Le Manuel Merck

Please confirm that you are a health care professional

Chargement

Hernie du nucléus pulposus

(Hernie, rupture ou prolapsus du disque intervertébral)

Par

Peter J. Moley

, MD,

  • Associate Professor Physiatrist
  • Hospital for Special Surgery
  • Associate Professor of Clinical Rehabilitation Medicine
  • Weill Cornell Medical College

Dernière révision totale août 2019| Dernière modification du contenu août 2019
Cliquez ici pour l’éducation des patients
Ressources liées au sujet

La hernie du nucléus pulposus est un prolapsus du disque intervertébral à travers une déchirure dans l'anneau fibreux qui l'entoure. La déchirure entraîne une douleur du fait des nerfs du disque et lorsque le disque comprime une racine nerveuse adjacente; il en résulte une radiculopathie segmentaire avec paresthésies et déficit moteur dans le territoire de la racine atteinte. Le diagnostic est habituellement posé par IRM ou TDM. Le traitement des cas bénins repose sur les antalgiques, la modification de l'activité et la kinésithérapie. Le repos au lit est rarement indiqué. Les patients présentant des déficits neurologiques évolutifs ou sévères, une douleur rebelle, un échec du traitement conservateur ou un syndrome de la queue-de-cheval avec dysfonctionnement du sphincter associé peuvent nécessiter une chirurgie élective immédiate ou ultérieure (p. ex., discectomie, laminectomie).

Les vertèbres sont séparées par des disques fibrocartilagineux, formés d'un anneau fibreux externe et d'un nucleus pulposus interne. Quand des modifications dégénératives (avec ou sans traumatisme) aboutissent à la protrusion ou à la rupture du nucleus à travers l'anneau fibreux dans les régions lombosacrée ou cervicale, le noyau est déplacé de façon postérolatérale et postérieure dans l'espace extradural.

Une radiculopathie se manifeste lorsque le noyau hernié comprime ou irrite la racine nerveuse. La protrusion postérieure peut comprimer la moelle cervicale, thoracique ou lombaire supérieure ou la queue de cheval, en particulier en cas de canal rachidien congénitalement étroit (sténose spinale). Dans la région lombaire, > 80% des ruptures du disque touchent les racines nerveuses L5 ou S1; dans la région cervicale, C6 et C7 sont le plus souvent touchées.

Les disques herniés sont fréquents.

Symptomatologie

Les hernies discales sont souvent asymptomatiques ou elles peuvent provoquer une symptomatologie dans la région des racines nerveuses touchées. Généralement, la douleur apparaît de manière soudaine, et la lombalgie est typiquement soulagée par le repos au lit. À l'inverse, une radiculalgie provoquée par une tumeur ou un abcès épidural commence plus insidieusement, et les lombalgies sont aggravées par le repos au lit.

En cas de hernie lombosacrée, la surélévation du membre inférieur, en étirant les racines lombaires basses, augmente la douleur au niveau du dos ou de la jambe (bilatéralement si la hernie discale est centrale); étendre le genou en position assise déclenche aussi des douleurs.

La hernie cervicale provoque une douleur lors de la flexion ou l'inclinaison du cou.

Une compression de la queue-de-cheval aboutit souvent à une rétention urinaire ou à une incontinence due à la perte de la fonction sphinctérienne.

Diagnostic

  • IRM ou TDM

Une TDM, une IRM permettent d'identifier la cause et le degré précis de la lésion. Rarement (c'est-à-dire, quand l'IRM est contre-indiquée et la TDM n'est pas concluante), la myélo-TDM est nécessaire. Les examens électrodiagnostics permettent d'identifier la racine touchée.

Les hernies discales étant souvent asymptomatiques, le médecin doit attentivement corréler la symptomatologie avec les anomalies IRM avant de se lancer dans des gestes invasifs.

Traitement

  • Traitement conservateur au début

  • Procédures invasives, parfois chirurgicales, si les déficits neurologiques sont progressifs ou sévères

Les hernies discales se dessèchent et diminuent de volume au fil du temps, les symptômes ont donc tendance à s'amender indépendamment du traitement. Jusqu'à 85% des patients présentant une douleur du dos, quelle qu'en soit la cause, guérissent sans chirurgie dans les 6 semaines.

Traitement conservateur

Le traitement d'une hernie discale doit être conservateur, sauf si les signes neurologiques sont évolutifs ou graves. Une activité physique intense ou soutenue est déconseillée, mais la marche et les activités légères (p. ex., soulever des objets de < 2,5 à 5 kg en utilisant une technique correcte), sont permises en fonction de la tolérance; l'alitement prolongé (y compris les tractions) n'est plus indiqué.

Le paracétamol, les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) ou d'autres antalgiques doivent être utilisés selon les besoins pour soulager la douleur. Si les symptômes ne sont pas soulagés par des analgésiques non opiacés, des corticostéroïdes peuvent être administrés par voie systémique ou en injection épidurale; cependant, l'analgésie tend à être modeste et temporaire. De la méthylprednisolone orale peut être prescrite, diminuée sur 6 jours, en commençant avec 24 mg/jour et diminuée de 4 mg/jour.

La kinésithérapie et des exercices à domicile peuvent améliorer la posture et renforcer les muscles lombaires et ainsi réduire les mouvements de la colonne vertébrale qui irritent davantage ou compriment la racine nerveuse.

Procédures invasives

Des procédures invasives doivent être envisagées dans les cas suivants:

  • Déficits neurologiques persistants ou s'aggravant, en particulier les déficits objectifs (p. ex., faiblesse, déficits des réflexes) dus à des radiculopathies cervicales ou lombaires

  • Compression aiguë de la moelle épinière ou syndrome de la queue-de-cheval

  • Douleurs radiculaires sévères, intraitables ou déficits sensoriels.

Un bilan chirurgical immédiat est nécessaire si les signes cliniques de compression de la moelle épinière sont corrélés aux anomalies IRM.

La microdiscectomie et la laminectomie avec exérèse chirurgicale du matériel herniaire sont habituellement les méthodes de choix. Les abords percutanés pour enlever un matériel discal protrusif sont en cours d'évaluation.

La lyse du matériel discal hernié par injection locale de chymopapaïne n'est pas recommandée.

Les lésions comprimant de manière aiguë la moelle épinière ou la queue-de-cheval (p. ex., provoquant notamment rétention d'urine ou incontinence) nécessitent une prise en charge chirurgicale en urgence (coir diagnostic des compressions de la moelle épinière).

Si les radiculopathies cervicales sont accompagnées de signes de compression de la moelle épinière, une décompression chirurgicale est nécessaire immédiatement; sinon, elle est effectuée électivement si les traitements non chirurgicaux sont inefficaces.

Points clés

  • Les hernies discales sont fréquentes et touchent généralement les racines nerveuses C6, C7, L5 ou S1.

  • Si les symptômes apparaissent soudainement et que les douleurs dorsales sont soulagées par le repos, suspecter une hernie discale plutôt qu'une tumeur ou un abcès épiduraux.

  • Recommander les analgésiques, l'activité légère selon la tolérance, et des exercices pour améliorer la posture et la force; cependant, si la douleur ou les déficits sont sévères ou s'aggravent, envisager des procédures invasives.

Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Voir les

Également intéressant

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE