Le Manuel Merck

Please confirm that you are a health care professional

Chargement

Sialadénite

Par

Clarence T. Sasaki

, MD, Yale University School of Medicine

Dernière révision totale sept. 2019| Dernière modification du contenu sept. 2019
Cliquez ici pour l’éducation des patients

La sialadénite est l'infection bactérienne d'une glande salivaire, habituellement secondaire à un calcul obstructif et/ou à l'hyposécrétion glandulaire. Les symptômes sont une tuméfaction, des douleurs, un érythème cutané et une hypersensibilité. Le diagnostic est clinique. La TDM, l'échographie et l'IRM permettent d'identifier la cause. Le traitement repose sur les antibiotiques.

Étiologie

La sialadénite se développe habituellement à la suite d'une hyposécrétion salivaire ou d'une obstruction du canal excrétoire mais peut ne pas avoir de cause évidente. Les glandes salivaires les plus importantes sont les parotides, les sous-maxillaires et les sublinguales.

La sialadénite est très fréquente dans la glande parotide et se produit habituellement chez

  • Les patients à la cinquantaine et à la soixantaine

  • Les malades chroniques souffrant de xérostomie

  • Les patients qui ont un syndrome de Sjögren.

  • Les adolescents et les jeunes adultes souffrant d'anorexie

Le microrganisme le plus souvent en cause est Staphylococcus aureus; d'autres (streptocoques, colibacilles et diverses bactéries anaérobies) sont parfois retrouvés.

L'inflammation de la glande parotide peut également se développer chez les patients qui ont subi une radiothérapie de la cavité buccale ou une thérapie à l'iode radioactif en cas de cancer de la thyroïde (1, 2, 3). Bien que parfois décrite comme une sialoadénite, cette inflammation est rarement une infection bactérienne, en particulier en l'absence de fièvre.

Références pour l'étiologie

  • 1. Erkul E, Gillespie MB: Sialendoscopy for non-stone disorders: the current evidence. Laryngoscope Investig Otolaryngol 1(5):140-145, 2016. doi: 10.1002/liO2.33.

  • 2. An YS, Yoon JK, Lee SJ, et al: Symptomatic late-onset sialadenitis after radioiodine therapy in thyroid cancer. Ann Nucl Med 27(4):386-91, 2013. doi: 10.1007/s12149-013-0697-5.

  • 3. Kim YM, Choi JS, Hong SB, et al: Salivary gland function after sialendoscopy for treatment of chronic radioiodine-induced sialadenitis. Head Neck 38(1):51-8, 2016. doi: 10.1002/hed.23844.

Symptomatologie

Le début est brutal avec fièvre, frissons, douleur et tuméfaction unilatérale. La glande est indurée, douloureuse dans son ensemble avec un érythème et un œdème de la peau en regard. Le pus peut souvent être évacué du canal en pressant la glande et doit être mis en culture. Un abcès sera suspecté en cas d'œdème focalisé.

Diagnostic

  • TDM, échographie ou IRM

La TDM, l'échographie et l'IRM peuvent confirmer la sialadénite ou l'abcès qui n'est pas évident cliniquement bien que l'IRM puisse méconnaître une lithiase obstructive. Si le pus peut être exprimé du canal de la glande affectée, il est envoyé pour coloration de Gram et culture.

Traitement

  • Antibiotiques antistaphylococciques

  • Mesures locales (p. ex., sialagogues, compresses chaudes)

Le traitement initial repose sur les antibiotiques actifs contre S. aureus (p. ex., dicloxacilline, 250 mg par voie orale 4 fois/jour, une céphalosporine de 1ère génération ou la clindamycine), adaptés selon les résultats des cultures. Avec l'augmentation de l'incidence de la résistance à la méthicilline de S. aureus, particulièrement chez les personnes âgées vivant dans les établissements de long séjour, la vancomycine est souvent nécessaire. Les bains de bouche à la chlorhexidine à 0,12% 3 fois/jour permettront de réduire la charge bactérienne dans la cavité buccale et de favoriser l'hygiène buccale.

L'hydratation, les sialagogues (p. ex., jus de citron, bonbons durs ou d'autres substances stimulant la sécrétion de salive), des compresses chaudes, le massage de la glande et une bonne hygiène buccale sont également importants. Les abcès doivent être drainés.

Chez les patients souffrant d'une sialadénite récidivante ou chronique, une parotidectomie superficielle ou l'exérèse de la glande sous-maxillaire est parfois indiquée.

Autres infections des glandes salivaires

Les patients qui présentent une infection par le VIH ont souvent une tuméfaction parotidienne due à un ou plusieurs kystes lymphoépithéliaux.

La maladie des griffes du chat provoquée par une infection à Bartonella touche souvent des ganglions lymphatiques parotidiens et peut infecter les glandes parotides par contiguïté. Bien que la maladie des griffes du chat soit localisée, le traitement antibiotique est souvent nécessaire et l'incision avec drainage est indiquée en cas d'abcès.

Les infections à mycobactéries atypiques des amygdales ou des dents peuvent se disséminer de façon contiguë vers les principales glandes salivaires. Le test à la tuberculine peut être négatif et le diagnostic peut nécessiter une biopsie avec culture tissulaire à la recherche de bactéries acido-résistantes. Les recommandations thérapeutiques sont controversées. Les options possibles sont la mise à plat chirurgicale avec curetage, l'exérèse complète des tissus infectés et/ou les traitements médicamenteux antituberculeux (rarement nécessaires).

Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Voir les

Également intéressant

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE