Le Manuel Merck

Please confirm that you are a health care professional

honeypot link

Prévention des infections chirurgicales

Par

Paul K. Mohabir

, MD, Stanford University School of Medicine;


André V Coombs

, MBBS, Texas Tech University Health Sciences Center

Examen médical nov. 2020
Voir l’éducation des patients
Ressources liées au sujet

La plupart des interventions chirurgicales ne nécessitent pas d'antibioprophylaxie ni d'antibiothérapie post-opératoire. Certains facteurs liés au patient et à l'intervention modifient cependant le rapport risque/bénéfice en faveur de l'emploi d'une prophylaxie.

Les facteurs de risque liés au patient en faveur d'un traitement antibiotique comprennent

Les procédures à risque plus élevé concernent des zones où l'ensemencement bactérien est probable:

  • Bouche

  • Tractus gastro-intestinal

  • Voies respiratoires

  • Appareil génito-urinaire

Dans les interventions dites propres (susceptibles d'être en milieu stérile), la prophylaxie n'est en général utile que lorsque des matériaux ou dispositifs prothétiques sont insérés ou lorsqu'on sait qu'une infection peut avoir des conséquences sévères (p. ex., médiastinite après pontage aortocoronarien).

Le choix des antibiotiques est basé sur les lignes directrices du Surgical Care Improvement Project (SCIP, projet d'amélioration des soins chirurgicaux) (Prise en charge périopératoire Prise en charge périopératoire Le Surgical Care Improvement Project (SCIP) a été initié en 2005 dérivé du projet Surgical Infection Prevention (SIP). Reconnu comme un partenariat américain sur plusieurs années, le projet... en apprendre davantage ). Il existe des preuves solides selon lesquelles la normalisation des choix des antibiotiques et le respect des protocoles du Surgical Care Improvement Project (SCIP, projet d'amélioration des soins chirurgicaux) ou d'un autre protocole normalisé et validé réduit le risque d'infection chirurgicale. Certaines régions des États-Unis qui ont suivi les lignes directrices du Surgical Care Improvement Project (SCIP, projet d'amélioration des soins chirurgicaux) ont pu diminuer les infections de sites opératoires de 25% de 2006 à 2010. Le choix des médicaments repose sur l'activité du médicament par rapport à la bactérie qui est la plus susceptible de contaminer la plaie au cours d'une procédure spécifique (Protocoles d'antibiothérapie pour certaines procédures chirurgicales Protocoles d'antibiothérapie pour certaines procédures chirurgicales Protocoles d'antibiothérapie pour certaines procédures chirurgicales ). L'antibiotique est administré dans l'heure précédent l'incision chirurgicale (2 heures pour la vancomycine et les fluoroquinolones). Les antibiotiques peuvent être administrés par voie orale ou IV, selon l'antibiotique et l'intervention. Dans le cas de la plupart des céphalosporines, une autre dose est administrée si la procédure dure > 4 heures. Pour les procédures de nettoyage aucune dose supplémentaire n'est nécessaire mais, dans les autres cas, il est difficile de savoir si des doses supplémentaires sont bénéfiques. La prophylaxie post-opératoire n'est poursuivie > 24 heures que si une infection active est détectée pendant l'intervention; dans ce cas, on sort du cadre de la prophylaxie pour débuter une antibiothérapie adaptée.

Le Centers for Disease Control a publié des recommandations (guidelines) de prévention des infections des sites opératoires qui traitent des mesures antiseptiques topiques et non médicamenteuses (p. ex., bains, produits d'étanchéité, irrigation, prophylaxie pour les prothèses).

Tableau

Plus d'information

Les sources d'information suivantes en anglais peuvent être utiles. S'il vous plaît noter que LE MANUEL n'est pas responsable du contenu de ces ressources.

Voir l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : AFFICHER LA VERSION GRAND PUBLIC
quiz link

Test your knowledge

Take a Quiz! 
ANDROID iOS
ANDROID iOS
ANDROID iOS
HAUT DE LA PAGE