Le Manuel Merck

Please confirm that you are a health care professional

honeypot link

Trouble de la personnalité schizoïde

Par

Andrew Skodol

, MD, University of Arizona College of Medicine

Dernière révision totale déc. 2019| Dernière modification du contenu déc. 2019
Cliquez ici pour l’éducation des patients

Le trouble de la personnalité schizoïde est caractérisé par une tendance constante au détachement et à un désintérêt général des relations sociales et par une gamme limitée d'émotions dans les relations interpersonnelles. Le diagnostic repose sur les critères cliniques. Le traitement consiste en une thérapie cognitivo-comportementale.

Dans le trouble de la personnalité schizoïde, la capacité à se lier aux autres est significativement limitée.

On estime qu'environ 3,1 à 4,9% de la population générale américaine souffre d'un trouble de la personnalité schizoïde. Il est légèrement plus fréquent chez l'homme. Le trouble de la personnalité schizoïde peut être plus fréquent chez les sujets qui ont des antécédents familiaux de schizophrénie ou de trouble de la personnalité schizotypique.

Les comorbidités sont fréquentes. Jusqu'à la moitié des patients ont présenté au moins un épisode de dépression majeure. Ils ont souvent aussi d'autres troubles de la personnalité, le plus souvent schizotypique, paranoïaque, limite (borderline), ou évitante.

Étiologie

Faire appel à des soignants qui étaient émotionnellement froids, négligents et détachés au cours de leur enfance peut contribuer au développement d'un trouble de la personnalité schizoïde car cela alimente le sentiment de l'enfant selon lequel les relations interpersonnelles ne sont pas satisfaisantes.

Symptomatologie

Les patients présentant un trouble de la personnalité schizoïde ne semblent avoir aucun désir de relations étroites avec d'autres personnes, y compris les membres de la famille. Ils n'ont pas d'amis proches ou de confidents, sauf parfois un parent au 1er degré. Ils ont rarement des rendez-vous et souvent ne se marient pas. Ils préfèrent être seuls avec eux-mêmes, choisir des activités et des centres d'intérêts qui ne nécessitent pas d'interaction avec les autres (p. ex., les jeux sur ordinateur). L'activité sexuelle revêt peu, le cas échéant, d'intérêt pour eux. Ils semblent aussi éprouver moins de plaisir dans les expériences sensorielles et corporelles (p. ex., marcher sur la plage).

Ces patients semblent faire peu de cas de ce que les autres pensent d'eux, en bien ou en mal. Comme ils ne remarquent pas les signes normaux de l'interaction sociale, ils peuvent sembler socialement maladroits, à l'écart ou égocentriques. Ils réagissent rarement (p. ex., en souriant ou en hochant la tête) ou font rarement preuve d'émotion dans les situations sociales. Ils ont du mal à exprimer leur colère, même quand ils sont provoqués. Ils ne réagissent pas de manière appropriée à des événements importants de la vie et peuvent sembler passifs face à des changements de situation. Par conséquent, ils peuvent sembler ne donner aucune orientation à leur vie.

Lorsque ces patients se sentent à l'aise et se révèlent, ils admettent rarement ressentir de la douleur, en particulier dans les interactions sociales.

Les symptômes du trouble de la personnalité schizoïde ont tendance à rester stables au fil du temps, plus que ceux des autres troubles de la personnalité.

Diagnostic

  • Critères cliniques (Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, Fifth Edition [DSM-5])

Pour poser un diagnostic de trouble de la personnalité schizoïde, les patients doivent avoir un tableau persistant de

  • Détachement et désintérêt général pour les relations sociales

  • Expression limitée des émotions dans les interactions interpersonnelles

Ce modèle est correspond à la présence de ≥ 4 des éléments suivants:

  • Aucun désir de plaisir dans les relations étroites, y compris avec les membres de la famille

  • Une forte préférence pour les activités solitaires

  • Peu ou aucun intérêt pour le sexe

  • Prendre plaisir dans de rares activités, le cas échéant

  • L'absence d'amis proches ou de confidents, à l'exception peut-être des parents au 1er degré

  • Une indifférence apparente face aux compliments ou aux critiques

  • Une froideur émotionnelle, un détachement ou un affect sans relief

En outre, les symptômes doivent avoir débuté au début de l'âge adulte.

Diagnostic différentiel

Les médecins doivent distinguer le trouble de la personnalité schizoïde des troubles suivants:

  • Schizophrénie et troubles apparentés: les patients souffrant d'un trouble de la personnalité schizoïde, contrairement à ceux atteints de schizophrénie, n'ont pas de troubles cognitifs ou de perception (p. ex., paranoïa, hallucinations).

  • Troubles du spectre autistique: la mésadaptation sociale et les comportements ou les intérêts stéréotypés sont moins importants chez les patients présentant un trouble de la personnalité schizoïde.

  • Trouble de la personnalité schizotypique: ce trouble se caractérise par des perceptions et une pensée déformées; ces caractéristiques sont absentes dans le trouble de la personnalité schizoïde.

  • Trouble de la personnalité évitante: dans le trouble de la personnalité schizoïde, l'isolement social est dû à un détachement omniprésent et à un désintérêt général dans les relations sociales, alors que dans le trouble de la personnalité évitante, il est dû à la peur d'être humilié ou rejeté.

Traitement

  • Entraînement aux relations/compétences sociales

Le traitement général du trouble de la personnalité schizoïde est le même que celui de tous les troubles de la personnalité.

Aucune étude contrôlée sur les psychothérapies ou le traitement médicamenteux pour le trouble de la personnalité schizoïde n'a été publiée.

En général, partager un intérêt pour des sujets impersonnels (p. ex., biens, collections, loisirs) qui intéressent les sujets qui préfèrent les activités solitaires peuvent aider à établir une relation avec un patient et peut-être faciliter une interaction thérapeutique.

Les approches cognitivo-comportementales qui mettent l'accent sur l'acquisition de compétences sociales peuvent également aider les patients à changer. Les patients présentant un trouble de la personnalité schizoïde manquant d'intérêt pour les autres, ils peuvent ne pas être motivés à changer.

Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Voir les

Également intéressant

Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
HAUT DE LA PAGE