Le Manuel Merck

Please confirm that you are a health care professional

Chargement

Revue générale des infections à virus herpétiques

Par

Kenneth M. Kaye

, MD, Brigham and Women’s Hospital, Harvard Medical School

Dernière révision totale oct. 2019| Dernière modification du contenu oct. 2019
Cliquez ici pour l’éducation des patients
Ressources liées au sujet

Huit herpes virus différents infectent l'homme ( Herpèsvirus qui infectent l'homme). Après l'infection initiale, tous les herpès virus restent latents dans les cellules hôtes spécifiques et peuvent ultérieurement se réactiver. Les syndromes cliniques dus à la primo-infection peuvent être très différents de ceux provoqués par la réactivation de ces virus. Les virus herpétiques ne survivent pas longtemps en dehors de l'hôte; ainsi, la transmission nécessite habituellement un contact intime. Chez le sujet présentant une infection latente, le virus peut se réactiver sans causer de symptômes; dans de tels cas, une excrétion asymptomatique se produit et le sujet peut transmettre l'infection.

Malgré le fait que les herpesvirus sont génétiquement et structurellement similaires, ils provoquent un large éventail de syndromes cliniques généralement non chevauchants.

Contrairement à d'autres herpèsvirus qui ne sont pas associés à une tumeur maligne, le virus Epstein-Barr (EBV) et l'herpes virus humain 8 (HHV-8), également connu sous le nom d'herpes virus associé au sarcome de Kaposi (KSHV), peuvent provoquer certains cancers.

La roséole infantile est une maladie infantile provoquée par l'herpès virus 6 (et parfois 7).

Tableau
icon

Herpèsvirus qui infectent l'homme

Nom commun

Autre nom

Manifestations typiques

Virus herpes simplex de type 1

Herpèsvirus humain 1

Gingivostomatite, kératoconjonctivite, herpès cutané, herpès génital, encéphalite, herpès labial, méningite virale, œsophagite*, pneumonie*, infection disséminée, hépatite*,†

Virus herpes simplex de type 2

Herpèsvirus humain 2

Herpès génital, herpès cutané, gingivostomatite, herpès néonatal, méningite virale, infection disséminée*, hépatite*,†

Virus varicelle-zona

Herpèsvirus humain 3

Varicelle, zona, zona disséminé*

Virus Epstein-Barr

Herpèsvirus humain 4

Cytomégalovirus

Herpèsvirus humain 5

Mononucléose à Cytomegalovirus, hépatite*, maladie des inclusions cytomégaliques,Hépatite fulminante rétinite*, pneumonie*, colite*

Herpèsvirus humain 6

Herpèsvirus humain 7

Herpèsvirus associé au sarcome de Kaposi

Herpès virus humain 8

N'est pas une cause connue de maladie aiguë mais joue un rôle causal dans le sarcome de Kaposi*et les lymphomes non hodgkiniens liés au SIDA qui se développent principalement dans les cavités pleurales, péricardique ou abdominale sous forme d'épanchements lymphomateux

Également lié à la maladie multicentrique de Castleman

*Chez l'hôte immunodéprimé.

†Provoque rarement une hépatite fulminante sans lésion cutanée chez les hôtes immunodéprimés ou les femmes enceintes.

Traitement médicamenteux des herpèsvirus

Parmi les médicaments ayant une activité contre les herpes virus, on trouve l'acyclovir, le cidofovir, le famciclovir, le fomivirsen, le foscarnet, le ganciclovir, l'idoxuridine, le penciclovir, la trifluridine, le valacyclovir, le valganciclovir, la vidarabine ( Médicaments utilisés pour traiter les infections à herpes virus).

Tableau
icon

Médicaments utilisés pour traiter les infections à herpes virus

Médicament

Activité

Utilisations

Effets indésirables

Acyclovir

Actifs contre (par ordre de puissance) HSV de type 1 (HSV-1), HSV-2, VZV et EBV

Activité minimale contre CMV

Oral ou IV: l'IV est indiqué lorsque des taux sériques élevés du médicament sont nécessaires, comme dans l'encéphalite herpétique

Oral: rare

IV: rarement, toxicité rénale due à une précipitation des cristaux d'acyclovir; chez le patient immunodéprimé, purpura thrombotique thrombopénique/syndrome urémique hémolytique

Cidofovir

Activité inhibitrice in vitro vis-à-vis d'un grand nombre de virus, tels HSV-1, HSV-2, VZV, CMV, EBV, KSHV, adénovirus, HPV, poxvirus et polyomavirus humain (virus JC et BK)

IV: généralement utilisée pour le CMV, mais utilisation limitée à cause de la toxicité rénale

Injection intravitréenne: dans la rétinite à CMV

Toxicité rénale importante

Famciclovir (promédicament du penciclovir)

Le spectre antiviral est similaire à delui de l'acyclovir (les souches résistantes à l'acyclovir sont également résistantes au famciclovir)

Oral: le famciclovir a la même efficacité que l'acyclovir sur l'herpès génital et les herpes zoster (zona) et a une meilleure biodisponibilité que l'acyclovir après prise orale (ce qui est théoriquement important dans l'infection à VZV)

Rare

Fomivirsen

Puissante activité contre le CMV (les oligonucléotides antisens inhibent la synthèse protéique du CMV)

Injection intravitréenne: chez le patient infecté par le VIH et présentant une rétinite à CMV résistante aux autres traitements

Augmentation de la pression intraoculaire et uvéite répondant aux corticostéroïdes

Foscarnet

Actif contre l'EBV, le KSHV, les herpes virus humain 6, résistants à l'acyclovir (et sensibles à l'acyclovir) HSV, VZV, et CMV résistant au ganciclovir (et sensible au ganciclovir)

Une certaine activité anti-VIH

IV ou injection intravitréenne: l'efficacité est comparable à celle du ganciclovir dans le traitement et le ralentissement de l'évolution de la rétinite à CMV

Toxicité rénale chez jusqu'à un tiers des patients si le foscarnet est administré sans hydratation adéquate, déséquilibres électrolytiques

Ganciclovir

L'activité in vitro contre tous les herpès virus, y compris le CMV, mais les souches de HSV résistantes à l'acyclovir présentent également une résistance croisée au ganciclovir

Typiquement le médicament de choix pour le CMV

Utilisé chez les patients infectés par le VIH sui ont une rétinite à CMV

Forme IV: la plus fréquente

Injection intravitréenne: dans la rétinite à CMV

Forme orale: la biodisponibilité est de seulement 6 à 9%; requiert la prise de 12 gélules/jour pour une dose standard (1 g 3 fois/jour), et limite son utilité

Troubles hématopoïétiques, en particulier la neutropénie, qui parfois nécessite un traitement*

Idoxuridine

Active contre le HSV-1, le HSV-2, le VZV, le virus de la vaccine et le CMV

Topique: l'utilisation clinique a été limitée au traitement local de la kératoconjonctivite à virus herpes simplex, du fait de sa toxicité systémique élevée

Irritation, douleur, photophobie, prurit inflammation ou œdème des paupières

Rarement, réactions allergiques

Penciclovir

Actifs contre HSV-1, HSV-2, VZV et EBV

Topique (crème): utilisée chez l'adulte dans l'herpès labial récidivant

Érythème

Trifluridine (trifluorothymidine)

Actifs contre HSV-1 et HSV-2

Topique: le traitement ophtalmique de la kératoconjonctivite primitive et de la kératite récidivante provoquées par HSV-1 et HSV-2

(Utilisation systémique exclue par l'atteinte de la moelle osseuse)

Picotement oculaire, œdème palpébral

Moins fréquemment, kératite ponctuée, réactions allergiques

Valacyclovir (promédicament de l'acyclovir)

Spectre antiviral similaire à celui de l'acyclovir

Oral: 3–5 fois plus biodisponible que l'acyclovir

Semblables à ceux de l'acyclovir

Purpura thrombotique thrombopénique/syndrome hémolytique-urémique dans certains cas d'infection avancée par le VIH et chez les greffés ayant reçu du valacyclovir, à doses plus élevées que celles actuellement recommandées†

Valganciclovir (promédicament du ganciclovir)

Semblable au ganciclovir

Oral: biodisponibilité supérieure à celle du ganciclovir po

Semblable au ganciclovir

Vidarabine (adénine arabinoside, ara-A)

Dans les infections par le HSV

La forme IV n'est plus utilisée en raison de sa neurotoxicité

Préparations ophtalmiques: efficaces contre la kératoconjonctivite aiguë et la kératite superficielle récidivante provoquées par HSV-1 et HSV-2

On observe une kératite ponctuée superficielle avec lacrimation, irritation, douleurs et photophobie

*Une neutropénie sévère (< 500 neutrophiles/mcL) peut nécessiter l'une des opérations suivantes:

  • Stimulation de moelle osseuse avec granulocyte colony-stimulating factor ou granulocyte-macrophage colony-stimulating factor

  • Arrêt du ganciclovir

  • Réduction de la dose

†Le valacyclovir doit être utilisé avec prudence en cas d'infection par le VIH à un stade avancé et chez les receveurs d'organes.

Médicaments mentionnés dans cet article

Nom du médicament Sélectionner les dénominations commerciales
VALCYTE
VIROPTIC
VALTREX
FAMVIR
CYTOVENE
DENAVIR
VISTIDE
FOSCAVIR
ZOVIRAX
Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Revue générale de la tuberculose
Vidéo
Revue générale de la tuberculose
Modèles 3D
Tout afficher
SARS-CoV-2
Modèle 3D
SARS-CoV-2

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE