Le Manuel Merck

Please confirm that you are a health care professional

Chargement

Corps étrangers œsophagiens

Par

Zubair Malik

, MD, Temple University Hospital

Dernière révision totale janv. 2020| Dernière modification du contenu janv. 2020
Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public

Les aliments et divers autres objets avalés peuvent être bloqués dans l'œsophage. Les corps étrangers qui se trouvent dans l'œsophage provoquent une dysphagie et parfois une perforation. Le diagnostic est clinique, mais des imageries et une endoscopie peuvent être nécessaires. Certains objets sont spontanément éliminés, mais l'ablation ou le fait de repousser l'objet par voie endoscopique est souvent nécessaire.

L'œsophage est le site d'impaction d'un corps étranger le plus fréquent. Les impactions alimentaires sont la cause de la plupart des corps étrangers œsophagiens. Des morceaux d'aliments, lisses et de gros volume (p. ex., steak, hot-dogs) sont particulièrement faciles à avaler par inadvertance avant d'être mâchés suffisamment. Les os, en particulier les arêtes de poisson, peuvent être avalés si la viande dans laquelle ils sont intégrés n'est pas suffisamment mâchée.

Les nourrissons et les petits enfants ne disposent pas de la pleine maturité de la coordination oropharyngée et avalent souvent par inadvertance de petits aliments ronds (p. ex., raisins, arachides, bonbons), qui peuvent s'impacter. En outre, les nourrissons et les petits enfants avalent souvent une grande variété d'objets non comestibles (p. ex., pièces de monnaie, piles), accidentellement ou parce qu'ils sont curieux, et certains de ces objets se bloquent dans l'œsophage. Les piles boutons impactées sont particulièrement dangereuses car elles peuvent provoquer des brûlures ou une perforation de l'œsophage ou une fistule trachéo-œsophagienne.

Les corps étrangers de l'œsophage se logent généralement dans les zones où existe un rétrécissement luminal physiologique ou pathologique. Le rétrécissement de la lumière peut être provoqué par un sphincter (sphincter inférieur de l'œsophage, sphincter supérieur de l'œsophage), des structures vasculaires externes (p. ex., arc aortique, artère sous-clavière aberrante), toiles, anneaux, sténoses, tumeurs bénignes, tumeurs cancéreuses, achalasie, spasme diffus de l'œsophage, précédente chirurgie, et œsophagite à éosinophiles.

Complications

Les principales complications des corps étrangers œsophagiens sont les suivantes

Obstruction qui peut être partielle (p. ex., le patient peut avaler des liquides ou du moins ses sécrétions orales) ou complète. L'obstruction partielle est moins émergente sauf si elle implique un objet pointu fiché dans la paroi, ce qui peut conduire à la perforation. L'obstruction complète est mal tolérée cliniquement et même un objet lisse, s'il est fermement enclavé, peut provoquer une nécrose de pression et un risque de perforation s'il reste dans l'œsophage pendant plus de 24 h environ.

Les complications dépendent également de la nature de l'objet concerné. Malgré leur petite taille, les piles disques ou boutons impactées sont des objets particulièrement dangereux car une nécrose de liquéfaction et une perforation peuvent se produire rapidement.

Symptomatologie

Le principal symptôme initial est la dysphagie. Les patients présentant une obstruction complète de l'œsophage produisent une quantité excessive de salive et sont incapables d'avaler les sécrétions orales. D'autres symptômes comprennent une sensation de plénitude rétrosternale, des régurgitations, une odynophagie, une salive contenant des traces de sang, une suffocation et un étouffement. L'hyperventilation résultant de l'anxiété et de l'inconfort se manifeste souvent sous la forme de détresse respiratoire, mais la dyspnée réelle ou les signes auscultatoires de stridor ou de wheezing indiquent fortement que le corps étranger se trouve dans les voies respiratoires et non dans l'œsophage.

Parfois, les corps étrangers lacèrent l'œsophage sans se bloquer. Dans de tels cas, les patients peuvent conserver la sensation d'un corps étranger impacté même s'il n'y en a plus.

Diagnostic

  • Bilan clinique

  • Parfois, imagerie

  • Souvent évaluation endoscopique

De nombreux patients rapportent une histoire claire de l'ingestion; ceux qui présentent des symptômes importants suggérant une obstruction complète doivent subir une endoscopie thérapeutique immédiate. Les patients présentant des symptômes minimes et qui avalent normalement peuvent ne pas être porteurs de corps étranger impacté et peuvent être surveillés jusqu'à la résolution des symptômes. D'autres patients peuvent devoir subir une imagerie.

Certains patients, comme les jeunes enfants, les adultes handicapés mentaux, les personnes âgées et les sujets psychiatriques peuvent ne pas être en mesure de fournir une anamnèse adéquate de l'ingestion. Ces patients peuvent présenter un étouffement, un refus de manger, des vomissements, une salivation, un wheezing, une salive contenant des traces de sang ou une détresse respiratoire. Une imagerie peut également être nécessaire chez ces patients.

Certains corps étrangers peuvent être détectés par des rx sans préparation (2 incidences préférées). Ces rx sont optimales pour détecter des objets étrangers métalliques et les os de viande, ainsi que pour détecter des signes de perforation (p. ex., air libre dans le médiastin ou le péritoine). Cependant, des arêtes de poisson et même certains os de poulet, le bois, le plastique, le verre et des objets métalliques minces peuvent être difficiles à identifier sur les rx sans préparation. En cas de suspicion de corps étranger ou d'ingestion intentionnelle ou dangereuse (p. ex., des paquets de drogues illicites), une imagerie, telle qu'une TDM, doit parfois être effectuée, parfois avant l'endoscopie, pour confirmer et localiser le corps étranger. L'évaluation endoscopique est généralement nécessaire en cas de suspicion d'ingestion de corps étranger et en cas de symptômes persistants en dépit d'une imagerie négative.

Il ne faut pas pratiquer un examen par voie orale avec produit de contraste classique en raison du risque d'inhalation et du risque de fuite du produit de contraste en cas de perforation. De plus, la présence de produit de contraste résiduel peut rendre plus difficile la récupération endoscopique ultérieure.

Traitement

  • Parfois essai d'observation et/ou de glucagon IV

  • Souvent exérèse endoscopique

Certains corps étrangers passent spontanément dans l'estomac, après quoi ils passent généralement par tout le tube digestif et sont expulsés. Les patients ne présentant aucun symptôme d'obstruction importante et n'ayant pas ingéré d'objets pointus ou de piles rondes ou plates peuvent généralement être placés sous observation, sans risque, sur une période pouvant aller jusqu'à 24 h et attendre l'expulsion de l'objet, qui sera marquée par le soulagement des symptômes. L'administration de glucagon 1 mg IV est une option relativement sûre et acceptable, qui permet parfois le passage spontané d'un bol alimentaire en relaxant l'œsophage distal. D'autres méthodes, telles que la prise d'agents effervescents, d'un agent ramollissant les viandes et l'utilisation de bougies ne sont pas recommandées.

Les corps étrangers qui ne sont pas éliminés dans les 24 h (1) doivent être enlevés car tout retard augmente le risque de complications, dont de perforation, et diminue la probabilité d'ablation réussie.

L'avancement endoscopique du bolus dans l'estomac ou son ablation est le traitement de choix. L'avancement endoscopique est précédé d'un essai de passage de l'endoscope autour du bol alimentaire et s'un examen de l'œsophage distal par rapport au bolus (p. ex., pour le rétrécissement de la lumière ou les lésions obstructives), puis en appliquant une légère pression au milieu du bol alimentaire. Pour minimiser le risque de perforation, cette procédure ne doit être effectuée que par un endoscopiste expérimenté. L'extraction est plus facile en utilisant une pince, une anse à panier ou un lasso, de préférence avec un sur-tube préalablement placé dans l'œsophage ou une intubation orotrachéale pour prévenir une inhalation et protéger les voies respiratoires (2).

Une extraction endoscopique sans délai est nécessaire pour les corps étrangers pointus, les piles disque et bouton et toute obstruction entraînant des symptômes importants.

Les soins de suivi pour évaluer des anomalies structurelles et fonctionnelles sont recommandés en cas d'impaction alimentaire dans l'œsophage.

Références pour le traitement

Points clés

  • L'œsophage est le site d'impaction d'un corps étranger ingéré le plus fréquent.

  • Le principal symptôme initial est une dysphagie aiguë; les patients présentant une obstruction complète de l'œsophage produisent une quantité excessive de salive et sont incapables d'avaler les sécrétions orales.

  • L'obstruction complète peut provoquer une nécrose de pression et augmente le risque de perforation si elle est présente depuis plus de 24 h environ.

  • Une extraction endoscopique sans délai est nécessaire pour les corps étrangers pointus, les piles disque et bouton et toute obstruction entraînant des symptômes importants.

Médicaments mentionnés dans cet article

Nom du médicament Sélectionner les dénominations commerciales
No US brand name
Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Revue générale de la maladie cœliaque
Vidéo
Revue générale de la maladie cœliaque
Modèles 3D
Tout afficher
Ischémie mésentérique, alimentation en sang
Modèle 3D
Ischémie mésentérique, alimentation en sang

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE