Le Manuel Merck

Please confirm that you are not located inside the Russian Federation

Chargement

Analyses et cultures d’urine

Par

Bradley D. Figler

, MD, University of North Carolina

Dernière révision totale nov. 2017| Dernière modification du contenu déc. 2017
Cliquez ici pour la version professionnelle
REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Ressources liées au sujet

Une analyse d’urine peut être nécessaire dans l’évaluation des troubles rénaux et des voies urinaires. Un échantillon d’urine est généralement recueilli par la méthode « clean-catch » ou un autre procédé stérile. Par exemple, une méthode pour prélever un échantillon d’urine non contaminé consiste à passer une sonde dans la vessie à travers l’urètre.

Les cultures urinaires, dans lesquelles les bactéries provenant d’un échantillon d’urine sont mises en culture en laboratoire, sont pratiquées pour diagnostiquer des infections des voies urinaires. Les cultures ne font pas partie des analyses d’urine effectuées en routine. L’échantillon d’urine doit être recueilli par la méthode clean-catch ( Collecte d’un échantillon d’urine par la méthode clean-catch) ou en insérant brièvement un cathéter stérile dans la vessie à travers l’urètre.

Collecte d’un échantillon d’urine par la méthode clean-catch

  • L’extrémité du pénis chez les hommes ou l’ouverture de l’urètre chez les femmes est nettoyée généralement avec un petit tampon contenant une substance antiseptique.

  • On laisse les premières gouttes d’urine nettoyer l’urètre et tomber dans les toilettes.

  • La miction se poursuit et un échantillon du flux urinaire est recueilli dans une coupelle stérile. L’échantillon est généralement prélevé avant la fin du jet (au milieu du jet).

Les analyses d’urine peuvent être réalisées pour détecter et mesurer le taux de nombreuses substances, telles que les protéines, le glucose (sucre), les cétones, le sang et d’autres substances. Ces tests sont réalisés à l’aide de fines bandelettes réactives de plastique (bandelettes réactives) imprégnées de produits chimiques qui réagissent avec les substances présentes dans l’urine en changeant rapidement de couleur. Parfois, les résultats des examens sont confirmés par des examens complémentaires de l’urine plus sophistiqués et plus précis, effectués en laboratoire. L’urine est examinée au microscope à la recherche de globules rouges et blancs, mais également de cristaux et de cylindres urinaires (impressions des tubules rénaux créées lorsque des cellules ou des protéines urinaires, ou les deux, forment un précipité à l’extérieur des tubules et sont évacuées dans l’urine).

Les protéines dans l’urine (protéinurie) peuvent habituellement être détectées par les bandelettes réactives quand elles sont présentes en grandes quantités. Suivant sa cause, une protéinurie peut apparaître dans l’urine de manière continue ou intermittente. La protéinurie peut aussi se produire normalement après un exercice physique intense, comme un marathon, mais elle constitue en général un signe de trouble rénal. De petites quantités de protéines dans l’urine peuvent être un signe précoce de lésions rénales causées par le diabète. De telles petites quantités peuvent ne pas être détectées par des bandelettes réactives. Dans de tels cas, il est nécessaire de collecter l’urine sur une période de 12 ou de 24 heures et de la faire analyser par un laboratoire.

La présence de glucose dans l’urine (glycosurie) peut être détectée avec précision par des bandelettes réactives. La principale cause de la présence de glucose dans l’urine est le diabète sucré, mais l’absence de glucose ne signifie pas que les personnes ne soient pas diabétiques ou que leur diabète soit bien contrôlé. Par ailleurs, la présence de glucose n’indique pas nécessairement un diabète ou un autre problème.

La présence de cétones dans l’urine (cétonurie) peut être souvent détectée par des bandelettes réactives. Les cétones se forment quand l’organisme métabolise les graisses. Le jeûne, le diabète sucré non contrôlé et, parfois, la prise de quantités significatives de boissons alcoolisées peuvent entraîner la présence de cétones dans l’urine.

La présence de sang dans l’urine (hématurie) peut être détectée par les bandelettes réactives et confirmée par un examen au microscope ainsi que par d’autres examens. Parfois, la quantité de sang présente dans l’urine est suffisante pour rendre le symptôme visible à l’œil nu, en modifiant la couleur de l’urine qui devient rouge ou brune.

La présence de nitrites dans l’urine (nitriturie) peut être également détectée par des bandelettes réactives. Un taux élevé de nitrites témoigne d’une infection des voies urinaires.

La présence d’estérase leucocytaire (une enzyme présente dans les globules blancs) dans l’urine peut être détectée par des bandelettes réactives. Ce phénomène est un signe d’inflammation, le plus souvent provoquée par une infection des voies urinaires.

L’acidité de l’urine est mesurée par des bandelettes réactives. Certains aliments, déséquilibres chimiques et troubles métaboliques peuvent modifier l’acidité de l’urine.

La concentration de l’urine (également appelée osmolalité, indiquée en gros par sa densité) peut varier énormément en fonction de la déshydratation de la personne, de la quantité de liquide absorbé et d’autres facteurs. Elle peut être également importante pour le diagnostic d’anomalies de la fonction rénale. Les reins perdent leur capacité à concentrer l’urine à un stade précoce d’un trouble qui aboutit à une insuffisance rénale. Pour un type d’examen spécifique, les personnes ne doivent consommer ni eau ni d’autres liquides pendant 12 à 14 heures. Pour un autre examen, elles doivent recevoir une injection de vasopressine(également dénommée hormone antidiurétique). La concentration de l’urine est ensuite mesurée. Normalement, les deux examens doivent provoquer une forte concentration de l’urine. Cependant, lors de certaines maladies rénales (telles que le diabète insipide néphrogénique), cette concentration de l’urine n’est pas possible, même si les autres fonctions des reins sont normales.

Les sédiments urinaires peuvent être observés au microscope pour fournir des informations sur un éventuel trouble des reins ou des voies urinaires. Normalement, l’urine contient une petite quantité de cellules et d’autres résidus qui proviennent de l’intérieur des voies urinaires. Les personnes atteintes d’un trouble des reins ou des voies urinaires émettent généralement plus de cellules dans l’urine, qui y forment un sédiment si celle-ci est passée dans une centrifugeuse (un instrument de laboratoire qui utilise la force centrifuge pour séparer les composants d’un liquide) ou si on la laisse décanter.

REMARQUE : Il s’agit de la version grand public. MÉDECINS : Cliquez ici pour la version professionnelle
Cliquez ici pour la version professionnelle
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Cancer de la vessie
Vidéo
Cancer de la vessie
Le système urinaire est composé de deux reins, deux uretères, de la vessie et de l’urètre...
Modèles 3D
Tout afficher
Calcul rénal dans l’uretère
Modèle 3D
Calcul rénal dans l’uretère

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE