Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Introduction à la prise en charge du patient présentant des troubles bucco-dentaires

Par Linda P. Nelson, DMD, MScD, Assistant Professor of Pediatric Dentistry;Associate Pediatric Dentist, Harvard School of Dental Medicine;Children's Hospital

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

1 iOS Android

Le médecin doit toujours examiner la cavité orale et savoir reconnaître les affections bucco-dentaires, en particulier les éventuels cancers. Cependant, la consultation d'un chirurgien-dentiste est nécessaire pour dépister les affections bénignes comme les lésions dentaires, parodontales et ostéo-muqueuses. De même, les patients présentantune xérostomie, une tuméfaction inexpliquée ou une douleur buccale, faciale ou cervicale doivent consulter le chirurgien-dentiste.

Les enfants qui présentent une malformation maxillo-faciale (pouvant également avoir des troubles dentaires nécessitant une correction) doivent également être examinés par le dentiste.

En cas de fièvre ou d'infection systémique d'origine inconnue, des causes dentaires doivent être recherchées.

Une consultation dentaire est également nécessaire avant une radiothérapie cervicofaciale et est fortement conseillée avant une chimiothérapie.

Les troubles dentaires courants, les urgences dentaires et d'autres symptômes dentaires et oraux, dont les douleurs dentaires, sont abordés ailleurs dans Le Manuel. Ce chapitre se concentre sur

Bases de gériatrie

La sécrétion salivaire de repos diminue rarement de manière significative par le fait du vieillissement seul. La xérostomie et l'hyposalivation chez les personnes âgées est quasiment toujours un effet secondaire des médicaments, même si le flux salivaire stimulé par l'alimentation reste généralement normal.

L'abrasion cuspidienne des dents usées et l'affaiblissement des muscles masticateurs peuvent rendre la mastication fatigante et compromettre l'alimentation.

La diminution de la masse osseuse des maxillaires (en particulier de l’os alvéolaire), la sécheresse de la bouche, l’amincissement de la muqueuse et les troubles de coordination des lèvres, des joues et des mouvements de la langue peuvent rendre difficile la rétention de prothèse.

Les papilles gustatives deviennent moins sensibles, ainsi les personnes âgées ont tendance à abuser des condiments, en particulier du sel (qui est dangereux pour certaines d'entre elles) ou bien à préférer des aliments très chauds pour augmenter le goût, brûlant parfois la muqueuse buccale qui est souvent atrophique.

Les récessions gingivales et la xérostomie contribuent au développement des caries radiculaires.

Malgré ces modifications, l'amélioration de l'hygiène dentaire a fortement réduit la fréquence de la perte des dents et la plupart des personnes âgées peuvent espérer conserver leurs dents.

Une mauvaise hygiène buccale contribue à un mauvais apport nutritionnel, qui altère l'état général. Les maladies bucco-dentaires (en particulier les parodontites) sont associées à un risque 2 fois plus élevé de coronaropathie. Les patients édentés ne peuvent plus avoir de parodontite car ils n’ont plus de parodonte, mais la parodontite peut être responsable de la perte des dents. Une pneumopathie par inhalation chez un patient qui a une parodontite peut impliquer des microrganismes anaérobies, et a une mortalité élevée. Les bactériémies dues à une infection dentaire aiguë ou chronique, incluant les parodontites, peuvent être responsables de thrombose du sinus caverneux, d'abcès cérébraux, d'endocardite, d'infections des prothèses articulaires et de fièvres inexpliquées.