Le Manuel Merck

Please confirm that you are a health care professional

honeypot link

Schizophrénie chez l'enfant et l'adolescent

Par

Josephine Elia

, MD, Sidney Kimmel Medical College of Thomas Jefferson University

Dernière révision totale mai 2019| Dernière modification du contenu mai 2019
Cliquez ici pour l’éducation des patients

La schizophrénie est caractérisée par des hallucinations et des idées délirantes qui entraînent un dysfonctionnement psychosocial considérable évoluant depuis 6 mois.

(Voir aussi Schizophrénie chez l'adulte.)

La schizophrénie se déclare généralement entre le milieu de l'adolescence et le milieu de la trentaine, avec un pic au début de la vingtaine. Les signes chez les adolescents et les jeunes adultes sont similaires. La schizophrénie chez les enfants prépubères (schizophrénie à début précoce, schizophrénie infantile), dans laquelle des symptômes similaires à ceux de la forme de l'adolescent/du jeune adulte se développent avant l'âge de 12 ans, est extrêmement rare.

Bien que le premier épisode survienne généralement chez les jeunes adultes, des événements et des expériences concernant le développement neurologique se produisent plus précocement (p. ex., pendant la période périnatale).

Ces facteurs de risque périnataux comprennent les facteurs de risque suivants:

  • Les maladies génétiques (en particulier celles qui augmentent le risque d'apparition au cours de l'enfance)

  • Exposition à certains médicaments ou à certaines substances (p. ex., le cannabis) au cours d'une période de vulnérabilité

  • Dénutrition prénatale

  • Complications survenant lors du travail, hypoxie, infection périnatale, décollement ou insuffisance placentaire

  • Lésion cérébrale de l'enfance

D'autres facteurs de risque, qui se produisent plus tard (p. ex., l'usage de drogues plus tard à l'adolescence), peuvent ensuite déclencher une schizophrénie.

Les manifestations de schizophrénie à début précoce (schizophrénie infantile) sont habituellement similaires à celles des adolescents et des adultes, mais les idées délirantes et les hallucinations visuelles (qui peuvent être plus fréquentes chez l'enfant) peuvent être moins élaborées. Des caractéristiques supplémentaires aident également à distinguer une schizophrénie à début précoce (schizophrénie infantile) de la forme des adolescents/adultes jeunes:

  • Symptômes plus graves

  • Antécédents familiaux lourds

  • Fréquence accrue d'anomalies génétiques, d'anomalies du développement (p. ex., trouble envahissant du développement, déficience intellectuelle) et anomalies motrices

  • Augmentation de la prévalence des difficultés sociales prémorbides

  • Début insidieux

  • Détérioration cognitive

  • Modifications neuro-anatomiques (perte progressive du volume cortical de matière grise, augmentation du volume ventriculaire)

L'apparition soudaine d'une psychose chez un jeune enfant doit toujours être traitée comme une urgence par un bilan médical complet afin de rechercher une cause physiologique à la modification de l'état mental; ces causes comprennent

  • Médicaments (chez les jeunes enfants, stimulants et corticostéroïdes; chez les adolescents, drogues)

  • Infection ou lésion du système nerveux central

  • Troubles thyroïdiens

  • Encéphalopathies auto-immunes (p. ex., encéphalite à Ac anti-récepteurs NMDA [N-méthyle-d-aspartate] [1])

  • Lupus (2)

  • Porphyrie (3)

  • Maladie de Wilson (4)

Des recherches récentes indiquent qu'il existe un risque accru de développer certains troubles psychotiques (à savoir, trouble bipolaire et schizophrénie) chez les adolescents qui prennent des produits du cannabis contenant du tétrahydrocannabinol (THC). Cette augmentation du risque n'est pas expliquée par des facteurs génétiques. Il existe des craintes que la récente légalisation de la marijuana puisse donner aux adolescents (et à leurs parents) un faux sentiment de sécurité concernant cette drogue récréative banale.

Le traitement de la schizophrénie chez l'enfant et l'adolescent est complexe, avec des résultats variables, et l'orientation vers un psychiatre de l'enfant et de l'adolescent est fortement recommandée.

Références

  • 1. Dalmau J, Lancaster E, Martinez-Hernandez E, et al: Clinical experience and laboratory investigations in patients with anti-NMDAR encephalitis. Lancet Neurol 10 (1):63–74, 2011. doi: 10.1016/S1474-4422(10)70253.

  • 2. Muscal E, Nadeem T, Li X, et al: Evaluation and treatment of acute psychosis in children with systemic lupus erythematosus (SLE): Consultation-liaison service experiences at a tertiary-care pediatric institution. Psychosomatics 51 (6):508–514, 2010. doi: 10.1176/appi.psy.51.6.508.

  • 3. Kumar B: Acute intermittent porphyria presenting solely with psychosis: A case report and discussion. Psychosomatics 53 (5):494–498, 2012. doi: 10.1016/j.psym.2012.03.008.

  • 4. Grover S, Sarkar S, Jhanda S, et al: Psychosis in an adolescent with Wilson's disease: A case report and review of the literature. Indian J Psychiatry 56 (4):395–398, 2014. doi: 10.4103/0019-5545.146530.

Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Voir les

Également intéressant

Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
HAUT DE LA PAGE