honeypot link

Le Manuel Merck

Please confirm that you are a health care professional

Méningiomes

Par

Steven A. Goldman

, MD, PhD, University of Rochester Medical Center;


Nimish A. Mohile

, MD, University of Rochester Medical Center

Dernière révision totale juin 2018| Dernière modification du contenu juin 2018
Cliquez ici pour l’éducation des patients
Ressources liées au sujet

Les méningiomes sont des tumeurs habituellement bénignes des méninges qui peuvent comprimer le tissu cérébral adjacent. Les symptômes dépendent de la topographie de la tumeur. Le diagnostic repose sur l'IRM avec injection de produit de contraste. Le traitement peut comprendre l'exérèse, la radiochirurgie stéréotaxique et parfois la radiothérapie conventionnelle.

Les méningiomes, en particulier ceux de diamètre < 2 cm, sont parmi les tumeurs intracrâniennes les plus fréquentes. Les méningiomes sont les seules tumeurs cérébrales qui sont plus fréquentes chez la femme. Ces tumeurs ont tendance à survenir entre 40 et 60 ans, mais peuvent également être présentes au cours de l'enfance.

Ces tumeurs bénignes peuvent se développer partout où il y a de la dure-mère, le plus souvent sur les convexités et à proximité des sinus veineux, le long de la base du crâne, et dans la fosse postérieure et de façon rare dans les ventricules. Des méningiomes multiples peuvent se développer. Les méningiomes compriment mais n'envahissent pas le parenchyme cérébral. Ils peuvent envahir et déformer l'os adjacent.

Il existe de nombreux types histologiques; tous suivent une évolution clinique identique et certains sont ou deviennent malins.

Symptomatologie

Les symptômes des méningiomes dépendent de la partie du cerveau comprimée et donc de la localisation de la tumeur ({blank} Symptômes des méningiomes par site). Les tumeurs de la ligne médiane chez les personnes âgées peuvent provoquer une démence avec peu d'autres signes neurologiques focaux.

Tableau
icon

Symptômes des méningiomes par site

Site

Signes

Base du crâne

Perte visuelle

Paralysies oculomotrices

Exophtalmie

Convexités cérébrales

Convulsions focales

Troubles intellectuels

En fin de compte, signes d'hypertension intracrânienne

Clivus et apex pétreux

Trouble de la marche

Ataxie des membres

Déficits attribuables aux 5e, 7e, et 8e nerfs crâniens

Trou occipital

Douleur sous-occipitale homolatérale

Parésie qui commence dans le bras homolatéral et progresse à la jambe et au bras controlatéral

Parfois, signe de Lhermitte

Déficits des nerfs crâniens (p. ex., dysphagie, dysarthrie, nystagmus, diplopie, hypoesthésie faciale)

Gouttière olfactive

Anosmie

Parfois, œdème papillaire et perte de la vision

Parasagittale ou faux

Parésie spastique ou perte sensorielle, commençant habituellement à la jambe controlatérale mais parfois bilatérale

Troubles intellectuels

Tumeurs de la fosse postérieure qui s'étendent vers la région supérieure ou inférieure

Hydrocéphalie

Aile du sphénoïde:

  • Médial (grandissant dans le sinus caverneux)

Paralysies oculomotrices

Engourdissement facial

  • Médial (à expansion en avant de l'orbite)

Perte visuelle

Exophtalmie

  • Latéral (comme une masse globuleuse ou un méningiome en plaque*)

Convulsions

Céphalées

Tubercule sellaire

Perte visuelle

Modifications de l'os parfois visibles à l'imagerie

*Le méningiome en plaque implique une extension vers la dure-mère, avec épaississement dural et invasion de l'os adjacent; la tumeur parfois croît dans l'os temporal.

Diagnostic

  • IRM

Le diagnostic des méningiomes est similaire à celui des autres tumeurs cérébrales, généralement par IRM avec un agent de contraste paramagnétique. Des anomalies osseuses (p. ex., hyperostose autour des convexités cérébrales, modification du volume du tubercule sellaire) peuvent être observées fortuitement à la TDM ou après rx sans préparation.

Traitement

  • Pour les méningiomes symptomatiques ou progressifs, on pratique une exérèse ou, en cas d'impossibilité, une radiothérapie

Dans le cas des petits méningiomes asymptomatiques, en particulier chez les personnes âgées, une surveillance par neuro-imagerie sérielle est suffisante.

Les méningiomes symptomatiques ou progressifs doivent être opérés si possible. Dans les cas suivants, la chirurgie peut causer plus de dommages que la tumeur et est donc différée:

  • Les méningiomes sont de gros volume.

  • Ils empiètent sur les vaisseaux sanguins (généralement les veines environnantes).

  • Ils sont proches des zones critiques du cerveau (p. ex., le tronc cérébral).

La radiochirurgie stéréotaxique est utilisée pour traiter les méningiomes chirurgicalement inaccessibles et si possible pour d'autres méningiomes de petite taille. Elle est également utilisée lorsqu'un tissu tumoral résiduel persiste après l'exérèse chirurgicale ou lorsque le patient est âgé.

Si la radiochirurgie stéréotaxique est impossible ou si un méningiome récidive, la radiothérapie standard conformationnelle peut être utile.

Points clés

  • Les méningiomes sont des tumeurs des méninges qui sont habituellement mais non de manière constante bénignes.

  • Ils débutent habituellement entre l'âge de 40 ans et de 60 ans et sont plus fréquents chez la femme.

  • Les symptômes varient beaucoup en fonction de la localisation de la tumeur.

  • Exciser les tumeurs symptomatiques ou qui grossissent; utiliser la radiochirurgie stéréotaxique si la tumeur persiste après l'excision ou ne peut pas être excisée complètement.

Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Voir les

Également intéressant

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE