Le Manuel Merck

Please confirm that you are a health care professional

honeypot link
Certains médicaments ayant des effets indésirables pendant la grossesse

Certains médicaments ayant des effets indésirables pendant la grossesse

Exemples

Effets indésirables

Commentaires

Antibactériens

Ototoxicité (p. ex., lésions labyrinthiques fœtales), aboutissant à une surdité

Syndrome du bébé gris

Possibilité d'arthralgies; théoriquement, troubles musculo-squelettiques (p. ex., trouble de la croissance osseuse), mais aucune preuve de cet effet

Chez la femme ou le fœtus qui ont un déficit en G6PD, hémolyse

Contre-indiquée au cours du 1er trimestre, à terme (38 à 42 semaines), pendant le travail et l'accouchement et juste avant le début du travail

Primaquine

Chez la femme ou le fœtus qui ont un déficit en G6PD, hémolyse

Ototoxicité

Chez la femme ou le fœtus qui ont un déficit en G6PD, hémolyse

Ralentissement de la croissance osseuse, hypoplasie de l'émail, jaunissement permanent des dents et augmentation des risques de caries pour les descendants

Parfois, insuffisance hépatique chez la femme enceinte

La supplémentation en acide folique aide à réduire le risque d'anomalies du tube neural et doit être réalisée

Doit être évité pendant le 1er trimestre

Anticoagulants

Thrombopénie et hémorragie maternelle

Compatible avec la grossesse; ne traverse pas le placenta

Héparine non fractionnée

Thrombopénie et hémorragie maternelle

Même que l'héparine de bas poids moléculaire

Inhibiteurs du facteur Xa Anticoagulation d'entretien Anticoagulation d'entretien (p. ex., rivaroxaban, apixaban, edoxaban)

Données humaines inadéquates; possible lésion du fœtus, car ces médicaments semblent traverser le placenta

Pas d'antidote; doit être évité pendant la grossesse

Lorsque la warfarine est administrée au cours du 1er trimestre, risque élevé d'embryopathie à la warfarine (p. ex., hypoplasie nasale, anomalie de la croissance osseuse, atrophie optique bilatérale, divers degrés de handicap intellectuel)

Lorsque la warfarine est administré pendant le 2e ou le 3e trimestre, il peut en résulter une atrophie optique, une cataracte, un handicap intellectuel, une microcéphalie, une microphtalmie et une hémorragie fœtale et maternelle

Absolument contre-indiquée au cours du 1er trimestre de la grossesse

Carbamazépine

Syndrome hémorragique du nouveau-né

Risques de malformation congénitale dont des anomalies du tube neural

Lamotrigine

Pas de risque accru appréciable avec une posologie allant jusqu'à 600 mg/jour

Compatible avec la grossesse

Lévétiracétam

Malformations squelettiques mineures dans des études animales, mais aucune augmentation appréciable du risque chez l'humain

Compatible avec la grossesse

Phénobarbital

Syndrome hémorragique du nouveau-né

Risques de malformation congénitale

Phénylhydantoïne

Malformations congénitales (p. ex., fente labiale, malformation génito-urinaires telle que l'hypospadias, malformations cardiaques)

Syndrome hémorragique du nouveau-né

Risque persistant de malformations congénitales malgré la supplémentation en acide folique

Trimethadione

Risque élevé de malformations congénitales (p. ex., fente palatine; anomalies cardiaques, cranio-faciales, de la main, et abdominales) et risque de fausse couche spontanée

Presque toujours contre-indiqué pendant la grossesse

Valproate

Malformations congénitales majeures (p. ex., anomalies du tube neural comme le myéloméningocèle Spina bifida ; malformations cardiaques, cranio-faciales, et des membres)

Risque persistant de malformations congénitales malgré la supplémentation en acide folique

Bupropion

Données contradictoires quant aux risques de malformation congénitale en cas d'exposition au cours du premier trimestre

Dosage affecté par l'insuffisance hépatique ou rénale

Citalopram

Lorsque le citalopram est administré au cours du 1er trimestre, augmentation du risque de malformations congénitales (en particulier cardiaques)

Lorsque le médicament est administré au cours du 3e trimestre, syndrome de sevrage et hypertension pulmonaire persistante du nouveau-né

Envisager de diminuer la dose au cours du 3e trimestre, après avis d'un spécialiste de santé mentale

Escitalopram

Lorsque l'escitalopram est administré au cours du 3e trimestre, syndrome de sevrage et hypertension pulmonaire persistante du nouveau-né

Envisager de diminuer la dose au cours du 3e trimestre, après avis d'un spécialiste de santé mentale

