Le Manuel Merck

Please confirm that you are a health care professional

Chargement

Engagement cérébral

Par

Kenneth Maiese

, MD, National Heart, Lung, and Blood Institute

Dernière révision totale juin 2019| Dernière modification du contenu juin 2019
Cliquez ici pour l’éducation des patients
Ressources liées au sujet

Une hernie cérébrale (engagement) se produit lorsque l'augmentation de la pression intracrânienne provoque la protrusion anormale du tissu cérébral à travers les ouvertures des barrières intracrâniennes rigides (p. ex., encoche tentoriale de la tente du cervelet).

Le crâne est rigide après la petite enfance, les masses ou tumeurs intracrâniennes peuvent donc augmenter la pression intracrânienne, provoquant ainsi l'engagement (hernie) du tissu cérébral à travers l'une des barrières intracrâniennes rigides (encoche tentoriale de la tente du cervelet, faux du cerveau, trou occipital). Lorsque la pression intracrânienne augmente suffisamment, indépendamment de l'étiologie, le réflexe de Cushing et d'autres anomalies neurovégétatives peuvent être observés. Le réflexe de Cushing comprend une HTA systolique avec augmentation de la pression différentielle, une respiration irrégulière et une bradycardie.

L'engagement cérébral menace le pronostic vital.

L'engagement cérébral est classé en fonction de la structure à travers laquelle le tissu est hernié. Les types comprennent les suivants (voir figure Engagement cérébral):

  • Transtentoriel (uncal)

  • Subfalcine

  • Central

  • Transtentoriel ascendant

  • Amygdalien

Engagement cérébral

L'augmentation de la pression intracrânienne provoque parfois une protrusion (hernie) du tissu cérébral à travers l'une des barrières intracrâniennes rigides (encoche tentoriale de la tente du cervelet, faux du cerveau, trou occipital).

L'engagement cérébral est classé en fonction de la structure à travers laquelle le tissu est hernié:

  • Engagement transtentoriel (uncal): le lobe temporal médial est comprimé en une masse unilatérale qui s'engage à travers et sous la tente du cervelet.

  • Engagement sous la faux du cerveau: le gyrus cingulaire est poussé sous la faux du cerveau par une masse expansive présente dans la partie supérieure d'un hémisphère cérébral.

  • Hernie (engagement) central: les deux lobes temporaux font hernie à travers l'encoche tentoriale de la tente du cervelet du fait d'une masse bilatérale ou d'un œdème cérébral diffus.

  • Engagement transtentoriel ascendant: ce type peut être observé lorsqu'une masse sous-tentorielle (p. ex., tumeur de la fosse postérieure, hémorragie cérébelleuse) comprime le tronc cérébral, provoque sa torsion et une ischémie segmentaire du tronc cérébral.

  • Engagement amygdalien: habituellement, la cause est une masse expansive infratentorielle (p. ex., hémorragie cérébelleuse) repoussant les amygdales cérébelleuses, à travers le trou occipital.

Engagement cérébral

Engagement transtentoriel

Le lobe temporal médial est comprimé en une masse unilatérale qui s'engage à travers et sous la tente du cervelet. Le lobe engagé comprime les structures suivantes:

  • Le 3e nerf crânien (homolatéral souvent le premier à être atteint) et l'artère cérébrale postérieure

  • À mesure que l'engagement progresse, le pédoncule cérébral homolatéral

  • Chez environ 5% des patients, le 3e nerf crânien et le pédoncule cérébral controlatéraux

  • Et pour finir, la partie supérieure du tronc cérébral le thalamus et la région environnante

Engagement sous la faux du cerveau

Le gyrus cingulaire est poussé sous la faux du cerveau par une masse expansive présente dans la partie supérieure d'un hémisphère cérébral. Dans ce processus, l'une ou les deux artères cérébrales antérieures sont piégées, provoquant un infarctus du cortex paramédian. Au fur et à mesure que la zone de l'infarctus augmente de volume, les patients risquent un engagement transtentoriel et/ou central.

Engagement central

Les deux lobes temporaux font hernie à travers l'encoche tentoriale de la tente du cervelet du fait d'une masse bilatérale ou d'un œdème cérébral diffus. Finalement, la mort cérébrale s'ensuit.

