Le Manuel Merck

Please confirm that you are a health care professional

Chargement

Carence en vitamine C

(Scorbut; déficit en acide ascorbique)

Par

Larry E. Johnson

, MD, PhD, University of Arkansas for Medical Sciences

Dernière révision totale août 2019| Dernière modification du contenu août 2019
Cliquez ici pour l’éducation des patients

Dans les pays développés, la carence en vitamine C peut être observée en cas de dénutrition générale, mais la carence sévère (responsable de scorbut) est rare. Les symptômes comprennent une asthénie, une dépression et des anomalies du tissu conjonctif (p. ex., gingivite, pétéchies, éruption, hémorragie interne, défauts de cicatrisation). Chez les nourrissons et enfants, la croissance osseuse peut être altérée. Le diagnostic est habituellement clinique. Le traitement consiste en une administration de vitamine C.

La vitamine C joue un rôle dans la formation du collagène, de la carnitine, des hormones et des acides aminés. Elle est essentielle à la santé des os et des vaisseaux sanguins et à la cicatrisation des plaies et facilite la guérison des brûlures. La vitamine C est également un antioxydant, soutient la fonction immunitaire et facilite l'absorption du fer (voir tableau Sources, fonctions et effets des vitamines).

Les sources alimentaires de vitamine C comprennent les agrumes, les tomates, les pommes de terre, le brocoli, les fraises et les poivrons. (Voir aussi Revue générale sur les vitamines.)

Une carence grave en vitamine C est responsable de scorbut, affection caractérisée par des manifestations hémorragiques et la formation d'une dentine et d'un tissu ostéoïde anormaux.

Étiologie

Chez l'adulte, une carence primitive en vitamine C est habituellement due à

  • Régime inadapté

Les besoins en vitamine C alimentaire sont augmentés par les maladies fébriles, les pathologies inflammatoires (en particulier les troubles diarrhéiques), l'achlorhydrie, le tabagisme, la hyperthyroïdie, la carence martiale, le froid ou la chaleur, le stress, la chirurgie, les brûlures et les carences en protéines. La chaleur (p. ex., stérilisation, cuisson) peut détruire la vitamine C des aliments.

Physiopathologie

En cas de carence en vitamine C, la formation de substances de ciment intercellulaire dans le tissu conjonctif, les os et la dentine est défectueuse et est responsable d'une fragilité capillaire associée à des hémorragies et à des anomalies des structures osseuses et apparentées.

La formation des tissus osseux est affectée, ce qui, chez l'enfant, induit des lésions osseuses et une faible croissance osseuse. Un tissu fibreux se forme entre la diaphyse et l'épiphyse et les articulations chondrocostales sont augmentées de volume. Des fragments de cartilage densément calcifiés sont enchâssés dans le tissu fibreux. Des hémorragies périostées, parfois dues à de petites fractures, peuvent survenir chez l'enfant et l'adulte.

Symptomatologie

Chez l'adulte, les symptômes de la carence en vitamine C ne se développent qu'après des semaines ou des mois de carence en vitamine C. Mais lassitude, faiblesse, irritabilité, perte de poids, myalgies et arthralgies peuvent se présenter de manière précoce.

Les symptômes du scorbut (liés aux anomalies des tissus conjonctifs) apparaissent après quelques mois de déficit. Il peut se développer une hyperkératose folliculaire, des poils spiralés et des hémorragies périfolliculaires. Les gencives sont gonflées, violacées, spongieuses et friables; elles saignent facilement en cas de carences sévères. Finalement, les dents deviennent mobiles et tombent. Des infections secondaires peuvent se développer. Les plaies guérissent mal et se rouvrent facilement avec des hémorragies spontanées, en particulier des ecchymoses cutanées des membres inférieurs ou des hémorragies conjonctivales.

L'autre symptomatologie comprend l'atteinte du nerf fémoral due à une hémorragie dans le canal fémoral (qui peut simuler une thrombose veineuse profonde), des œdèmes des membres inférieurs, des hémorragies intra-articulaires, des épanchements et des arthralgies.

Chez les nourrissons, les symptômes comprennent l'irritabilité, la douleur lors des mouvements, l'anorexie et le ralentissement de la croissance. Chez les nourrissons et les enfants, la croissance osseuse est altérée et des hémorragies et une anémie peuvent survenir.

Diagnostic

  • Généralement clinique (en fonction de signes cutanés ou gingivaux et de facteurs de risque)

Le diagnostic de carence en vitamine C est habituellement clinique chez un patient qui présente des symptômes cutanés ou gingivaux et qui est à risque de carence en vitamine C. La confirmation par le laboratoire peut être utile. Une numération formule sanguine est effectuée, détectant souvent l'anémie. Les temps de saignement et de coagulation et le temps de Quick sont normaux.

Les rx du squelette sont une aide dans le diagnostic du scorbut chez l'enfant (mais pas chez l'adulte). Les anomalies sont plus évidentes aux extrémités des os longs, en particulier au niveau du genou. Les modifications précoces ressemblent à une atrophie. La perte des trabécules aboutit à un aspect de verre dépoli. Le cortex s'amincit. Une ligne de cartilage calcifiée et irrégulière (ligne blanche de Fraenkel) peut être visualisée au niveau de la métaphyse. Une zone de raréfaction ou une fracture linéaire proximale et parallèle à la ligne blanche peut être visible sous la forme d'un défaut triangulaire au niveau de la marge latérale de l'os, mais reste spécifique. L'épiphyse peut être comprimée. La guérison des hémorragies sous-périostées peut élever et calcifier le périoste.

Le diagnostic biologique, qui nécessite de mesurer l'acide ascorbique plasmatique, est parfois effectué dans les centres universitaires. Des taux < 0,6 mg/dL (< 34 mcmol/L) sont considérés comme marginales; des taux < 0,2 mg/dL (< 11 mcmol/L) indiquent une carence en vitamine C. La mesure du taux d'acide ascorbique contenu dans les globules blancs et les plaquettes sur un prélèvement de sang centrifugé n'est pas largement disponible ou standardisée.

Le scorbut de l'adulte doit être différencié des rhumatismes, des pathologies hémorragiques, des gingivites et d'une dénutrition protéino-énergétique. Les follicules pileux hyperkératosiques entourés d'une hyperhémie ou d'une hémorragie sont pratiquement pathognomoniques. Les gingivorragies, les hémorragies conjonctivales, la plupart des pétéchies et les ecchymoses ne sont pas spécifiques.

Traitement

  • Régime alimentaire nutritif avec de l'acide ascorbique supplémentaire

Dans le scorbut de l'adulte, l’acide ascorbique est administré à la dose de 100 à 500 mg par voie orale 3 fois/jour pendant 1 à 2 semaines jusqu’à disparition des signes cliniques suivies d’un régime alimentaire qui fournit 1 ou 2 fois les apports alimentaires recommandés pendant plusieurs semaines.

En cas de scorbut, les posologies thérapeutiques d'acide ascorbique rétablissent les fonctions de la vitamine C en quelques jours. La symptomatologie disparaît habituellement en 1 à 2 semaines. La gingivite chronique associée à des hémorragies sous-cutanées diffuses persiste plus longtemps.

Prévention

La vitamine C, 75 mg par voie orale 1 fois/jour chez la femme et 90 mg par voie orale 1 fois/jour chez l'homme, prévient la carence. Les fumeurs doivent consommer 35 mg/jour en plus. Cinq portions de fruits et légumes (recommandation journalière) fournissent > 200 mg de vitamine C.

Points clés

  • Le besoin en vitamine C est augmenté en cas de fièvre, d'inflammation, de diarrhée, de tabagisme, d'hyperthyroïdie, de carence en fer, de stress par le froid ou la chaleur, de chirurgie, de brûlures et de carence en protéines.

  • Après des semaines ou des mois, la carence provoque des symptômes non spécifiques (p. ex., une faiblesse, une lassitude, une irritabilité, des arthralgies, des myalgies); plus tard, le tissu conjonctif est affecté, causant une hyperkératose folliculaire, des cheveux enroulés, des gencives enflées et hémorragiques, des dents qui se déchaussent, une mauvaise cicatrisation, et des hémorragies spontanées.

  • En cas de symptômes cutanés ou gingivaux ou de facteurs de risque de déficit, mesurer le taux de l'acide ascorbique.

  • Traiter par supplémentations en acide ascorbique et un régime alimentaire riche.

Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Voir les

Également intéressant

Vidéos

Tout afficher
Revue générale de la maladie de Wilson
Vidéo
Revue générale de la maladie de Wilson

RÉSEAUX SOCIAUX

HAUT DE LA PAGE