Fluoxétine

Lorsque la fluoxétine est administrée au cours du 3e trimestre, syndrome de sevrage et hypertension pulmonaire persistante du nouveau-né

Demi-vie longue; interactions médicamenteuses pouvant intervenir des semaines après l'arrêt du médicament

Envisager de diminuer la dose au cours du 3e trimestre, après avis d'un spécialiste de santé mentale

Paroxétine

Lorsque la paroxétine est administrée au cours du 1er trimestre, augmentation du risque de malformations congénitales (en particulier cardiaques)

Lorsque le médicament est administré au cours du 3e trimestre, syndrome de sevrage et hypertension pulmonaire persistante du nouveau-né

Utilisation pendant la grossesse non recommandée par certains experts*

Envisager de diminuer la dose au cours du 3e trimestre, après avis d'un spécialiste de santé mentale

Sertraline

Lorsque la sertraline est administrée au cours du 3e trimestre, syndrome de sevrage et hypertension pulmonaire persistante du nouveau-né

Envisager de diminuer la dose au cours du 3e trimestre, après avis d'un spécialiste de santé mentale

Venlafaxine

Lorsque la venlafaxine est administrée au cours du 3e trimestre, syndrome de sevrage

Une insuffisance hépatique ou rénale modifie le dosage de façon importante

Envisager de diminuer la dose au cours du 3e trimestre, après avis d'un spécialiste de santé mentale

Antiémétiques

Doxylamine et pyridoxine (vitamine B6)

Aucun élément en faveur de risque accru de malformations congénitales

Ondansétron

Aucun risque tératogène significatif dans les études animales

Lorsque l'ondansétron est administré au cours du 1er trimestre, risque éventuel de maladie congénitale cardiaque (les preuves sont faibles)

Utilisé pendant la grossesse uniquement pour l'hyperemesis gravidarum lorsque les autres traitements sont inefficaces

Prométhazine

Aucun risque tératogène significatif dans les études animales

En général, aucun risque accru de malformations congénitales

Peut-être diminution de l'agrégation plaquettaire chez les nouveau-nés

Amphotéricine B

Aucun risque tératogène significatif dans les études animales

Surveillance recommandée pour les toxicités systémiques (déséquilibre électrolytique, dysfonctionnement rénal) chez la mère

Fluconazole

Tératogène à des doses élevées dans les études animales

Aucune augmentation apparente du risque de malformations congénitales après une dose unique de 150 mg/jour

Après des doses plus élevées (> 400 mg/jour) prises pendant la plupart ou tout le 1er trimestre de grossesse, risque accru de malformations diverses

Miconazole

En cas d'utilisation par voie orale, effets indésirables dans les études animales

Lorsqu'il est appliqué sur la peau, pas de risque significatif de malformation congénitale

L'utilisation intravaginale au cours du 1er trimestre n'augmente pas le risque de malformations congénitales

Terconazole

Effets indésirables dans les études animales

Pas de risque significatif de malformation congénitale

L'utilisation intravaginale au cours du 1er trimestre n'augmente pas le risque de malformations congénitales

Médicaments antihistaminiques/anticholinergiques

Loratadine

Hypospadias possible

Méclizine

Tératogène chez les rongeurs, mais aucune preuve de cet effet chez l'homme

Chlorpropamide

Hypoglycémie néonatale

Glyburide

Hypoglycémie néonatale

Effets à long terme inconnus sur le fœtus

Traverse le placenta

Metformine

Hypoglycémie néonatale

Effets à long terme inconnus sur le fœtus

Traverse le placenta

Tolbutamide

Hypoglycémie néonatale

Antihypertenseurs

Lorsque les médicaments sont administrés au cours du 2e ou 3e trimestre, ils peuvent être responsables d'un défaut d'ossification des os du crâne, d'une hypoperfusion fœtale (pouvant être responsable de malformations rénales), d'insuffisance rénale et de séquence oligohydramnios (oligohydramnios, déformations craniofaciales, arthrogrypose et hypoplasie pulmonaire)

Antagonistes de l'aldostérone

Dans le cas de la spironolactone, possible féminisation des fœtus mâles

Dans le cas de l'éplérénone, aucun risque accru de malformations congénitales chez l'animal

Bradycardie fœtale, hypoglycémie et possible retard de croissance intra-utérin et de prématurité

Lorsque les médicaments sont administrés au cours du 1er trimestre de la grossesse, difformités phalangiennes possibles

Lorsque les médicaments sont administrés au cours des 2e ou 3e trimestres, retard de croissance fœtale

