Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Trouble de la personnalité schizoïde

Par

Andrew Skodol

, MD, University of Arizona College of Medicine

Dernière révision totale janv. 2020| Dernière modification du contenu janv. 2020
Cliquez ici pour la version professionnelle
Les faits en bref
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle

Le trouble de la personnalité schizoïde est caractérisé par un détachement et un désintérêt général omniprésents dans les relations interpersonnelles et par l’expression d’un nombre limité d’émotions dans les interactions avec les autres.

  • Les personnes atteintes du trouble de la personnalité schizoïde semblent ne pas vouloir développer de relations étroites avec les autres et préférer être seules.

  • Le diagnostic du trouble de la personnalité schizoïde repose sur des symptômes caractéristiques, notamment le détachement et le désintérêt pour les relations sociales et l’expression d’un nombre limité d’émotions.

  • Une thérapie cognitivo-comportementale centrée sur l’acquisition de compétences sociales peut permettre aux personnes atteintes de ce trouble de changer.

Les troubles de la personnalité sont caractérisés par des schémas omniprésents et persistants de pensées, de perception, de réaction et de relations qui entraînent une souffrance importante pour la personne et/ou nuisent considérablement à sa capacité à fonctionner.

Les personnes atteintes de trouble de la personnalité schizoïde ont du mal à établir des relations profondes.

Le trouble de la personnalité schizoïde affecte environ 3 à 5 % de la population générale aux États-Unis. Il est légèrement plus fréquent chez les hommes.

Souvent, d’autres troubles sont également présents. Jusqu’à la moitié des personnes atteintes de trouble de la personnalité schizoïde connaissent au moins un épisode de dépression majeure. Souvent, elles présentent également d’autres troubles de la personnalité. Les plus courantes sont :

Causes

On pense que les gènes jouent un rôle dans le développement du trouble de la personnalité schizoïde. Ce trouble peut être plus fréquent chez les personnes qui ont un parent atteint de schizophrénie ou de trouble de la personnalité schizotypique.

La froideur émotionnelle, la négligence et le détachement des personnes chargées des soins de la personne pendant son enfance pourraient jouer un rôle dans le développement du trouble de la personnalité schizoïde. Le fait que de telles personnes s’occupent de l’enfant pourrait renforcer son sentiment d’insatisfaction concernant les relations avec les autres.

Symptômes

Détachement par rapport à autrui

Les personnes atteintes du trouble de la personnalité schizoïde semblent n’avoir aucune envie d’entretenir des relations étroites avec d’autres personnes, y compris avec les membres de leur famille. Elles n’ont pas d’amis proches ou de confidents, sauf parfois un parent au premier degré (comme un parent, un frère ou une sœur). Elles ont peu de relations amoureuses et, souvent, elles ne se marient pas. Comme elles préfèrent être seules, elles ont tendance à choisir des activités et des passe-temps qui ne nécessitent pas d’interaction avec les autres (comme les jeux vidéo).

Les activités sexuelles avec d’autres personnes ne les intéressent que peu, voire pas du tout. Elles semblent également éprouver moins de plaisir à vivre des expériences sensorielles et corporelles (comme marcher sur la plage).

Les personnes atteintes du trouble de la personnalité schizoïde ne semblent pas dérangées par ce que les autres pensent d’elles, que ce soit en bien ou en mal. Elles peuvent sembler distantes ou égocentriques. Comme elles ne remarquent pas les signes sociaux habituels, elles peuvent paraître socialement ineptes.

Expression d’un nombre limité d’émotions

Les personnes atteintes d’un trouble de la personnalité schizoïde réagissent (par exemple, en souriant ou en hochant la tête) ou manifestent rarement des émotions dans des situations sociales. Elles ont du mal à exprimer leur colère, même lorsqu’elles sont provoquées. Elles ne réagissent pas de façon appropriée aux événements importants de la vie et peuvent sembler passives face aux changements de circonstances. En conséquence, elles peuvent donner l’impression de ne pas avoir d’orientation dans leur vie.

Rarement, lorsque ces personnes sentent qu’elles peuvent s’exposer, elles admettent qu’elles ressentent de la douleur, surtout dans les interactions sociales.

Persistance des symptômes

Les symptômes du trouble de la personnalité schizoïde ont tendance à rester les mêmes au fil du temps, plus que ceux d’autres troubles de la personnalité.

Diagnostic

  • Examen clinique, sur la base de critères spécifiques

Généralement, les médecins diagnostiquent les troubles de la personnalité en se basant sur les critères du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders), 5e édition (DSM-5), publié par l’Association américaine de psychiatrie.

Pour que le diagnostic de trouble de la personnalité schizoïde soit posé, la personne doit présenter un détachement permanent et un désintérêt général pour les relations sociales et exprimer un nombre limité d’émotions, comme indiqué par au moins quatre des manifestations suivantes :

  • Elle ne veut pas ou n’apprécie pas les relations proches, y compris avec les membres de sa famille.

  • Elle préfère de loin les activités solitaires.

  • Elle s’intéresse peu, voire pas du tout, aux activités sexuelles avec une autre personne.

  • Elle prend plaisir à peu d’activités, voire aucune.

  • Elle n’a pas d’amis proches ou de confidents, sauf peut-être des parents au premier degré.

  • Elle semble indifférente aux compliments ou à la critique venant des autres.

  • Elle est émotionnellement froide et détachée et n’exprime pas d’émotions en réponse à des événements ou à des interactions avec d’autres.

En outre, les symptômes doivent avoir fait leur apparition au début de l’âge adulte.

Traitement

  • Thérapie cognitivo-comportementale mettant l’accent sur les compétences sociales

Le traitement général du trouble de la personnalité schizoïde est identique à celui de tous les troubles de la personnalité.

Le niveau élevé de détachement et de retrait chez les personnes atteintes d’un trouble de la personnalité schizoïde rend difficile le développement d’une relation de coopération et de respect mutuel entre le médecin et les patients. Pour établir une relation et ainsi encourager la personne à participer au traitement, le médecin peut essayer de discuter de sujets qui plaisent à la personne qui préfère les activités qui ne nécessitent pas d’interaction avec les autres (comme la philatélie).

Il n’y a pas beaucoup de données sur l’effet de la psychothérapie ou des médicaments sur le trouble de la personnalité schizoïde.

Une thérapie cognitivo-comportementale centrée sur l’acquisition de compétences sociales peut permettre aux personnes atteintes de ce trouble de changer. Par exemple, la personne peut apprendre à reconnaître les signes sociaux (parlés et non parlés, comme les expressions faciales et le langage corporel).

REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE