Le Manuel Merck

Please confirm that you are a health care professional

honeypot link

Dermatose aiguë fébrile à neutrophiles

(Syndrome de Sweet)

Par

Julia Benedetti

, MD, Harvard Medical School

Dernière révision totale juil. 2020| Dernière modification du contenu juil. 2020
Cliquez ici pour l’éducation des patients
Ressources liées au sujet

La dermatose aiguë fébrile à neutrophiles est caractérisée par des papules douloureuses, indurées, rouge foncé et des plaques avec un œdème au premier plan dans la partie supérieure du derme et un infiltrat dense de neutrophiles sur l'histopathologie. La cause n'est pas connue. Elle apparaît fréquemment avec une affection maligne sous-jacente, en particulier hémopathies malignes. Le diagnostic repose habituellement sur la biopsie cutanée. Le traitement est par des corticostéroïdes systémiques ou, comme alternative, la colchicine ou l'iodure de K.

Étiologie

La dermatose aiguë fébrile à neutrophiles peut être observée dans différents troubles. Elle est souvent classée en 3 catégories:

  • Classique

  • Associé à un cancer

  • Induit par les médicaments

Tableau
icon

Médicaments et troubles associés à une dermatose aiguë fébrile à neutrophiles

Classification

Trouble/Médicament

Classique

Maladies respiratoires aiguës

Infection digestive

Maladies inflammatoires et auto-immunes

Grossesse

Associé à un cancer

Leucémie myéloïde aiguë

Syndromes myélodysplasiques

Induit par les médicaments

Granulocyte colony-stimulating factor (G-CSF, la cause médicamenteuse la plus courante)

Antibiotiques (tels que la minocycline et le triméthoprime/sulfaméthoxazole)

Anticancéreux

Antiépileptiques

Autres (p. ex., abacavir, furosémide, hydralazine, AINS, contraceptifs oraux, rétinoïdes)

Environ 25% des patients ont un cancer sous-jacent, dont 75% sont des hémopathies malignes, en particulier des syndromes myélodysplasiques et des leucémies myéloïdes aiguës. La dermatose aiguë fébrile à neutrophiles touche principalement la femme entre 30 et 50 ans, avec un rapport femme:homme de 3:1. A contrario, les hommes qui développent cette pathologie ont tendance à être plus âgés (60 à 90 ans). Chez l'enfant de moins de 3 ans, le rapport est de 2:1 homme:femme.

La cause de la dermatose aiguë fébrile à neutrophiles est inconnue; cependant, les cytokines sécrétées par lymphocytes T auxiliaires de type 1, y compris l'interleukine-2 (IL-2) et l'interféron-gamma, sont prédominantes et peuvent jouer un rôle dans la formation des lésions.

Symptomatologie

Le patient est fébrile, avec un nombre élevé de neutrophiles et a des plaques ou des papules douloureuses rouges foncées et œdémateuses le plus souvent sur le visage, le cou et les membres supérieurs, en particulier le dos des mains. Des lésions orales peuvent également survenir. Les lésions se développent souvent par poussées et peuvent avoir un aspect annulaire. Chaque poussée est habituellement précédée d'une fièvre et persiste des jours voire des semaines. Dans de rares cas, des lésions bulleuses et pustuleuses sont également présentes.

Des variantes moins fréquentes comprennent une forme bulleuse qui peut s'ulcérer et ressembler à un pyoderma gangrenosum et une forme sous-cutanée impliquant la graisse sous-cutanée avec généralement des nodules érythémateux de 2 à 3 cm, généralement au niveau des extrémités. Lorsque située sur les membres inférieurs cette forme peut ressembler à un érythème noueux.

Les manifestations extracutanées sont rares peuvent toucher les yeux (p. ex., conjonctivite, épisclérite, iridocyclite), les articulations (p. ex., arthralgies, myalgies, arthrites) et les organes internes (p. ex., alvéolite neutrophile; ostéomyélite stérile; modifications psychiatriques ou neurologiques; insuffisances rénales, hépatique et pancréatique transitoires).

Diagnostic

  • Bilan clinique

  • Biopsie cutanée

Le diagnostic de la dermatose aiguë fébrile à neutrophiles est suggéré par l'aspect des lésions cutanées et est supporté par la présence des pathologies ou médicaments associés. Le diagnostic différentiel peut comprendre l'érythème polymorphe, l'erythema elevatum diutinum, le lupus érythémateux cutané subaigu, le pyoderma gangrenosum et l'érythème noueux.

Si le diagnostic est incertain, une biopsie cutanée doit être réalisée. L'aspect histopathologique est celui d'un œdème du derme supérieur associé à un infiltrat neutrophilique dense du derme. Une vascularite peut être présente, mais c'est un phénomène secondaire.

Traitement

  • Corticostéroïdes

Le traitement de la dermatose aiguë fébrile à neutrophiles repose sur les corticostéroïdes systémiques, principalement la prednisone 0,5 à 1,5 mg/kg par voie orale 1 fois/jour en 3 semaines. La colchicine 0,5 mg par voie orale 3 fois/jour ou l'iodure de potassium 300 mg par voie orale 3 fois/jour sont des alternatives thérapeutiques. Des antipyrétiques sont également recommandés.

Dans les cas difficiles, la dapsone 100 à 200 mg par voie orale 1 fois/jour, l'indométhacine 150 mg par voie orale 1 fois/jour pendant 1 semaine et 100 mg par voie orale 1 fois/jour pendant 2 semaines supplémentaires, la clofazimine (p. ex., 200 mg par voie orale 1 fois/jour pendant 4 semaines 100 mg/jour pendant 4 semaines), ou la cyclosporine (p. ex., 2 à 4 mg/kg par voie orale 2 fois/jour) peuvent être administrés. D'autres traitements utilisés dans les maladies réfractaires sont l'infliximab, l'étanercept, la thalidomide, la minocycline et le mycophénolate mofétil.

Pour l'envahissement localisé, les corticostéroïdes intralésionnels (p. ex., l'acétonide de triamcinolone) peuvent être utiles.

Points clés

  • La dermatose aiguë fébrile à neutrophiles peut survenir chez les patients qui ont certains troubles (forme classique) ou prennent certains médicaments (forme induite par des médicaments), mais environ 25% des patients ont un cancer sous-jacent (forme associée au cancer), généralement un cancer hématologique.

  • Diagnostiquer la dermatose aiguë fébrile à neutrophiles sur l'aspect des lésions et la présence d'un trouble ou d'un médicament associé et confirmer par une biopsie si nécessaire.

  • Traiter la plupart des patients par des corticostéroïdes systémiques ou, comme alternative, la colchicine ou l'iodure de K.

Médicaments mentionnés dans cet article

Nom du médicament Sélectionner les dénominations commerciales
KENALOG
NEORAL, SANDIMMUNE
No US brand name
MINOCIN
THALOMID
REMICADE
RAYOS
COLCRYS
ZIAGEN
ACZONE
Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Voir les

Également intéressant

Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
HAUT DE LA PAGE