Empêchent l'expansion normale du volume plasmatique maternel, réduisent la perfusion placentaire et contribuent à l'apparition d'un retard de croissance intra-utérin

Hyponatrémie néonatale, hypokaliémie et thrombopénie

Médicaments anticancéreux‡

Actinomycine

Tératogène chez l'animal, mais pas de preuves de cet effet chez l'homme

Busulfan

Malformations congénitales (p. ex., retard de croissance intra-utérin, hypoplasie mandibulaire, fente palatine, dysostose crânienne, anomalie rachidienne, de l'oreille, pied bot)

Chlorambucil

Mêmes que celles du busulfan

Colchicine

Malformations congénitales et possibles anomalies des spermatozoïdes

Cyclophosphamide

Mêmes que celles du busulfan

Doxorubicine

Tératogène chez l'animal et l'être humain

Éventualité de dysfonctionnement cardiaque dose dépendant

L'utilisation pendant la grossesse n'est pas recommandée

Une contraception efficace est recommandée pendant la grossesse et 6 mois après le traitement du partenaire masculin ou féminin

Mercaptopurine

Mêmes que celles du busulfan

Méthotrexate

Mêmes que celles du busulfan

Contre-indiqué pendant la grossesse à l'exception de la grossesse extra-utérine, qui nécessite une consultation initiale et une consultation de suivi pour confirmer le diagnostic de grossesse extra-utérine pour éviter de léser le fœtus si la grossesse est intra-utérine

Contraception efficace recommandée pendant 8 semaines après la dernière dose

Vinblastine

Tératogène chez l'animal, mais pas de preuves de cet effet chez l'homme

Vincristine

Tératogène chez l'animal, mais pas de preuves de cet effet chez l'homme

Antipsychotiques Traitement et stabilisateurs de l'humeur

Halopéridol

Effets indésirables dans les études animales

Lorsque l'halopéridol est administré au cours du 1er trimestre de la grossesse, malformations des membres possibles

Lorsque l'halopéridol est administré au cours du 3e trimestre, risque accru de symptômes extrapyramidaux ou de symptômes de sevrage chez le nouveau-né

Lurasidone

Aucune preuve d'effets indésirables dans les études animales

Lorsque la lurasidone est administrée au cours du 3e trimestre, risque accru de symptômes extrapyramidaux ou de symptômes de sevrage chez le nouveau-né

Effets indésirables dans les études animales

Lorsque le lithium est administré au cours du 1er trimestre de la grossesse, tératogène (malformations cardiaques)

Lorsque le lithium est administré plus tard au cours de la grossesse, léthargie, hypotonie, prise alimentaire insuffisante, hypothyroïdie, goitre et diabète insipide néphrogénique chez le nouveau-né

Olanzapine

Effets indésirables dans les études animales

Lorsque l'olanzapine est administrée au cours du 3e trimestre, risque accru de symptômes extrapyramidaux ou de symptômes de sevrage chez le nouveau-né

Rispéridone

Effets indésirables dans les études animales

En se basant sur des données limitées, aucune augmentation du risque tératogène

Lorsque la rispéridone est administrée au cours du 3e trimestre, risque accru de symptômes extrapyramidaux ou de symptômes de sevrage chez le nouveau-né

Anxiolytiques

Quand les benzodiazépines sont administrées en fin de grossesse, une dépression respiratoire ou un syndrome de sevrage néonatal pouvant provoquer une irritabilité néonatale, tremblements et hyperréflexie

Aspirine et autres salicylates

Ictère nucléaire fœtal

Avec des doses élevées, possibilité d'avortement spontanés au cours du premier trimestre, de déclenchement tardif du travail, de fermeture prématurée du canal artériel, d'ictère, parfois d'hémorragie néonatale et/ou maternelle (pendant ou après l'accouchement), d'entérocolite nécrosante et d'oligohydramnios

Avec de faibles doses (81 mg) d'aspirine, pas de risque tératogène significatif

Utilisation autorisée pour de courtes durées au 2e trimestre si le fœtus est surveillé attentivement

AINS non salicylés

Mêmes que les AINS salicylés

Contre-indiqué après 30 semaines de gestation; peut être utilisé entre 20 et 30 semaines de gestation en fonction de l'évaluation des risques et des avantages pour chaque cas

Buprénorphine

Effets indésirables, mais pas de tératogénicité dans les études animales

Risque d'un syndrome de sevrage opiacé néonatal (syndrome d'abstinence néonatale)

Amélioration de l'évolution des fœtus par rapport à ceux pour lesquels les femmes enceintes utilisent des substances illicites

Codéine

Hydrocodone

Hydromorphone

Mépéridine

Morphine

Chez le nouveau-né de femmes qui ont une addiction aux opiacés, symptômes de sevrage pouvant se produire 6 heures à 8 jours après la naissance

Si de fortes doses ont été administrées dans l'heure précédant l'accouchement, éventuellement dépression du système nerveux central et bradycardie néonatale

Méthadone

Effets indésirables dans les études animales

Effets spécifiques de la méthadone chez les femmes enceintes éventuellement difficiles à différencier des effets des médicaments concomitants (p. ex., les drogues illicites)

Risque de syndrome de sevrage néonatal des opiacés

Amélioration de l'évolution des fœtus par rapport à ceux pour lesquels les femmes enceintes utilisent des substances illicites

Nécessité éventuelle d'analgésiques à action rapide de courte durée pour compléter le traitement d'entretien pendant le travail et l'accouchement

Rétinoïdes

Isotrétinoïne

Risque tératogène élevé (p. ex., multiples malformations congénitales), fausse couche spontanée, et handicap intellectuel

Contre-indiqué pendant la grossesse et chez la femme susceptible d'être enceinte

Hormones sexuelles

Danazol

Lorsque ces médicaments sont administrés au cours des 14 premières semaines, masculinisation des organes génitaux d'un fœtus féminin (p. ex., pseudohermaphrodisme)

Contre-indiqué pendant la grossesse

Progestatifs de synthèse (mais pas les faibles doses utilisées dans les contraceptifs oraux)

Mêmes que celles du danazol

Contre-indiqué pendant la grossesse

Médicaments thyroïdiens

Methimazole

Goitre fœtal et malformations néonatales du cuir chevelu (aplasie du scalp)

Doit être évité au cours du 1er trimestre de la grossesse

Propylthio-uracile

Goitre fœtal et hépatotoxicité maternelle et agranulocytose

Iode radioactif (131I)

Destruction de la glande thyroïde du fœtus ou, lorsque le médicament est administré vers la fin du 1er trimestre, grave hyperthyroïdie fœtale

Risque accru de cancer chez l'enfant

Contre-indiqué pendant la grossesse

Solution saturée d'iodure de K

Volumineux goitre fœtal, pouvant obstruer l'arbre respiratoire chez le nouveau-né

Triiodothyronine

Goitre fœtal

Échographie pour surveiller le fœtus à la recherche d'un goitre potentiel

Vaccins

Vaccins contre le COVID-19

Pas de problèmes de sécurité chez les femmes enceintes vaccinées, ou chez leurs nourrissons, observés dans les premières données des systèmes de surveillance de la sécurité

Avec le vaccin contre la rubéole et de la varicelle, infection potentielle du placenta et fœtus en développement

Avec les autres vaccins, risques potentiels mais inconnus

Non administrés chez la femme enceinte ou susceptible de l'être

Autres

Corticostéroïdes

Lorsque ces médicaments sont utilisés au cours du 1er trimestre, éventuellement fentes orofaciales

Hydroxychloroquine

Aucune augmentation du risque aux doses habituelles

Isoniazide

Augmentation transitoire possible du taux d'aminotransférase chez la mère, neuropathie périphérique

Ne pas utiliser avec d'autres médicaments hépatotoxiques

Pseudoephedrine

Vasoconstriction placentaire et le risque possible de gastroschisis

Vitamine A

Malformations congénitales

Dans le cas des quantités généralement présentes dans les vitamines prénatales (5000 UI/jour), pas d'association avec un risque tératogène, mais risque possible avec des doses > 10 000 UI/jour en début de grossesse

Vitamine K

Chez la femme ou le fœtus qui ont un déficit en G6PD, hémolyse

*The American College of Obstetricians and Gynecologists (ACOG) recommande d'éviter l'utilisation de la paroxétine pendant la grossesse.

†Deux nouveaux médicaments antiépileptiques (brivaracétam, eslicarbazépine) sont disponibles; il n'y a que peu ou pas d'information sur leurs effets pendant la grossesse.

‡L'European Society for Medical Oncology (ESMO) a publié des lignes directrices pour le diagnostic, le traitement et le suivi du cancer pendant la grossesse. En général, si la chimiothérapie est indiquée, elle ne doit pas être administrée pendant le premier trimestre, mais peut débuter au cours du 2e trimestre; la dernière dose de chimiothérapie doit être administrée ≥ 3 semaines avant l'accouchement prévu, et la chimiothérapie ne doit pas être administrée après 33 semaines de gestation.

ACIP = Advisory Committee on Immunization Practices; CDC = Centers for Disease Control and Prevention; G6PD = glucose-6-phosphate dehydrogenase.