honeypot link

Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Oxygénothérapie

Par

Andrea R. Levine

, MD, University of Maryland School of Medicine;


Jason Stankiewicz

, MD, University of Maryland Medical Center

Dernière révision totale mars 2020| Dernière modification du contenu mars 2020
Cliquez ici pour la version professionnelle
Ressources liées au sujet

L’oxygène est un gaz qui représente environ 21 % de l’air que nous respirons. Les poumons prennent l’oxygène de l’air et le transfèrent à la circulation sanguine (voir Échanges d’oxygène et de dioxyde de carbone). L’oxygène est nécessaire pour brûler le carburant afin de libérer de l’énergie, comme dans le moteur d’une voiture. De même, tous les tissus vivants ont besoin d’oxygène pour fournir de l’énergie à l’organisme. Sans une quantité suffisante d’oxygène, le fonctionnement des cellules est altéré, et elles finissent par mourir.

De nombreuses maladies, en particulier les maladies pulmonaires, réduisent la quantité d’oxygène dans la circulation sanguine. Dans ce cas, les personnes atteintes peuvent recevoir de l’oxygène supplémentaire. Les médecins avaient l’habitude d’administrer de l’oxygène à de nombreux malades. Cependant, l’expérience montre que l’oxygène n’est pas utile, sauf si le taux d’oxygène de la personne est faible. Le fait de respirer trop d’oxygène peut en fait endommager les poumons au bout d’un certain temps.

Pour s’assurer que l’oxygène n’est administré qu’aux personnes qui en ont besoin, les médecins vérifient le taux d’oxygène dans la circulation sanguine à l’aide d’une analyse de sang ou d’un capteur digital (oxymétrie de pouls). Une fois le taux d’oxygène déterminé, l’oxymétrie permet d’adapter le débit d’oxygène (quantité d’oxygène administrée par minute à la personne) au fil du temps.

Quand utiliser de l’oxygène

Certaines personnes qui souffrent d’une maladie pulmonaire chronique n’ont besoin d’une oxygénothérapie que sur une courte période, pendant une poussée (exacerbation) aiguë de leur maladie pulmonaire. (Voir également Présentation de la rééducation pulmonaire.) D’autres personnes, chez qui le taux d’oxygène dans le sang est constamment bas (comme les personnes atteintes de BPCO sévère), peuvent nécessiter une oxygénothérapie en permanence.

Chez les personnes présentant un taux d’oxygène très bas, l’oxygénothérapie à long terme prolonge la survie. Les résultats obtenus s’améliorent à mesure du nombre d’heures par jour où l’oxygénothérapie est utilisée. Les personnes survivent plus longtemps si l’oxygénothérapie est pratiquée pendant 12 heures par rapport à l’absence de traitement. La survie est encore meilleure si l’administration d’oxygène est continue (24 heures sur 24). Cependant, chez les personnes présentant un taux d’oxygène modéré ou légèrement bas en raison d’une maladie pulmonaire chronique, l’oxygénothérapie à long terme ne réduit pas le risque de décès. Quels que soient les effets sur la mortalité, l’oxygénothérapie à long terme peut réduire la dyspnée et le stress infligé au cœur par la maladie pulmonaire. La qualité du sommeil et la tolérance à l’effort ont tendance à s’améliorer.

Certaines personnes qui souffrent d’une maladie pulmonaire chronique ne voient leur taux d’oxygène s’abaisser que pendant un exercice physique. Dans ce cas, il est possible de limiter l’oxygénothérapie à la durée de l’exercice. D’autres personnes ne présentent des taux d’oxygène bas que durant leur sommeil. Dans ce cas, l’apport d’oxygène peut se faire uniquement pendant la nuit.

Systèmes de distribution d’oxygène

L’oxygénothérapie à long terme à domicile peut recourir à trois systèmes de distribution différents :

  • Concentrateurs d’oxygène

  • Systèmes d’oxygène liquide

  • Systèmes à gaz comprimé

Un concentrateur d’oxygène est un appareil électrique séparant l’oxygène de l’azote dans l’air, ce qui permet à une personne souffrant de maladie pulmonaire de recevoir de l’oxygène purifié. Comme le système extrait l’oxygène de l’air ambiant, la personne n’a pas à se faire livrer de l’oxygène. Bien que de nombreux appareils fonctionnent également avec batterie, les personnes doivent avoir une réserve d’oxygène à disposition en cas de panne de courant ou de batterie.

Avec un système d’oxygène liquide, l’oxygène est stocké sous forme de liquide très froid. Il est possible de stocker une quantité plus importante d’oxygène sous forme liquide que sous forme gazeuse. Par conséquent, un récipient d’une taille donnée peut contenir beaucoup plus d’oxygène liquide. Au fur et à mesure que l’oxygène liquide est libéré, il reprend sa forme gazeuse et la personne peut l’inhaler.

Avec un système à gaz comprimé, l’oxygène est stocké dans un réservoir en métal sous pression et est libéré au fur et à mesure que la personne respire.

À domicile, les systèmes à gaz comprimé et à oxygène liquide nécessitent des bombonnes volumineuses. Ces réservoirs sont régulièrement remplis par une entreprise de services à la personne. Il existe de petits réservoirs portables d’oxygène liquide ou comprimé et des concentrateurs d’oxygène portables qui peuvent être utilisés en dehors du domicile. Chaque système présente des avantages et des inconvénients.

Les sources d’oxygène doivent être hermétiquement fermées quand elles ne sont pas utilisées. Du fait du caractère inflammable de l’oxygène et du risque d’explosion, il est important d’éloigner la bombonne de toutes sources inflammables telles que des allumettes, les radiateurs ou sèche-cheveux. Personne ne doit fumer dans la maison pendant l’utilisation de l’oxygène.

Administration d’oxygène

En général, l’oxygène est administré par deux tubulures nasales (canules) en débit continu ou à la demande. Pour améliorer l’efficacité et la mobilité des personnes nécessitant des quantités élevées d’oxygène, des systèmes, tels que des canules à réservoir et des cathéters transtrachéaux, peuvent être utilisés.

Lorsqu’une personne expire, une canule à réservoir stocke l’oxygène dans une petite chambre, puis renvoie l’oxygène lorsque la personne inspire.

Le système de distribution à la demande distribue l’oxygène uniquement lorsque l’utilisateur de la machine le déclenche (par exemple lorsque la personne inspire ou appuie sur l’appareil). Il ne distribue pas l’oxygène en continu. Certains de ces systèmes sont dotés de petits réservoirs.

Un cathéter transtrachéal est un petit tube inséré à travers la peau directement dans la trachée. L’oxygène est en ce cas distribué directement dans la trachée. En général, un kinésithérapeute respiratoire ou un médecin apprend à la personne comment utiliser correctement l’oxygène.

REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE