Le Manuel Merck

Please confirm that you are a health care professional

honeypot link

Éruptions et réactions médicamenteuses

Par

Julia Benedetti

, MD, Harvard Medical School

Dernière révision totale juil. 2020| Dernière modification du contenu juil. 2020
Cliquez ici pour l’éducation des patients
Ressources liées au sujet

Les médicaments peuvent entraîner de multiples éruptions et réactions cutanées. Les formes les plus sévères de ces réactions médicamenteuses sont traitées ailleurs dans LE MANUEL et comprennent le syndrome de Stevens-Johnson, la nécrolyse épidermique toxique, le syndrome d'hypersensibilité, la maladie sérique, la dermatite exfoliative, l'œdème de Quincke, le choc anaphylactique et les vascularites induites par les médicaments.

Les médicaments peuvent également être impliqués dans la perte des cheveux, le lichen plan, l'érythème noueux, les troubles pigmentaires, le lupus érythémateux disséminé, les réactions de photosensibilité, le pemphigus, la pemphigoïde. D'autres réactions médicamenteuses sont classées par type de lésions ({blank} Types de réactions médicamenteuses et agents classiquement mis en cause).

Symptomatologie

La symptomatologie varie selon la cause et la réaction spécifique ({blank} Types de réactions médicamenteuses et agents classiquement mis en cause).

Tableau
icon

Types de réactions médicamenteuses et agents classiquement mis en cause

Type de réaction

Description et commentaires

Agents classiquement mis en cause

Éruptions acnéiformes

Ressemblent à l'acné, mais sans comédons, et apparaissent habituellement soudainement

Les corticostéroïdes, le récepteur du facteur de croissance épidermique (EGFR [epidermal growth factor receptor]) et les inhibiteurs de la protéine kinase activée par le mitogène (MEK [mitogen-activated protein kinase]), les iodures, les bromures, les hydantoïnes, les stéroïdes androgènes, le lithium, l'isoniazide, la phénytoïne, le phénobarbital, les vitamines B2, B6 et B12

Pustulose exanthématique aiguë généralisée

Apparition et extension rapides de l'éruption pustuleuse

Le plus souvent des antibiotiques, dont les macrolides et les pénicillines

Éruptions bulleuses

Apparaissent sous forme de vésicules et de bulles étendues

Pemphigus: pénicilline, pénicillamine et autres composés thiol

Pemphigoïde bulleuse: pénicillamine et furosémide (les plus fréquents)

Nécrose cutanée

Apparaît sous forme de lésions hémorragiques ou érythémateuses délimitées et douloureuses qui progressent en bulles hémorragiques et nécrose cutanée profonde avec formation d'escarres

La warfarine, l'héparine, les barbituriques, l'adrénaline, la noradrénaline, la vasopressine, lévamisole (contaminant des préparations de cocaïne de rue)

Lupus induit par les médicaments

Apparaît sous forme d'un syndrome pseudo-lupique, bien que souvent sans éruption cutanée

Procaïnamide, minocycline, hydralazine, médicaments anti-necrosis factor (TNF), pénicillamine, isoniazide, quinidine, interféron, méthyldopa, chlorpromazine, pratolol

Réaction médicamenteuse avec éosinophilie et symptômes systémiques ou syndrome d'hypersensibilité médicamenteuse

Se manifeste par de la fièvre, un œdème du visage, et une éruption cutanée 2-6 semaines après la 1ère dose d'un médicament

Les éosinophiles peuvent être élevés, avec présence de lymphocytes atypiques, d'une hépatite, d'une pneumonie, d'une lymphadénopathie et d'une myocardite

La thyroïdite peut être une séquelle

Antiépileptiques, allopurinol, sulfamides, minocycline, vancomycine

Dermatite flagellante

Dérivés érythémateux linéaires

Bléomycine

Caractérisé par des nodules rouges douloureux, principalement de la région prétibiale, mais parfois impliquant les bras ou autres régions

Sulfamides, contraceptifs oraux, pénicilline, bromures, iodures

Dermatite exfoliative/érythrodermie

Caractérisée par une rougeur et une desquamation de toute la surface cutanée

Peut être fatale

Pénicilline, sulfamides, bêta-lactamines, hydantoïnes, allopurinol, barbituriques, carbamazépine, phénobarbital

Éruptions médicamenteuses fixées

Apparaissent fréquemment sous forme de lésions pourpres ou rouges, bien circonscrites, circinées ou ovoïdes au niveau de la peau ou des muqueuses (en particulier des organes génitaux) et réapparaissent sur les mêmes sites à chaque fois que le médicament est administré

Antibiotiques, AINS, paracétamol, barbituriques, antipaludéens, antiépileptiques

Éruptions de type lichénoïdes ou similaires au lichen plan

Apparaissent sous forme de papules angulaires qui confluent en plaques squameuses

Inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine, bêta-bloqueurs, méthyldopa, quinidine, thiazides, pénicillamine, quinacrine

Éruptions morbilliformes ou maculopapuleuses (exanthèmes)

Réaction la plus fréquente d'hypersensibilité médicamenteuse

Légèrement prurigineuses, apparaissant classiquement 3 à 7 jours après le début du traitement médicamenteux

Presque tous les médicaments (en particulier les barbituriques, les antalgiques, les sulfamides, l'ampicilline et d'autres antibiotiques)

Éruptions cutanéomuqueuses

Varient de quelques petites vésicules de la muqueuse buccale ou de lésions cutanées de type urticaire à des ulcérations douloureuses de la muqueuse buccale avec lésions bulleuses étendues (voir Érythème polymorphe et Syndrome de Stevens-Johnson et Nécrolyse épidermique toxique)

Pénicilline, barbituriques, sulfamides (y compris les dérivés utilisés pour traiter l'HTA et le diabète)

Purpura palpable

Papules purpuriques non blanchissantes le plus souvent sur les membres inférieurs

Antibiotiques (p. ex., sulfamides et bêta-lactamines, hydralazine, propylthio-uracile, phénylhydantoïne, allopurinol)

Réactions phototoxiques: elles se produisent après des lésions directes des tissus par exposition à la lumière solaire et à des médicaments et se produisent peu après l'exposition et peuvent ressembler à une brûlure, y compris avec des bulles; les éruptions sont limitées à la peau exposée au soleil

Réactions photoallergiques: à médiation cellulaire, elles peuvent survenir plus tard, souvent avec des anomalies cutanées similaires à celles de l'eczéma, et peuvent se propager à la peau non exposée

Médicaments qui peuvent provoquer des réactions phototoxiques ou photoallergiques: AINS, chlorpromazine, phénothiazines et sulfamides

Médicaments qui ont tendance à ne provoquer que des réactions phototoxiques: antibiotiques (p. ex., tétracyclines, fluoroquinolones)

Réaction médicamenteuse de type maladie sérique

Une réaction à complexes immuns de type III

Urticaire aiguë et œdème de Quincke plus fréquents que les éruptions morbilliformes ou scarlatiniformes

Éventuellement polyarthrite, myalgies, polysynovite, fièvre et névrite

Pénicilline, insuline, protéines étrangères

Caractérisé par des zones focales de lésions rouge foncé, des douleurs cutanées et un décollement épidermique de < 10% de la surface corporelle dans le syndrome de Stevens-Johnson et > 30% de la surface corporelle dans les nécrolyses épidermiques toxiques*

La peau et la muqueuse sont atteintes; sur les lèvres peuvent se développer des croûtes et des ulcérations hémorragiques

Les formes sévères ressemblent à un syndrome d'épidermolyse staphylococcique, une affection due à une toxine staphylococcique observée chez les nourrissons, les jeunes enfants et les patients immunodéprimés

Peut être fatale

Antiépileptiques, AINS, pénicilline, sulfamides, médicaments antirétroviraux

Commune

Classiquement, mais pas toujours médiée par les IgE

Facilement reconnue par l'aspect de papules œdémateuses typiques bien limitées

Peut être accompagné par un œdème de Quincke ou d'autres manifestations d'anaphylaxie

L'urticaire est parfois le 1er signe de la maladie sérique, avec de la fièvre, des arthralgies et d'autres signes systémiques qui se développent en quelques jours

Les AINS peuvent aggraver l'urticaire et l'urticaire peut être un signe de nombreuses autres réactions médicamenteuses

*Lorsque le décollement épidermique se produit sur 10 à 30% de la surface corporelle, le terme de chevauchement de syndrome de Stevens-Johnson-nécrolyse épidermique toxique est utilisé.

AINS = anti-inflammatoires non stéroïdiens.

Diagnostic

  • Bilan clinique et antécédents d'exposition médicamenteuse

  • Parfois, biopsie cutanée

Une anamnèse détaillée est souvent nécessaire pour établir le diagnostic, en prenant en compte l'utilisation récente de médicaments vendus sans ordonnance. Puisque la réaction peut ne se produire que plusieurs jours ou même plusieurs semaines après la première exposition au médicament, il est important de considérer tous les nouveaux médicaments et non pas seulement celui qui a été le plus récemment introduit.

Aucun examen de laboratoire n'est utile au diagnostic, bien que la biopsie cutanée de la zone atteinte soit souvent évocatrice.

L'hypersensibilité ne peut être confirmée que par l'essai de réintroduction du médicament, ce qui peut être dangereux et contraire à l'éthique chez les patients qui ont présenté une réaction grave. Parfois, les patch-tests peuvent être utiles en cas d'éruptions médicamenteuses fixes.

Traitement

  • Arrêt des médicaments incriminés

  • Parfois, antihistaminiques et corticostéroïdes

La plupart des réactions médicamenteuses s'amendent lorsque les médicaments sont arrêtés et ne nécessitent pas d'autre traitement. À chaque fois que cela est possible, les médicaments suspectés doivent être remplacés par des composés de structure chimique non apparentée. Si aucun médicament de substitution n'est disponible et si la réaction est d'intensité légère, il peut être nécessaire de poursuivre le traitement sous surveillance attentive en dépit de la réaction.

Le prurit et l'urticaire peuvent être contrôlés par des antihistaminiques oraux et des corticostéroïdes locaux. Pour les réactions IgE-médiées (p. ex., urticaire), une désensibilisation peut être envisagée lorsqu'il existe un besoin critique pour un médicament donné.

En cas de réaction anaphylactique, le traitement repose sur l'adrénaline aqueuse (1:1000) 0,2 mL en sous-cutané ou IM, les antihistaminiques par voie parentérale et l’hydrocortisone soluble, dont l’action est plus lente mais plus durable, à la dose de 100 mg IV, qui peut être suivie par l’administration d'un corticostéroïde oral sur une courte période.

Points clés

  • Les médicaments pouvant causer une grande variété de réactions, ils doivent être considérés comme la cause de presque toutes les réactions cutanées inexpliquées.

  • Fonder le diagnostic principalement sur des critères cliniques, dont une anamnèse détaillée des médicaments sur ordonnance et des médicaments en vente libre.

  • Arrêter le médicament suspecté d'être en cause et traiter les symptômes selon les besoins.

Médicaments mentionnés dans cet article

Nom du médicament Sélectionner les dénominations commerciales
No US brand name
CORTEF, SOLU-CORTEF
ZYLOPRIM
MINOCIN
LITHOBID
Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Voir les

Également intéressant

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE