Le Manuel Merck

Please confirm that you are a health care professional

honeypot link

Dépistage du cancer colorectal

Par

Anthony Villano

, MD, Fox Chase Cancer Center

Vérifié/Révisé oct. 2023
Voir l’éducation des patients
Ressources liées au sujet

Chez les patients à risque moyen, le dépistage du cancer colorectal doit commencer à l'âge de 45 ans et se poursuivre jusqu'à l'âge de 75 ans. Chez l'adulte de 76 à 85 ans, la décision de dépister le cancer colorectal doit être individualisée, en tenant compte de l'état de santé général du patient et des antécédents de dépistage (voir aussi the U.S. Preventive Services Task Force's [USPSTF] 2021 recommendation statement for screening for colorectal cancer et the American College of Gastroenterology’s [ACG] 2021 clinical guidelines for colorectal cancer screening et voir tableau ).

Il existe de multiples moyens de dépistage du cancer colorectal, dont

  • Coloscopie tous les 10 ans

  • Test de recherche de sang occulte dans les selles annuellement (tests immunochimiques fécaux de préférence)

  • Sigmoïdoscopie flexible tous les 5 ans (tous les 10 ans si combiné avec tests immunochimiques fécaux)

  • Colonographie TDM tous les 5 ans

  • Test de l'ADN fécal associé à des tests immunochimiques fécaux, au moins tous les 3 ans

Les colorectal cancer screening guidelines de l'ACG de 2021 recommandent une coloscopie tous les 10 ans ou un test immunochimique fécal annuel comme tests de dépistage préférés.

La coloscopie est considérée comme le test de dépistage de référence. D'autres tests de dépistage du cancer colorectal sont disponibles pour les patients qui refusent la coloscopie ou pour lesquels les problèmes économiques empêchent le dépistage par coloscopie et pour lesquels la nécessité de tests immunochimiques fécaux répétés est problématique. Les patients qui ont des antécédents familiaux chez un parent au 1er degré de cancer colorectal diagnostiqué avant 60 ans doivent subir une coloscopie tous les 5 ans à partir de 40 ans ou bien 10 ans avant l'âge auquel le cancer a été diagnostiqué chez le parent, à la première des deux dates. Le dépistage chez les patients à haut risque (p. ex., qui ont une rectocolite ulcéro-hémorragique Diagnostic La rectocolite ulcéro-hémorragique est une maladie inflammatoire et ulcérative chronique, localisée à la muqueuse colique, caractérisée le plus souvent par une diarrhée hémorragique. Une symptomatologie... en apprendre davantage Diagnostic ) est discuté dans le chapitre concernant la maladie particulière.

Les tests immunochimiques fécaux de recherche du sang sont plus sensibles et spécifiques du sang humain que les tests fécaux plus anciens à base de gaïac, qui peuvent être affectés par de nombreuses substances diététiques. Cependant, une positivité du test pour le sang peut résulter de troubles non malins (p. ex., ulcères, diverticulose) et un test négatif n'exclut pas un cancer, car les cancers ne saignent pas continuellement. De nouveaux tests fécaux de sang occulte par gaïac à haute sensibilité peuvent représenter une alternative acceptable.

Le test d'ADN fécal détecte les mutations de l'ADN et les marqueurs de méthylation excrétés par une tumeur colique. Le test est généralement associé à des tests immunochimiques fécaux et le test combiné est approuvé pour le dépistage des patients à risque moyen. Les patients qui ont un test ADN-immunochimique fécal positif doivent subir une coloscopie de suivi dans les 6 mois pour réduire le risque de ne pas diagnostiquer un cancer du côlon avancé. Environ 10-15% des patients qui ont un test ADN-immunochimiques fécal positif ont une coloscopie normale; ces patients peuvent resubir un test ADN-test immunochimique fécal au cours de l'année suivante ou une coloscopie dans les 3 ans. Si ces tests sont négatifs, on peut revenir au calendrier de dépistage du cancer du côlon à risque moyen.

Une colonographie TDM Colonographie TDM Les rx avec contraste visualisent la totalité du tube digestif, du pharynx au rectum et sont très efficaces pour la détection des masses expansives et des anomalies structurelles (p. ex., tumeurs... en apprendre davantage  Colonographie TDM (coloscopie virtuelle) permet d'obtenir, à l'aide d'une TDM multidétecteurs (multibarrettes), de la prise d'un produit de contraste par voie orale et d'une distension colique avec du gaz, des images du côlon en 3D et en 2D. Les images en 3D haute résolution obtenues simulent celles obtenues en endoscopie, d'où le nom. Elle a un certain avenir comme test de dépistage pour les personnes qui ne peuvent pas ou ne veulent pas passer de coloscopie mais est moins sensible et très opérateur dépendant. Elle permet d'éviter une anesthésie générale mais nécessite toujours une préparation colique importante et une distension colique par du gaz qui peut être inconfortable. En plus, contrairement à la coloscopie, les lésions visualisées ne peuvent pas être biopsiées lors de cette procédure qui est purement diagnostique.

La vidéo-endoscopie par capsule vidéo du côlon présente de nombreux problèmes techniques et n'est pas la méthode préférée, mais elle est parfois considérée comme un test de dépistage alternatif acceptable.

Les tests sanguins (p. ex., dosage de la septine 9) ont été approuvés pour le dépistage des patients à risque moyen, mais ne sont pas largement utilisés en raison d'une sensibilité insuffisante; ils ne sont pas recommandés dans les lignes directrices de l'American College of Gastroenterology.

Tableau

Plus d'information

Les sources d'information suivantes en anglais peuvent être utiles. S'il vous plaît, notez que LE MANUEL n'est pas responsable du contenu de ces ressources.

Voir l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : AFFICHER LA VERSION GRAND PUBLIC
quiz link

Test your knowledge

Take a Quiz! 
ANDROID iOS
ANDROID iOS
ANDROID iOS
HAUT DE LA PAGE