Engagement transtentoriel vers le haut

L'engagement transtentoriel ascendant peut être observé lorsqu'une masse sous-tentorielle (p. ex., tumeur de la fosse postérieure, hémorragie cérébelleuse) comprime le tronc cérébral, provoque sa torsion et une ischémie segmentaire du tronc cérébral. Le 3e ventricule postérieur est comprimé. L'engagement modifie également la vascularisation mésencéphale, comprime les veines de Galien et Rosenthal et provoque un infarctus cérébelleux supérieur par occlusion des artères cérébelleuses supérieures.

Engagement amygdalien

Habituellement, une hernie des amygdales est provoquée par une expansion de la masse infratentorielle (p. ex., hémorragie cérébelleuse). Les amygdales cérébelleuses s'insinuent sous la pression au travers du trou occipital, comprimant le tronc cérébral et obstruant le flux de liquide céphalorachidien.

Étiologie

L'engagement cérébral est une complication d'un trouble qui provoque une augmentation de la pression intracrânienne. L'augmentation de la pression intracrânienne peut être provoquée par les troubles suivants

  • Lésions expansives (p. ex., tumeur, œdème ou abcès cérébraux; contusions; hématomes)

  • Gonflement ou œdème cérébral généralisés (p. ex., en raison d'une insuffisance hépatique aiguë ou d'une encéphalopathie hypertensive)

  • Augmentation de la pression veineuse (p. ex., en raison d'une insuffisance cardiaque, d'une obstruction des veines médiastinales ou jugulaires supérieures ou d'une thrombose du sinus veineux)

  • Obstruction du flux du LCR (p. ex., due à une hydrocéphalie ou à une maladie méningée étendue)

Symptomatologie

La symptomatologie des hernies cérébrales est listée dans le tableau ci-dessous. Habituellement, les patients ont également des signes de la maladie cause de la hernie; ces signes peuvent être non spécifiques (p. ex., troubles de la conscience, léthargie).

Tableau
icon

Effets d'un engagement cérébral

Type d'engagement

Mécanisme*

Signes

Hernie transtentorielle

Compression du 3e nerf crânien homolatéral

Pupille unilatéralement dilatée et fixe

Parésie oculomotrice

Compression de l'artère cérébrale postérieure

Hémianopsie latérale homonyme controlatérale

Absence de clignement en réponse à la menace visuelle du côté d'une hémianopsie chez les patients obnubilés

Compression du 3e nerf crânien controlatéral et du pédoncule cérébral (indenté par la tente pour former un phénomène d'entaille de Kernohan-Woltman)

Mydriase et parésie oculomotrice controlatérale

Hémiparésie homolatérale

Compression du pédoncule cérébral homolatéral

Hémiparésie controlatérale

Et pour finir, compression de la partie supérieure du tronc cérébral supérieur, du thalamus et de la région environnante

Troubles de la conscience

Rythme respiratoire anormal

Pupilles fixes, inégales

Atteinte ultérieure du tronc cérébral

Perte du réflexe oculocéphalique

Perte du réflexe oculovestibulaire

Perte des réflexes cornéens

Posture de décérébration

Sous la faux du cerveau (cingulaire)

Compression de l'une ou des deux artères cérébrales antérieures, provoquant un infarctus du cortex paramédian

Paralysie de la jambe controlatérale

Extension de la zone infarcie

Œdème

Hypertension intracrânienne

Augmentation du risque d'engagement transtentoriel et/ou central

Central

Lésions bilatérales, plus ou moins symétriques du mésencéphale

Pupilles fixes en position médiane

Posture de décérébration

Beaucoup des symptômes identiques à ceux de l'engagement transtentoriel

Atteinte ultérieure du tronc cérébral

Perte de tous les réflexes du tronc cérébral

Disparition de la posture en décérébration

Arrêt respiratoire

Mort cérébrale

Transtentoriel ascendant

Compression du 3e ventricule postérieur

Hydrocéphalie, qui augmente la pression intracrânienne

Altération de la vascularisation du mésencéphale

Compression des veines de Galien et de Rosenthal

Infarctus cérébelleux supérieur par occlusion des artères cérébelleuses supérieures

Précoce: nausées, vomissements, céphalées occipitales, ataxie

Plus tard: somnolence, anomalies respiratoires, et perte progressive des réflexes du tronc cérébral

Tumeurs ou masses (p. ex., hémorragie cérébelleuse) de la fosse postérieure

Ataxie, dysarthrie

Compression progressive du tronc cérébral

Augmentation de la somnolence

Irrégularités du rythme respiratoire

Perte progressive des réflexes du tronc cérébral

Amygdalien

Compression du tronc cérébral

Obstruction du flux de liquide céphalorachidien

Hydrocéphalie aiguë (avec des troubles de la conscience, céphalées, vomissements et des signes méningés)

Mouvements oculaires déconjugués, nystagmus

Ensuite, il peut survenir un arrêt respiratoire brutal et un arrêt cardiaque

*Tous les mécanismes ne sont pas observés chez tous les patients.

CNS = système nerveux central.

Diagnostic

  • TDM ou IRM

Une fois patient stabilisé, une imagerie cérébrale avec TDM ou IRM est nécessaire pour vérifier les lésions expansives et identifier le déplacement du tissu cérébral et le type d'engagement.

Traitement

  • Stabilisation immédiate (voies respiratoires, respiration, circulation)

  • Admission en unité de soins intensifs

  • Mesures de support et contrôle de la pression intracrânienne

  • Traitement du trouble sous-jacent

Le traitement de l'engagement cérébral est similaire au traitement du coma.

L'hypotension doit être corrigée. Les patients sont admis en USI afin que l'état respiratoire et neurologique puisse être surveillé.

Les patients doivent être stabilisés. Il est nécessaire de vérifier immédiatement, en premier lieu, les voies respiratoires, la respiration et l'hémodynamique sanguine.

Si une hypertension intracrânienne est suspectée, l'intubation doit être effectuée en séquence rapide par voie orale (en utilisant un médicament paralysant) plutôt que par voie nasotrachéale; l'intubation nasotrachéale chez un patient qui respire spontanément provoque plus de toux et de réflexe pharyngé, ce qui augmente la pression intracrânienne, qui est déjà augmentée du fait des anomalies intracrâniennes.

Si la pression intracrânienne est augmentée, la pression intracrânienne et la pression de perfusion cérébrale doivent être surveillées (voir Surveillance de la pression intracrânienne), et les pressions contrôlées (régulées). L'objectif est de maintenir la pression intracrânienne à ≤ 20 mmHg et la pression de perfusion cérébrale à 50 à 70 mmHg. Le drainage veineux cérébral peut être augmenté (ce qui réduit la pression intracrânienne) en positionnant la tête du lit à 30° vers le haut et en maintenant la tête du patient en position médiane.

  • Sédation: les sédatifs peuvent être nécessaires pour contrôler l'agitation, l'activité musculaire excessive (p. ex., due à un syndrome confusionnel), ou la douleur, qui peuvent augmenter la pression intracrânienne.

  • Hyperventilation: l'hyperventilation entraîne une hypocapnie, qui provoque une vasoconstriction, diminuant ainsi le débit sanguin cérébral dans son ensemble.

  • Hydratation: des liquides isotoniques sont utilisés. L'hydratation IV (p. ex., glucosé à 5%, solution saline à 0,45%) peut aggraver l'œdème cérébral et doit être évitée. L'hydratation peut rester limitée à un certain degré, les patients doivent rester euvolémiques. Si les patients ne présentent pas de signes de déshydratation ou d'hyperhydratation, une perfusion IV avec une solution physiologique normale peut être introduite à raison de 50 à 75 mL/h. Le taux peut être augmenté ou diminué selon la natrémie, l'osmolalité, la diurèse et les signes de rétention d'eau (p. ex., œdème).

  • Diurétiques: l'osmolalité sérique doit être maintenue entre 295 et 320 mOsm/kg. Les diurétiques osmotiques (p. ex., le mannitol) peuvent être administrés en IV pour diminuer la pression intracrânienne et maintenir l'osmolalité du sérum. Ces médicaments ne traversent pas la barrière hématoencéphalique. Ils extraient l'eau des tissus du cerveau vers le plasma par effet d'un gradient osmotique, qui finalement parvient à l'équilibre. L'équilibre hydroélectrolytique doit être surveillé attentivement pendant la période ou les diurétiques osmotiques sont utilisés. Une solution salée à 3% est un autre potentiel agent osmotique pour contrôler la pression intracrânienne.

  • Contrôle de la PA: les antihypertenseurs systémiques ne sont nécessaires que lorsque l'HTA est sévère (> 180/95 mmHg). La diminution de la PA dépend du contexte clinique. La PA systémique doit être suffisamment élevée pour maintenir la pression de la perfusion cérébrale, même lorsque la pression intracrânienne augmente.

  • Corticostéroïdes: les corticostéroïdes ne sont efficaces que pour les tumeurs et parfois les abcès du cerveau en cas d'œdème vasogène (dû à la rupture de la barrière hématoencéphalique). Les corticostéroïdes sont inefficaces dans l'œdème cytotoxique (en raison de la mort et de la dégradation des cellules) et peuvent augmenter la glycémie, aggravant l'ischémie cérébrale.

Si la pression intracrânienne continue à augmenter en dépit d'autres mesures pour la contrôler, les éléments suivants peuvent être utilisés:

  • Hypothermie titrée: lorsque la pression intracrânienne augmente après un traumatisme crânien ou un arrêt cardiaque, une hypothermie de l'ordre de 32 à 35° C a été utilisée pour réduire la pression intracrânienne à < 20 mmHg. Cependant, l'utilisation de l'hypothermie pour abaisser la pression intracrânienne est controversée; quelques preuves (1) suggèrent que ce traitement pourrait ne pas réduire efficacement la pression intracrânienne chez les adultes ou les enfants et pourrait avoir des effets indésirables.

  • Coma pentobarbitalique: le pentobarbital peut réduire le débit sanguin cérébral et les besoins métaboliques. Cependant, son utilisation est controversée parce que l'effet sur le résultat clinique n'est pas toujours bénéfique, et le traitement par le pentobarbital peut amener des complications (p. ex., une hypotension). Chez certains patients qui présentent une hypertension intracrânienne réfractaire qui ne répond pas à l'hypercapnie standard et à une thérapie hyperosmolaire, le pentobarbital peut améliorer le pronostic fonctionnel.

  • Craniotomie décompressive: une craniotomie avec duroplastie peut être pratiquée pour faire de la place à l'œdème cérébral. Cette procédure peut prévenir les décès, mais le résultat fonctionnel global peut ne pas s'améliorer beaucoup, et elle peut entraîner des complications telles que l'hydrocéphalie chez certains patients (2). Elle peut être très utile dans les infarctus cérébraux avec engagement imminent, en particulier chez les patients de < 50 ans.

L'engagement cérébral d'origine tumorale est traité par du mannitol 25 à 100 g en perfusion IV, un corticostéroïde (p. ex., la dexaméthasone 16 mg IV, suivi de 4 mg par voie orale ou IV toutes les 6 h) et par une intubation endotrachéale avec ventilation assistée. Une hyperventilation à une pression partielle de dioxyde de carbone (PCO2) de 26 à 30 mmHg peut diminuer temporairement la pression intracrânienne en cas d'urgence. Une décompression chirurgicale doit être effectuée aussi vite que possible en cas de lésion expansive.

Références pour le traitement

  • 1. Moler FW, Silverstein FS, Holubkov R, et al: Therapeutic hypothermia after in-hospital cardiac arrest in children. N Engl J Med 376 (4):318-329, 2017. doi: 10.1056/NEJMoa1610493.

  • 2. Su TM, Lan CM, Lee TH, et al: Risk factors for the development of posttraumatic hydrocephalus after unilateral decompressive craniectomy in patients with traumatic brain injury. J Clin Neurosci, 2019. pii: S0967-5868(18)31288-8. doi: 10.1016/j.jocn.2019.02.006. [Epub ahead of print]

Points clés

  • L'engagement cérébral résulte d'une augmentation de la pression intracrânienne, qui peut être causé par des lésions expansives, un gonflement généralisé ou un œdème cérébral, une augmentation de la pression veineuse ou une obstruction du flux de liquide céphalorachidien.

  • Les symptômes spécifiques varient selon les structures comprimées; les patients ont également des troubles de la conscience et d'autres déficits neurologiques provoqués par le trouble provoquant une hernie.

  • Après stabilisation du patient, faire une imagerie cérébrale.

  • Surveiller et contrôler la pression intracrânienne en utilisant des sédatifs, une intubation endotrachéale, une hyperventilation, une hydratation, des diurétiques, des mesures pour contrôler la pression artérielle et parfois des corticostéroïdes.

  • Traiter la cause.

Médicaments mentionnés dans cet article

Nom du médicament Sélectionner les dénominations commerciales
NEMBUTAL SODIUM
OSMITROL, RESECTISOL
Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Comment effectuer un examen des nerfs crâniens
Vidéo
Comment effectuer un examen des nerfs crâniens
Modèles 3D
Tout afficher
Ganglions de la base: coupe coronale
Modèle 3D
Ganglions de la base: coupe coronale

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE