elles comme elles le souhaitent. Elles deviennent alors excessivement dépendantes et soumises.

Le trouble de personnalité dépendante touche moins de 1 % de la population générale aux États-Unis. Il est diagnostiqué plus souvent chez les femmes, mais certaines études suggèrent qu’il affecte les hommes et les femmes de façon égale.

Souvent, d’autres troubles sont également présents. Les personnes atteintes présentent souvent également un ou plusieurs des troubles suivants :

Causes

Les données concernant les causes du trouble de la personnalité dépendante sont limitées. Les facteurs qui pourraient y contribuer comprennent

  • Facteurs culturels

  • Expériences négatives au cours de l’enfance

  • Tendance innée à l’anxiété

  • Traits héréditaires (comme la soumission, l’insécurité, et l’effacement de soi)

Symptômes

Besoin d’être pris en charge

Les personnes atteintes de trouble de la personnalité dépendante ne pensent pas être capables de s’occuper d’elles-mêmes. Elles utilisent la soumission pour amener d’autres personnes à s’occuper d’elles.

Les personnes atteintes de ce trouble ont généralement besoin d’être rassurées et conseillées de manière excessive pour prendre des décisions de la vie ordinaire. Elles laissent généralement les autres, souvent une personne en particulier, assumer les responsabilités dans la plupart des aspects de leurs vies. Par exemple, elles peuvent dépendre de leur conjoint pour leur dire ce qu’elles doivent porter, quel type d’emploi chercher et qui fréquenter.

Les personnes atteintes du trouble de la personnalité dépendante ont tendance à n’interagir socialement qu’avec les quelques personnes dont elles dépendent. Lorsqu’une relation proche se termine, les personnes cherchent immédiatement un remplacement. En raison de leur besoin désespéré d’être prises en charge, il se peut qu’elles ne fassent pas preuve de discernement dans le choix d’un remplaçant.

Les personnes atteintes du trouble de la personnalité dépendante ont une peur excessive d’être abandonnées par ceux dont elles dépendent, même lorsque cette peur n’a pas raison d’être.

Soumission excessive

Étant donné que les personnes atteintes du trouble de la personnalité dépendante craignent de perdre leur soutien ou leur approbation, elles ont du mal à exprimer leur désaccord avec les autres. Elles peuvent accepter quelque chose avec lequel elles ne sont pas d’accord plutôt que de risquer de perdre l’aide des autres. Même lorsque la colère est appropriée, elles ne se fâchent pas contre leurs amis et collègues de travail, de peur de perdre leur soutien.

Les personnes atteintes du trouble de la personnalité dépendante cherchent à outrance à obtenir le soutien et l’appui d’autrui. Par exemple, elles peuvent accomplir des tâches désagréables, se soumettre à des exigences déraisonnables et même tolérer les violences physiques, sexuelles ou émotionnelles. Le fait d’être seules les rend extrêmement mal à l’aise ou les effraie par crainte de ne pas pouvoir prendre soin d’elles-mêmes.

Manque de confiance en soi

Les personnes atteintes du trouble de la personnalité dépendante se considèrent comme inférieures et ont tendance à déprécier leurs capacités. Elles interprètent toute critique ou désapprobation comme une preuve de leur incompétence, ce qui affaiblit encore davantage leur confiance.

Manque d’indépendance

Parce que les personnes atteintes du trouble de la personnalité dépendante sont sûres qu’elles ne peuvent rien faire par elles-mêmes, elles ont des difficultés à entreprendre une nouvelle tâche et à travailler de façon autonome. Elles évitent les tâches qui impliquent une prise de responsabilité. Elles se définissent comme incompétentes et ont besoin d’être aidées et rassurées constamment. Lorsqu’elles sont rassurées par le fait qu’une personne compétente les supervise et approuve leurs faits et gestes, les personnes atteintes du trouble de la personnalité dépendante ont tendance à fonctionner correctement. Cependant, elles ne veulent pas paraître trop compétentes de peur d’être abandonnées. Par conséquent, leur carrière peut en pâtir. Elles préservent leur dépendance parce qu’elles ont tendance à ne pas acquérir les compétences nécessaires pour mener une vie autonome.

Diagnostic

  • Examen clinique, sur la base de critères spécifiques

Généralement, les médecins diagnostiquent les troubles de la personnalité en se basant sur les critères du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders), 5e édition (DSM-5), publié par l’Association américaine de psychiatrie.

Les médecins diagnostiquent un trouble de la personnalité dépendante quand la personne présente un besoin persistant et excessif d’être prise en charge qui conduit à un comportement soumis et « collant », comme en témoignent au moins cinq des manifestations suivantes :

  • La personne a du mal à prendre des décisions de la vie quotidienne sans être rassurée ou conseillée de manière excessive par d’autres.

  • Elle a besoin que d’autres assument les responsabilités dans la plupart des domaines importants de sa vie.

  • Elle a du mal à exprimer un désaccord avec autrui de peur de perdre son soutien ou son approbation.

  • Elle a du mal à initier des projets seule par manque de confiance en son propre jugement ou en ses propres capacités (plutôt que par manque de motivation ou d’énergie).

  • Elle cherche à outrance (au point, par exemple, de faire des choses désagréables) à obtenir le soutien d’autrui.

  • Elle se sent mal à l’aise ou impuissante quand elle est seule, par crainte d’être incapable de se débrouiller.

  • Lorsqu’une relation proche se termine, elle cherche de manière urgente une autre relation qui puisse assurer les soins et le soutien dont elle a besoin.

  • Elle est préoccupée par la crainte d’être laissée à se débrouiller seule.

En outre, les symptômes doivent avoir fait leur apparition au début de l’âge adulte.

Traitement

  • Traitement cognitif comportemental

  • Psychothérapie psychodynamique

Le traitement général du trouble de la personnalité dépendante est identique à celui de tous les troubles de la personnalité.

La psychothérapie psychodynamique et la thérapie cognitivo-comportementale qui mettent l’accent sur l’examen de la peur de l’indépendance et les difficultés à s’affirmer peuvent aider les personnes atteintes de trouble de la personnalité dépendante.

L’utilité des médicaments n’est pas claire. Parfois, des antidépresseurs, tels que les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS), peuvent être utilisés pour traiter la dépression et l’anxiété.

REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE