Le Manuel Merck

Please confirm that you are a health care professional

honeypot link

Gastro-entérite à E. coli

Par

Jonathan Gotfried

, MD, Lewis Katz School of Medicine at Temple University

Examen médical sept. 2021
Voir l’éducation des patients

Différents sous-types d'Escherichia coli sont responsables de diarrhée. L'épidémiologie et les manifestations cliniques varient beaucoup en fonction des sous-types en cause. Si nécessaire, le diagnostic spécifique du microrganisme peut être établi par PCR. Le traitement est habituellement de support.

E. coli est normalement présent dans le tractus gastro-intestinal; cependant, certaines souches ont acquis des gènes qui favorisent les infections intestinales. Lorsqu'elles sont ingérées, les souches suivantes peuvent provoquer une diarrhée:

Symptomatologie de la gastro-entérite à E. coli

Les symptômes liés à E. coli hémorragique sont des crampes abdominales sévères qui débutent soudainement avec une diarrhée aqueuse, qui peut devenir sanglante dans les 24 heures. La diarrhée dure habituellement de 1 à 8 jours. La fièvre est habituellement absente ou modérée, mais peut parfois dépasser 39° C.

Diagnostic de la gastro-entérite à E. coli

  • Bilan clinique

  • Parfois, test des selles

Les examens de selles ne sont pas nécessaires dans la plupart des cas de diarrhée aiguë car ils ont une cause virale et sont auto-limités. L'examen des selles à la recherche d'une cause bactérienne est indiqué en cas de selles sanglantes ou hème-positives, de fièvre, de diarrhée modérée à sévère ou de diarrhée de plus de 7 jours, chez les patients de 70 ans ou plus, ou en cas de maladie intestinale inflammatoire ou d'immunodépression des troubles tels que le VIH/SIDA. Les études sur les selles sont également indiquées chez les sujets à haut risque de propagation de la maladie à d'autres personnes (p. ex., travailleurs de la santé, de soins de jour ou des services de restauration), et pendant les épidémies connues ou suspectées.

Chacun des sous-types d'E. coli peut être détecté dans les selles par Polymerase Chain Reaction (PCR), généralement en utilisant un panel multiplex. Parfois, plus d'un microrganisme est détecté simultanément, dont la signification clinique n'est pas claire.

Un test rapide de recherche de la toxine Shiga dans les selles ou, lorsqu'il est disponible, un test de recherche du gène qui code la toxine peuvent être utiles.

Traitement de la gastroentérite à E. coli

  • Réhydratation orale ou IV

  • Parfois, antibiotiques

Les soins de support, dont la réhydratation par des liquides et des électrolytes, sont la base du traitement et sont tout ce qui est nécessaire pour la plupart des adultes. Des solutés oraux associant glucose et électrolytes ou des bouillons peuvent éviter une déshydratation ou traiter une déshydratation modérée. Les enfants peuvent se déshydrater plus rapidement et doivent bénéficier d'une réhydratation adéquate (plusieurs solutés sont disponibles dans le commerce, voir Réhydratation orale Réhydratation orale Le traitement liquidien par voie orale est efficace, sûr, commode et peu onéreux comparativement au traitement IV. La thérapie liquidienne orale est recommandée par l'American Academy of Pediatrics... en apprendre davantage ). Des liquides isotoniques IV tels que le Ringer lactate et une solution physiologique normale doivent être administrés en cas de déshydratation sévère, de choc, d'altération de l'état mental et d'échec du traitement de réhydratation oral ou d'iléus (voir aussi Infectious Diseases Society of America's [IDSA] 2017 clinical practice guidelines for the diagnosis and management of infectious diarrhea). En cas de déshydratation sévère, la réhydratation IV doit être poursuivie jusqu'à ce que le pouls, la perfusion et l'état mental se normalisent.

Des antidiarrhéiques (p. ex., lopéramide) ne doivent pas être administrés aux enfants de < 18 ans qui ont une diarrhée aiguë (voir l'IDSA guidelines). Les antidiarrhéiques sont généralement sans danger chez les patients adultes qui ont une diarrhée aqueuse (démontrée par l'absence de sang dans les selles). Cependant, les antidiarrhéiques peuvent entraîner une aggravation en cas d'infection à Clostridioides difficile ou à E. coli O157:H7 et ne doivent donc pas être administrés en cas de prise récente d'antibiotiques ou de présence de sang dans les selles ou de selles positives à l'hème, ou de diarrhée fébrile, dans l'attente d'un diagnostic spécifique.

L'utilisation de probiotiques n'est pas recommandée en cas de suspicion gastro-entérite à E. coli (voir aussi the American College of Gastroenterology's 2016 clinical guideline of the diagnosis, treatment, and prevention of acute diarrheal infections in adults).

Les antibiotiques administrés empiriquement ne sont généralement pas recommandés, sauf en cas de suspicion d'infection par Shigella ou Campylobacter élevée (p. ex., contact avec un cas connu). Sinon, les antibiotiques ne doivent pas être administrés avant que les résultats de la culture des selles ne soient connus, car les antibiotiques augmentent le risque de syndrome hémolytique et urémique Syndrome hémolytique et urémique Le syndrome hémolytique et urémique est un trouble aigu fulminant caractérisé par une thrombopénie, une anémie hémolytique microangiopathique et une lésion rénale aiguë. Le syndrome hémolytique-urémique... en apprendre davantage Syndrome hémolytique et urémique chez les patients infectés par E. coli O157:H7. Les résultats de la culture des selles sont particulièrement importants chez l'enfant, qui a un taux plus élevé d'infection par E. coli O157:H7.

Points clés

Plus d'information

Ce qui suit sont des ressources en anglais qui peuvent être utiles. S'il vous plaît noter que LE MANUEL n'est pas responsable du contenu de ces ressources.

Voir l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : AFFICHER LA VERSION GRAND PUBLIC
quiz link

Test your knowledge

Take a Quiz! 
ANDROID iOS
ANDROID iOS
ANDROID iOS
HAUT DE LA PAGE