Le Manuel Merck

Please confirm that you are a health care professional

honeypot link

Radiographie conventionnelle

Par

Mehmet Kocak

, MD, Rush University Medical Center

Dernière révision totale mai 2019| Dernière modification du contenu mai 2019
Cliquez ici pour l’éducation des patients
Ressources liées au sujet

La radiologie conventionnelle utilise des rx; le terme "rx standard" est parfois utilisé pour distinguer les rx utilisées seules des rx associées à d’autres techniques (p. ex., TDM).

Dans la rx conventionnelle, un faisceau de rx est généré et traverse le patient pour atteindre un film ou un détecteur qui enregistre la quantité de rayonnements reçue, produisant ainsi une image. Les différents tissus mous atténuent différemment les photons X, en fonction de la densité des tissus; plus les tissus sont denses, plus ils sont blancs (plus rx opaques). La gamme de densités, du plus dense au moins dense, va du métal (blanc [rx-opaque]), à la corticale osseuse (moins blanche), aux muscles et aux liquides (gris), aux graisses (gris plus sombre), à l'air ou aux gaz (noir [radiotransparents]).

Utilisations de la radiologie conventionnelle

La rx est la méthode d'imagerie la plus facilement disponible. La rx est typiquement la première technique d'imagerie indiquée dans l'étude des extrémités, du thorax et parfois du rachis et de l'abdomen. Ces régions comprennent des structures importantes avec des densités qui différent de celles des tissus adjacents. Par exemple, la rx est l'examen de première intention pour détecter les lésions suivantes:

  • Fractures: l’os en blanc est bien vu parce qu’il est adjacent au gris des tissus mous.

  • Pneumonie: un exsudat inflammatoire qui remplit les poumons est bien vu parce qu’il contraste avec les espaces aériens adjacents plus radiotransparents.

  • Occlusion intestinale: des anses intestinales dilatées, remplies d’air sont bien vues au milieu des tissus mous environnants.

Variantes de la rx conventionnelle

Rx avec contraste

Quand la densité de tissus adjacents est similaire, des produits de contraste rx-opaques (voir Agents de contraste radiographique et réactions aux produits de contraste) sont souvent ajoutés à un tissu ou à une structure pour la différencier des autres. Les structures nécessitant habituellement l'utilisation de contraste comprennent les vaisseaux sanguins (pour l'angiographie) et les lumières du tractus gastro-intestinal, du système biliaire et génito-urinaire. Des gaz peuvent être utilisés pour distendre le tractus gastro-intestinal distal et le rendre visible.

Les autres imageries (p. ex., TDM, IRM) ont largement remplacé les examens de contraste parce que les images tomographiques permettent une meilleure localisation anatomique des anomalies. Les procédures endoscopiques ont largement remplacé le transir baryté de contraste de l'œsophage, de l'estomac et du tractus intestinal supérieur.

Radioscopie

Un faisceau de rx continu est utilisé pour produire des images de structures ou d'objets mobiles en temps réel. La radioscopie est le plus souvent utilisée

  • Avec des agents de contraste (p. ex., examens de la déglutition ou cathétérisme des artères coronaires)

  • Pendant des procédures médicales pour suivre la mise en place de guides, de cathéters ou d'aiguilles (p. ex., dans les examens électrophysiologiques ou les interventions coronaires percutanées).

La radioscopie peut également être utilisée en temps réel pour détecter les mouvements du diaphragme, des os et des articulations (p. ex., pour évaluer la stabilité des blessures musculo-squelettiques).

Inconvénients de la rx conventionnelle

La précision diagnostique est limitée dans beaucoup de situations. D'autres examens d'imagerie peuvent présenter des avantages, tels qu'être plus détaillés ou d'être plus sûrs ou plus rapides.

L'utilisation des agents (produits) de contraste tels que le baryum et la gastrografine présente des inconvénients (voir Inconvénients de la TDM) et les produits de contraste IV présentent des risques.

La radioscopie peut impliquer de fortes doses de rayonnement (voir Risques des irradiations médicales).

Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Voir les

Également intéressant

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE