Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Présentation des troubles liés à l’usage de substances

Par

Coreen B. Domingo

, DrPH, Baylor College of Medicine;


Xuefeng Zhang

, Baylor College of Medicine

Dernière révision totale févr. 2019| Dernière modification du contenu févr. 2019
Cliquez ici pour la version professionnelle
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Ressources liées au sujet

Les drogues font partie intégrante de la vie de tous les jours de beaucoup de personnes, qu’elles soient utilisées à des fins médicales légales ou à des fins récréatives (voir le tableau Substances ayant des usages médicaux et récréatifs).

Des troubles liés à l’usage de substances peuvent survenir lorsque des drogues qui activent directement le système de récompense du cerveau sont prises pour les sensations de plaisir qu’elles induisent. Les sensations de plaisir varient selon la drogue. Les drogues sont divisées en 10 classes différentes basées sur les différents effets qu’elles produisent dans l’organisme :

Des troubles liés à l’usage de substances peuvent se développer qu’une substance soit légale ou non, qu’elle soit socialement acceptable ou non, ou qu’elle ait un usage médical accepté ou non (avec ou sans ordonnance). Des détails sur les substances spécifiques et leurs effets sont abordés dans un autre chapitre du Manuel.

Tableau
icon

Substances ayant des usages médicaux et récréatifs

Substance

Usage médical

Traitement de l’anxiété et de l’insomnie

Engourdissement des surfaces du corps (comme anesthésique topique)

Anesthésique

Traitement des nausées dues à un cancer avancé et de certains types de convulsions infantiles

Soulagement de la douleur et anesthésiques

Types de troubles liés à l’usage de substances

Les troubles liés à l’usage de substances sont généralement divisés en deux groupes :

Les troubles induits par des substances sont des problèmes causés par les effets directs d’une substance et comprennent :

  • Intoxication

  • Sevrage

  • Troubles mentaux induits par des substances

Les troubles liés à l’usage de substances impliquent généralement des schémas comportementaux dans lesquels les personnes continuent à prendre une substance malgré les problèmes causés par son usage.

Les substances appartenant à ces 10 classes varient selon leur potentiel à causer un trouble lié à leur usage. Ce potentiel est appelé susceptibilité à la dépendance et dépend d’une association de facteurs, notamment :

  • Manière dont est utilisée la substance

  • Niveau de stimulation de la substance sur le système de récompense du cerveau

  • Rapidité d’action de la substance

  • Capacité de la substance à induire la tolérance et/ou des symptômes de sevrage

Définitions

Les termes « addiction », « abus » et « dépendance » sont traditionnellement utilisés par rapport à des personnes présentant des troubles liés à l’usage de substances. Néanmoins, ces termes sont tous trop vaguement et variablement définis pour être très utiles et sont également souvent utilisés en émettant un jugement. Ainsi, les médecins préfèrent dorénavant utiliser le terme plus exhaustif et moins négatif « trouble lié à l’usage de substances ».

Dans les discussions sur l’usage de substances réglementées et de drogues, le terme « stupéfiants » est souvent utilisé. Ce terme fait référence aux drogues qui entraînent une perte de sensation, un sentiment d’engourdissement et une somnolence, tout particulièrement les opioïdes (médicaments se liant aux récepteurs opioïdes des cellules). Cependant, le terme « stupéfiants » est également utilisé dans un sens plus large (et inapproprié) pour inclure toute substance illégale ou utilisée de façon illégitime.

Substances classées

La Comprehensive Drug Abuse Prevention and Control Act (Loi relative au contrôle et à la prévention de l’usage abusif de drogues, également surnommée Controlled Substances Act) a été instaurée aux États-Unis en 1970 et modifiée au cours des années pour réglementer la fabrication et la commercialisation de certaines classes de médicaments, ou substances réglementées (voir le tableau Quelques exemples de substances réglementées*).

Les substances réglementées sont divisées en 5 tableaux (ou classes) selon leur potentiel à entraîner une dépendance, leur niveau d’acceptation pour l’usage médical, ainsi que leur sécurité lorsqu’elles sont utilisées sous surveillance médicale. Les substances du tableau I sont considérées comme étant les plus dangereuses et font donc l’objet des contrôles les plus stricts. Les substances du tableau V sont considérées comme étant les moins dangereuses et sont donc facilement accessibles. Les tableaux nationaux et fédéraux peuvent être différents (voir également Tableaux de substances de la US Drug Enforcement Administration [Service américain chargé de la mise en application de la loi sur les stupéfiants]).

Tableau
icon

Quelques exemples de substances réglementées*

Tableau

Exemples

I

II

Amphétamines, barbituriques (à action rapide), cocaïne, hydrocodone (notamment les associations avec de l’hydrocodone), hydromorphone, méthadone, méthylphénidate, morphine et autres agonistes des opioïdes puissants, oxycodone, phencyclidine

III

Stéroïdes anabolisants, barbituriques (à action intermédiaire), buprénorphine, dihydrocodéine, dronabinol, kétamine, élixir parégorique

IV

Barbituriques (à action lente), benzodiazépines, hydrate de chloral, modafinil, méprobamate, pentazocine, propoxyphène, zolpidem

V

Antitussifs contenant de petites quantités de codéine, prégabaline

* La Drug Enforcement Administration possède une liste alphabétique complète des substances réglementées.

 Prescription interdite.

GHB = gamma-hydroxybutyrate ; LSD = diéthylamide de l’acide lysergique ; MDMA = méthylènedioxyméthamphétamine.

Informations supplémentaires

Médicaments mentionnés dans cet article

Nom générique Sélectionner les dénominations commerciales
DILAUDID
TALWIN
MARINOL
OXYCONTIN
PROVIGIL
DURAMORPH PF, MS CONTIN
ACTIQ, DURAGESIC, SUBLIMAZE
AMBIEN
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE