Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Syllogomanie

Par

Katharine A. Phillips

, MD, Weill Cornell Medical College;


Dan J. Stein

, MD, PhD, University of Cape Town

Dernière révision totale sept. 2018| Dernière modification du contenu sept. 2018
Cliquez ici pour la version professionnelle
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle

Les personnes atteintes de syllogomanie (thésaurisation pathologique) ont toujours une telle difficulté à jeter ou à se séparer de leurs biens que les objets s’accumulent et encombrent les espaces de vie au point de les rendre invivables.

  • Contrairement au collectionneur, le syllogomane accumule les choses d’une manière désorganisée et il a des difficultés à se séparer d’objets de peu de valeur.

  • Les médecins établissent un diagnostic de syllogomanie lorsque la personne accumule de trop d’objets, éprouve beaucoup de difficulté à se séparer de ces biens, et souffre de façon significative ou fonctionne difficilement en raison de l’accumulation.

  • Certains antidépresseurs ou une thérapie cognitivo-comportementale peuvent être utiles.

Les symptômes de la syllogomanie apparaissent souvent au cours de l’adolescence. Le trouble peut être léger dans un premier temps, mais il peut s’aggraver progressivement avec les années, créant des problèmes considérables lorsque la personne atteint le milieu de la trentaine. On estime qu’environ 2 à 6 % de la population générale sont atteints de ce trouble.

Symptômes

Le syllogomane a un immense besoin de garder les objets et il souffre énormément quand il est forcé de s’en séparer ou à la seule pensée de se séparer des objets. Il n’a pas suffisamment d’espace pour accueillir tous les objets qu’il accumule. Les espaces de vie sont alors tellement encombrés et en désordre qu’ils ne peuvent plus être utilisés, sauf pour entreposer les objets accumulés. Par exemple, des piles de journaux accumulés peuvent remplir l’évier et recouvrir le plan de travail, la cuisinière, et le sol de la cuisine, rendant impossible l’utilisation de la cuisine pour préparer les repas.

La syllogomanie empêche souvent la personne de fonctionner à la maison et parfois au travail ou à l’école. Par exemple, la personne peut refuser de laisser entrer d’autres personnes, y compris les membres de la famille, les amis, et les réparateurs dans la maison parce qu’elle se sent gênée à cause de l’encombrement. L’encombrement peut constituer un risque d’incendie et un danger pour la sécurité, ou la maison peut se trouver infestée par les parasites. Certains syllogomanes réalisent que l’accumulation est un problème, mais beaucoup l’ignorent.

Les personnes atteintes du syndrome de Noé accumulent plus d’animaux domestiques qu’ils n’ont de place, qu’ils ne peuvent en nourrir ou payer pour les soins vétérinaires. Elles laissent les animaux vivre dans des conditions insalubres. La plupart du temps, les animaux sont trop nombreux pour l’espace qu’ils occupent et ils perdent du poids et/ou tombent malades. Cependant, la majorité des personnes atteintes de ce trouble n’est pas consciente que les soins apportés aux animaux ne sont pas appropriés. Les personnes atteintes du syndrome de Noé sont très attachées à leurs animaux et elles ne veulent pas les abandonner.

Sans traitement, les symptômes se poursuivent tout au long de la vie, avec peu ou pas de changement.

Diagnostic

  • Examen clinique, sur la base de critères spécifiques du diagnostic

Les médecins distinguent la syllogomanie d’une accumulation d’objets et un encombrement temporaires (par exemple, en cas d’héritage de biens) par le fait que l’accumulation persiste. La syllogomanie se distingue de la collection d’objets (par exemple de livres ou de figurines) en ce qu’elle est désorganisée, contrairement à la collection, et empêche la personne d’utiliser les pièces encombrées.

Les médecins diagnostiquent la syllogomanie lorsque

  • La personne éprouve constamment des difficultés à se séparer de ses biens, quelle que soit leur valeur réelle.

  • La personne conserve des objets principalement parce qu’elle sent qu’elle doit le faire, peu importe la valeur de l’objet.

  • Les biens accumulés encombrent et obstruent les pièces à vivre (pas les sous-sols ou les aires de rangement) et interfèrent avec l’utilisation de ces pièces aux fins prévues.

  • La personne se sent très angoissée à l’idée de jeter ses biens quels qu’ils soient et/ou elle éprouve des difficultés à fonctionner (au travail, dans sa famille, ou avec des amis) en raison de la syllogomanie.

Traitement

  • Certains antidépresseurs

  • Traitement cognitif comportemental

Un traitement par inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (un type d’antidépresseurs) peut s’avérer utile.

Une thérapie cognitivo-comportementale qui se concentre spécifiquement sur la syllogomanie peut également soulager les symptômes. Par exemple, les médecins peuvent essayer d’aider la personne à se débarrasser d’objets, à s’abstenir d’en acheter d’autres (si l’acquisition excessive est un problème) et à prendre plus facilement des décisions.

Comme beaucoup de syllogomanes refusent d’arrêter d’accumuler des objets, les médecins peuvent avoir besoin d’utiliser des techniques de motivation afin d’inciter les personnes à participer au traitement.

REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle

Également intéressant

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE