Le Manuel Merck

Please confirm that you are a health care professional

honeypot link

Incongruence et dysphorie de genre

Par

George R. Brown

, MD, East Tennessee State University

Vérifié/Révisé juin 2023
Voir l’éducation des patients

Sexe, genre et identité

Le sexe et le genre ne sont pas la même chose, et ils doivent être considérés cliniquement comme des caractéristiques distinctes. La terminologie concernant le sexe et le genre comprend ce qui suit (1, 2 Références générales Le sexe et le genre ne sont pas la même chose, et ils doivent être considérés cliniquement comme des caractéristiques distinctes. La terminologie concernant le sexe et le genre comprend ce qui... en apprendre davantage )

  • Sexe: défini par les caractéristiques habituellement utilisées pour distinguer les hommes et les femmes; le sexe se réfère en particulier aux caractéristiques physiques et biologiques qui sont physiquement évidentes à la naissance et sont souvent présentes dans les expressions "assignation du sexe masculin à la naissance" et "assignation du sexe féminin à la naissance".

  • Identité de genre: le sentiment interne d'être un homme, une femme ou autre chose, qui peut correspondre ou non au sexe d'un individu attribué à la naissance ou à des caractéristiques sexuelles.

  • Expression de genre: vêtements, apparence physique et autres présentations et comportements externes qui expriment des aspects de l'identité ou du rôle de genre.

  • Incongruence de genre: ressenti, marqué et persistant d'une personne, d'incompatibilité entre l'identité de genre et le genre que l'on attend d'eux en fonction de leur sexe de naissance.

  • Dysphorie de genre: inconfort ou détresse liés à une incongruence entre l'identité de genre d'un individu et le sexe attribué à la naissance.

  • Cisgenre: utilisé pour décrire un individu dont l'identité de genre et l'expression de genre sont en phase avec le sexe attribué à la naissance.

  • Transgenre: terme générique englobant les sujets dont les identités ou les rôles de genre diffèrent de ceux généralement associés au sexe qui leur a été attribué à la naissance.

  • Genre non conforme: décrit un individu dont l'identité de genre ou l'expression de genre diffère des normes de genre associées au sexe qui leur a été attribué à la naissance.

  • Genderqueer: décrit un individu dont l'identité de genre ne correspond pas à une acception binaire du genre, dont ceux qui se considèrent comme à la fois des hommes et des femmes, et qui ne passent pas d'un genre à l'autre, un troisième genre ou en dehors du concept de genre. Certains se considèrent comme non binaires (c'est-à-dire qui ne s'identifient ni comme un homme ni comme une femme) en ce qui concerne leur identité et/ou leur rôle de genre.

  • Genre non binaire: il comprend les personnes dont les sexes sont composés de plusieurs identités de genre simultanément ou à des moments différents (p. ex., bigenre); qui n'ont pas d'identité de genre ou ont une identité de genre neutre (p. ex., agenre ou neutrois); avoir des identités de genre qui englobent ou mélangent des éléments d'autres genres (p. ex., polygenrer, demiboy, demigirl); et/ou qui ont un genre qui change au fil du temps (p. ex., genre fluide).

  • Genre binaire: la classification des genres en 2 catégories discrètes des hommes et des femmes (un paradigme du passé qui ne permettait pas l'intégration de ceux qui ne s'identifient pas comme des hommes ou des femmes).

  • Femmes trans: personnes à qui on a attribué un sexe masculin à la naissance et qui ont adopté une identité de genre de femme, qu'elles aient ou non subi une transition médicale de genre.

  • Hommes trans: personnes à qui un genre féminin a été attribué à la naissance et qui ont adopté une identité de genre d'homme, qu'elles aient ou non subi une transition médicale du genre.

  • Eunuque: un individu de sexe masculin à la naissance dont les testicules ont été enlevés chirurgicalement ou rendus non fonctionnels et qui s'identifie comme eunuque. Cette définition diffère de la définition médicale standard en excluant les sujets qui ne s'identifient pas comme eunuque.

  • Transaffirmative: être conscient, respectueux et en soutien des besoins des personnes transgenres et non conformes sur le plan du genre.

  • Orientation sexuelle: modèle d'attraction émotionnelle, romantique et/ou sexuel que les personnes ont les uns envers les autres. Elle se réfère également au sentiment d'identité personnelle et sociale d'une personne en fonction de ces attraits, des comportements associés et de l'appartenance à une communauté d'autres personnes présentant des attraits et des comportements similaires. L'identité sexuelle est différente de l'identité de genre.

Transgenre et genre divers sont les termes préférés pour désigner les personnes ayant des identités de genre qui diffèrent du genre qui est congruent avec le sexe qui leur a été attribué à la naissance. Transsexualisme est un terme désuet qui n'est plus utilisé par les experts de la dysphorie de genre.

Les identités de genre comprennent la masculinité ou la féminité traditionnelles, avec la reconnaissance culturelle croissante que certains sujets ne rentrent, ni ne souhaitent nécessairement s'adapter, à la traditionnelle dichotomie homme-femme (genre binaire). Ces sujets peuvent se qualifier de genderqueer, non binaire, non conforme, ou l'un des nombreux autres termes qui sont devenus plus couramment utilisés. En outre, les définitions et les catégorisations du rôle de genre peuvent différer d'une société à l'autre. Le terme cisgenre, qui s'applique à la majorité des personnes, est utilisé pour désigner les personnes dont l'identité de genre correspond à leur sexe attribué à la naissance.

De nombreuses cultures sont plus tolérantes envers les comportements non conformes du genre chez les jeunes filles (p. ex., faire des activités ou porter des vêtements qui sont plus typiques pour les garçons) que les comportements efféminés chez les garçons. Dans le cadre du développement normal, de nombreux garçons jouent le rôle de filles ou de mères, y compris en essayant les vêtements de leur sœur ou de leur mère ou en adoptant des comportements stéréotypés ou en exprimant les intérêts associés aux filles dans une société donnée. L'incongruence de genre (comportement qui diffère significativement des normes culturelles pour le sexe de naissance d'une personne) chez les enfants n'est généralement pas considérée comme un trouble et ne persiste généralement pas à l'âge adulte ou n'entraîne pas de dysphorie de genre, bien que les jeunes adolescents incongruents de genre puissent être plus susceptibles de s'identifier aussi comme homosexuels ou bisexuels que l'adulte (3 Références générales Le sexe et le genre ne sont pas la même chose, et ils doivent être considérés cliniquement comme des caractéristiques distinctes. La terminologie concernant le sexe et le genre comprend ce qui... en apprendre davantage ).

L'identité de genre non binaire correspond à des individus qui ressentent leur genre comme étant différent des visions occidentales typiques de l'identité de genre binaire (masculin ou féminin). Le terme non binaire décrit les personnes qui ont différents types d'identité de genre, y compris les personnes qui ne s'identifient à aucun sexe, celles qui s'identifient à plusieurs sexes et celles qui peuvent éprouver différents genres au fil du temps ou dans des contextes différents (genre fluide) (4 Références générales Le sexe et le genre ne sont pas la même chose, et ils doivent être considérés cliniquement comme des caractéristiques distinctes. La terminologie concernant le sexe et le genre comprend ce qui... en apprendre davantage ). Bien que certaines personnes non binaires s'identifient comme transgenres, beaucoup ne le font pas.

Les personnes non binaires peuvent utiliser les pronoms qu'ils/eux/elles leurs ou des pronoms nouvellement créés (en anglais) tels que ze/zir/hir ou e/er/ers, entre autres. Des études ont rapporté que les personnes non binaires peuvent constituer 25 à 50% de la communauté des sujets de genres divers, avec des pourcentages plus élevés observés chez les adolescents et les jeunes adultes (5 Références générales Le sexe et le genre ne sont pas la même chose, et ils doivent être considérés cliniquement comme des caractéristiques distinctes. La terminologie concernant le sexe et le genre comprend ce qui... en apprendre davantage ). Actuellement, une majorité de sujets non binaires ont reçu une assignation de sexe féminin à la naissance.

Avant les années 2010, la majorité des patients souffrant de dysphorie de genre qui demandaient un traitement avaient été assignés au sexe masculin à la naissance. Ceci a changé, avec une augmentation substantielle du nombre de patientes adolescentes à qui ont a assigné à la naissance un sexe féminin et qui se rendent dans les cliniques du monde entier pour une évaluation et un traitement (6, 7 Références générales Le sexe et le genre ne sont pas la même chose, et ils doivent être considérés cliniquement comme des caractéristiques distinctes. La terminologie concernant le sexe et le genre comprend ce qui... en apprendre davantage ).

Dysphorie de genre et incongruence de genre

Pour la plupart des sujets, il existe une concordance entre le sexe attribué à la naissance, l'identité de genre et le rôle de genre. Cependant, ceux qui ont une dysphorie de genre ressentent une détresse associée à un certain degré d'incongruence entre leur sexe de naissance et leur identité de genre. La dysphorie de genre est un diagnostic dans le Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, Fifth Edition, Text Revision (DSM-5-TR), et est divisé en 2 ensembles de critères diagnostiques, un pour les enfants et un pour les adolescents et les adultes (8 Références générales Le sexe et le genre ne sont pas la même chose, et ils doivent être considérés cliniquement comme des caractéristiques distinctes. La terminologie concernant le sexe et le genre comprend ce qui... en apprendre davantage ).

Si un individu éprouve ou montre une incongruité ou une non-conformité de genre, cela n'est pas considéré comme un trouble. Il est considéré comme une variante normale de l'identité et de l'expression de genre humain. Cependant, lorsque le déséquilibre perçu entre le sexe de naissance et l'identité de genre ressentie provoque une détresse importante ou un trouble fonctionnel, un diagnostic clinique de dysphorie de genre peut être approprié. Le diagnostic est défini par la détresse de la personne plutôt que par la présence d'une incongruité ou d'une identité de genre.

La détresse de la dysphorie de genre est généralement décrite comme une association d'anxiété, de dépression, d'irritabilité et du sentiment omniprésent de ne pas se sentir à l'aise dans son corps. Les sujets présentant une dysphorie de genre sévère peuvent présenter des symptômes sévères, inquiétants et anciens. Ils ont généralement un fort désir de changer leur corps médicalement et/ou chirurgicalement pour que leur corps corresponde plus étroitement à leur identité de genre.

Il n'y a pas de données suffisantes pour déterminer la prévalence précise de l'incongruence ou de la dysphorie de genre, mais des études menées dans de grands systèmes de soins ont rapporté que 0,02 à 0,1% des patients répondaient aux critères du DSM-5-TR du diagnostic de dysphorie de genre. Des études basées sur des enquêtes auprès d'individus dans des contextes non cliniques ont rapporté une proportion encore plus élevée de personnes interrogées qui s'identifient comme transgenres:

Chez l'adulte, la prévalence a été subdivisée en 2 groupes distincts:

  • Ceux qui se considèrent transgenres (0,5 à 0,6%)

  • Ceux qui se considèrent comme une incongruence de genre/divers genres (0,6 à 1,1%)

Chez l'enfant et l'adolescent, les mêmes modèles de prévalence ont été notés:

  • Ceux qui se considèrent transgenres (1,2 à 2,7%)

  • Ceux qui se considèrent comme étant en incongruence de genre/divers genres (2,5 à 8,4%)

Selon certains experts le diagnostic de dysphorie de genre est avant tout une pathologie médicale accompagnée de symptômes psychiatriques, apparentée à des troubles du développement sexuel, et non pas principalement un trouble mental. Par conséquent, l'incongruence et la dysphorie de genre ne sont plus répertoriées comme des troubles mentaux dans l'International Classification of Diseases, 11th Revision, mais plutôt dans un nouveau chapitre sur la santé sexuelle (9 Références générales Le sexe et le genre ne sont pas la même chose, et ils doivent être considérés cliniquement comme des caractéristiques distinctes. La terminologie concernant le sexe et le genre comprend ce qui... en apprendre davantage ). L'Organisation mondiale de la santé a effectué cette modification, en partie, pour réduire la stigmatisation d'une maladie déjà stigmatisante (10, 11 Références générales Le sexe et le genre ne sont pas la même chose, et ils doivent être considérés cliniquement comme des caractéristiques distinctes. La terminologie concernant le sexe et le genre comprend ce qui... en apprendre davantage ). Inversement, d'autres considèrent même des formes extrêmes d'incongruité de genre comme n'étant ni une pathologie médicale ni une pathologie psychiatrique, mais plutôt des variantes normales rares du spectre de l'identité et de l'expression des genres humains.

Indépendamment du point de vue clinique sur l'incongruence et la dysphorie de genre, il existe des preuves substantielles que les personnes transgenres en tant que population souffrent d'une charge accrue de diagnostics médicaux, de santé mentale et de santé sexuelle, souvent associés à des obstacles à l'accès aux soins. Tous les troubles de santé mentale de cette population ne sont pas des dysphories de genre (p. ex., dépression concomitante, troubles anxieux, troubles de toxicomanie), et la dysphorie de genre n'est pas ressentie par tous les sujets présentant une incongruence de genre. Lorsque des symptômes définis sont présents et atteignent un seuil de signification clinique, un diagnostic de dysphorie de genre peut être approprié.

Références générales

Étiologie de l'incongruence et de la dysphorie de genre

L'étiologie spécifique de l'incongruence du genre est mal comprise. Les facteurs biologiques (p. ex., génétique, milieu hormonal prénatal à une période critique du développement du fœtus) sont supposés jouer un rôle majeur dans la détermination de l'identité de genre. Certaines études ont trouvé un taux plus élevé de concordance de la dysphorie de genre chez les jumeaux monozygotes que chez les jumeaux dizygotes, ce qui suggère qu'il existe une composante héréditaire dans l'incongruité de genre (1 Références pour l'étiologie Le sexe et le genre ne sont pas la même chose, et ils doivent être considérés cliniquement comme des caractéristiques distinctes. La terminologie concernant le sexe et le genre comprend ce qui... en apprendre davantage ), alors que d'autres n'ont pas observé ce lien (2 Références pour l'étiologie Le sexe et le genre ne sont pas la même chose, et ils doivent être considérés cliniquement comme des caractéristiques distinctes. La terminologie concernant le sexe et le genre comprend ce qui... en apprendre davantage ). Certaines imageries cérébrales montrent des différences fonctionnelles et anatomiques chez les sujets dysphoriques de genre qui sont cohérents avec leur identité de genre plutôt qu'avec le sexe attribué à la naissance (3 Références pour l'étiologie Le sexe et le genre ne sont pas la même chose, et ils doivent être considérés cliniquement comme des caractéristiques distinctes. La terminologie concernant le sexe et le genre comprend ce qui... en apprendre davantage ).

La formation d'une identité sexuelle stable et non conflictuelle et du rôle de genre est aussi influencée par des facteurs psychosociaux (p. ex., la qualité des relations parentales et des rapports que chaque parent entretient avec l'enfant).

Rarement, la dysphorie de genre est associée à des troubles du développement sexuel (p. ex., organes génitaux ambigus) ou à une anomalie génétique Revue générale des anomalies des chromosomes sexuels Les anomalies des chromosomes sexuels peuvent comprendre une aneuploïdie, des délétions ou des duplications partielles, ainsi que des mosaïques. (Voir aussi Revue générale des anomalies chromosomiques... en apprendre davantage (p. ex., syndrome de Turner Syndrome de Turner Dans le syndrome de Turner, les filles naissent avec un de leurs deux chromosomes X partiellement ou complètement manquants. Le diagnostic repose sur les signes cliniques et est confirmé par... en apprendre davantage Syndrome de Turner , syndrome de Klinefelter Syndrome de Klinefelter (47,XXY) Le syndrome de Klinefelter correspond à la présence de deux chromosomes X ou plus, plus un Y, aboutissant à un phénotype masculin. Le diagnostic repose sur les signes cliniques et est confirmé... en apprendre davantage Syndrome de Klinefelter (47,XXY) ). Lorsque l'assignation à une identité sexuelle (genre masculin ou féminin) et l'éducation sont en désaccord (p. ex., en cas d'organes génitaux ambigus ou de syndrome génétique altérant l'apparence des organes génitaux, [p. ex., l'insensibilité aux androgènes]), l'enfant peut ressentir une incertitude quant à son identité ou son rôle de genre bien que l'importance des facteurs environnementaux reste controversée. Cependant, lorsque l'assignation à un genre donné et les modalités d'éducation sont sans ambiguïté, les ambiguïtés des organes génitaux peuvent ne pas affecter le développement de l'identité de genre d'un enfant.

Références pour l'étiologie

Symptomatologie de l'incongruence et de la dysphorie de genre

Bien que cette section soit appelée symptomatologie, elle traite également des expériences et des caractéristiques des individus de sexe divers qui n'ont pas de dysphorie de genre.

Symptômes chez les enfants

La dysphorie de genre dans l'enfance est un diagnostic clinique qui se manifeste souvent dès l'âge de 2 à 3 ans, mais peut apparaître à tout âge. La plupart des enfants présentant une dysphorie de genre ne sont pas examinés avant l'âge de 6 à 9 ans. Les enfants atteints de dysphorie de genre présentent habituellement les signes suivants pendant au moins 6 mois (3 Références pour la symptomatologie Le sexe et le genre ne sont pas la même chose, et ils doivent être considérés cliniquement comme des caractéristiques distinctes. La terminologie concernant le sexe et le genre comprend ce qui... en apprendre davantage ):

  • Préfèrent se travestir

  • Insistent sur leur appartenance à l'autre sexe

  • Souhaitent se réveiller en étant de l'autre sexe

  • Préfèrent participer aux jeux et aux activités caractéristiques de l'autre sexe

  • Préfèrent les camarades de jeu de l'autre sexe

  • Ont une forte aversion pour leur anatomie sexuelle

Par exemple, une petite fille peut affirmer avec insistance qu'elle aura un pénis et deviendra un garçon et elle peut se tenir debout pour uriner. Un garçon peut imaginer d'être une fille et éviter les jeux agressifs et de compétition. Il peut également souhaiter se débarrasser de son pénis et de ses testicules. Chez les garçons, en cas de détresse liée aux modifications physiques de la puberté, celle-ci est souvent suivie d'une demande de traitements somatiques féminisants pendant l'adolescence.

La trajectoire de genre des enfants prépubères qui ont une incongruence de genre ne peut être prédite de manière fiable à l'avance. Certaines études ont montré qu'une majorité de participants à l'étude présentant une incongruence de genre pendant l'enfance restaient dans cette même identité de genre à l'adolescence (4 Références pour la symptomatologie Le sexe et le genre ne sont pas la même chose, et ils doivent être considérés cliniquement comme des caractéristiques distinctes. La terminologie concernant le sexe et le genre comprend ce qui... en apprendre davantage ). Dans d'autres études, sur des sujets chez qui on a diagnostiqué une dysphorie de genre alors qu'ils étaient enfants, une minorité a continué de répondre aux critères diagnostiques de la dysphorie de genre à l'âge adulte (5, 6 Références pour la symptomatologie Le sexe et le genre ne sont pas la même chose, et ils doivent être considérés cliniquement comme des caractéristiques distinctes. La terminologie concernant le sexe et le genre comprend ce qui... en apprendre davantage ), et une minorité de ceux qui ont exprimé des niveaux d'incongruence de genre non cliniquement significatifs (qui n'ont pas correspondu aux critères diagnostiques de la dysphorie de genre) continuent d'exprimer une incongruité de genre à l'âge adulte.

L'actuelle World Professional Association for Transgender Health (WPATH) Standards of Care, version 8 (9 Références pour la symptomatologie Le sexe et le genre ne sont pas la même chose, et ils doivent être considérés cliniquement comme des caractéristiques distinctes. La terminologie concernant le sexe et le genre comprend ce qui... en apprendre davantage ) fournit des conseils aux experts travaillant dans ce domaine sensible. Ces lignes directrices recommandent que les parents/tuteurs et les professionnels de santé répondent de manière positive aux enfants qui désirent que leur soit reconnu le genre qui correspond à leur sentiment interne d'identité de genre. Elles recommandent également que les parents/tuteurs et les professionnels de santé aident les enfants à continuer à explorer leur genre tout au long de la prépuberté, indépendamment de la transition sociale (9 Références pour la symptomatologie Le sexe et le genre ne sont pas la même chose, et ils doivent être considérés cliniquement comme des caractéristiques distinctes. La terminologie concernant le sexe et le genre comprend ce qui... en apprendre davantage ).

Les enfants et les adolescents de sexes divers sont plus susceptibles de subir des traumatismes, des intimidations, un isolement et des problèmes de santé mentale que leurs pairs cisgenres (10, 11 Références pour la symptomatologie Le sexe et le genre ne sont pas la même chose, et ils doivent être considérés cliniquement comme des caractéristiques distinctes. La terminologie concernant le sexe et le genre comprend ce qui... en apprendre davantage ). L'augmentation de la suicidalité et de la dépression des adolescents qui s'identifient comme transgenres ou de sexe différent a suscité beaucoup d'attention et d'études (12, 13 Références pour la symptomatologie Le sexe et le genre ne sont pas la même chose, et ils doivent être considérés cliniquement comme des caractéristiques distinctes. La terminologie concernant le sexe et le genre comprend ce qui... en apprendre davantage ).

Certains enfants ou adolescents transgenres font une transition sociale. Cela peut impliquer un ou plusieurs des changements suivants pendant l'enfance: changement de nom, changement de pronom, changement des marqueurs de sexe sur les documents et les dossiers scolaires; participation à "d'autres" sports de genre, clubs récréatifs, camps de vacance; changer de salle de bains et de vestiaires de manière compatible avec le genre expérimenté; communication publique du genre expérimenté/affirmé à d'autres personnes; et modifications de l'expression personnelle (p. ex., coiffures, vêtements, choix des bijoux) (2 Références pour la symptomatologie Le sexe et le genre ne sont pas la même chose, et ils doivent être considérés cliniquement comme des caractéristiques distinctes. La terminologie concernant le sexe et le genre comprend ce qui... en apprendre davantage ).

Symptômes chez l'adulte

Bien que la plupart des adultes chez qui on a diagnostiqué une dysphorie de genre aient des symptômes précoces de dysphorie de genre ou aient un sentiment de différence au cours de la petite enfance, mais certains n'apparaissent pas avant l'âge adulte et n'ont aucun signe d'incongruence de genre pendant l'enfance. Les femmes transgenres peuvent d'abord s'identifier comme travestis et seulement plus tard au cours de la vie, adopter leur identité transgenre.

Certaines personnes dysphoriques de genre font initialement des choix compatibles avec leur sexe attribué à la naissance (p. ex., mariage, service militaire) et admettent souvent, rétrospectivement, qu'elles n'étaient pas à l'aise avec leurs sentiments transgenres/divers émergents et ont pris des décisions de vie pour essayer d'éviter de les traiter. Pour les sujets auxquels a été attribué un sexe masculin à la naissance, cela a été décrit comme une "fuite dans l'hypermasculinité" (14, 15 Références pour la symptomatologie Le sexe et le genre ne sont pas la même chose, et ils doivent être considérés cliniquement comme des caractéristiques distinctes. La terminologie concernant le sexe et le genre comprend ce qui... en apprendre davantage ). Une fois qu'ils acceptent leur identité transgenre et font une transition publique entre les genres, de nombreuses personnes transgenres se fondent parfaitement dans le tissu de la société avec leur identité de genre préférée, avec ou sans thérapie hormonale affirmant le genre ou chirurgie affirmant le genre.

Les personnes transgenres peuvent se sentir à l'aise avec une variété de méthodes d'expression de leur identité de genre. Certaines femmes transgenres se satisfont d'avoir pu acquérir une apparence plus féminine et d'avoir obtenu des papiers avec une identité féminine (p. ex., permis de conduire, passeport), grâce auxquels elles travaillent et vivent dans la société comme des femmes. De même, de nombreuses patientes à qui a été attribué un sexe féminin à la naissance choisissent de procéder à une transition sociale, et avec l'aide de la testostérone pour affirmer leur sexe (que des mastectomies et/ou une reconfiguration thoracique soient ou non effectuées) ont une apparence et une sonorité assez masculine.

D'autres sujets de sexe divers présentent des problèmes, qui peuvent comprendre une anxiété Revue générale des troubles anxieux Les troubles anxieux sont caractérisés par une peur et une anxiété persistantes et excessives et par les modifications comportementales dysfonctionnelles qu'un patient peut utiliser pour atténuer... en apprendre davantage , une dépression Troubles dépressifs Les troubles dépressifs sont caractérisés par une tristesse suffisamment sévère ou persistante pour perturber le fonctionnement quotidien et souvent par une diminution de l'intérêt ou du plaisir... en apprendre davantage , des troubles de toxicomanie Troubles de toxicomanie Les troubles de toxicomanie consistent en un modèle pathologique de comportements dans lequel les patients continuent à utiliser une substance en dépit de problèmes importants liés à son utilisation... en apprendre davantage et un comportement suicidaire Comportement suicidaire Le suicide est la mort causée par un acte autolésionnel conçu pour être mortel. Le comportement suicidaire englobe un éventail de comportements allant de la tentative de suicide à des comportements... en apprendre davantage , à des niveaux nettement plus élevés que ceux de leurs pairs cisgenres (16 Références pour la symptomatologie Le sexe et le genre ne sont pas la même chose, et ils doivent être considérés cliniquement comme des caractéristiques distinctes. La terminologie concernant le sexe et le genre comprend ce qui... en apprendre davantage ). Ces problèmes peuvent être liés à des facteurs de stress de la société et de la famille liés à l'absence d'acceptation des comportements de genre non conformes et à la marginalisation, problème souvent appelé stress des minorités. Les disparités en matière de santé dans l'accès au soins de santé mentale et à l'ensemble des services de soins sont bien documentées chez les sujets dysphoriques de genre et peuvent être liés à la pauvreté, aux obstacles à l'accès aux soins, aux discriminations et à la difficulté pour le médecin à leur fournir des soins appropriés.

Références pour la symptomatologie

  • 1. Endocrine Society, Pediatric Endocrine Society: Position statement: Transgender health. Endocrine Society. Consulté le 19/05/2023

  • 2. Ehrensaft D: Exploring gender expansive expressions. In The gender affirmative model: An interdisciplinary approach to supporting transgender and gender expansive children, edited by Keo-Meier C, Ehrensaft D, American Psychological Association, Washington, DC.

  • 3. American Psychiatric Association: Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, 5th ed. Text Revision (DSM-5-TR). Washington, DC, American Psychiatric Association, 2022.

  • 4. Olson KR, Durwood L, Horton R, et al: Gender identity 5 years after social transition. Pediatrics 150 (2): e2021056082, 2022. https://doi.org/10.1542/peds.2021-056082

  • 5. Singh D, Bradley S, Zucker K: A follow-up study of boys with gender identity disorder. Front Psychiatry Volume 12, 2021. https://doi.org/10.3389/fpsyt.2021.632784

  • 6. Wallien MSC, Cohen-Kettenis PT: Psychosexual outcome of gender-dysphoric children. J Am Acad Child Adolesc Psychiatry 47(12)1413-1423, 2008. doi: 10.1097/CHI.0b013e31818956b9

  • 7. Chen D, Edwards-Leeper L, Stancin T, et al: Advancing the practice of pediatric psychology with transgender youth: State of the science, ongoing controversies, and future directions. Clin Pract Pediatr Psychol 6(1):73-83, 2018. doi: 10.1037/cpp0000229 2

  • 8. Travers A:The Trans Generation: How Trans Kids (and Their Parents) Are Creating a Gender Revolution. New York, New York University Press, 2018.

  • 10. Barrow K, Apostle D: Addressing mental health conditions often experienced by transgender and gender expansive children. In The gender affirmative model: An interdisciplinary approach to supporting transgender and gender expansive children, edited by Keo-Meier CE, Ehrensaft DE. American Psychological Association. 2018.

  • 11. Ristori J, Steensma TD: Gender dysphoria in childhood. Int Rev Psychiatry 28(1),13-20, 2016. https://doi.org/10.3109/09540261.2015.1115754

  • 12. Turban JL, King D, Carswel JM, et al: Pubertal suppression for transgender youth and risk of suicidal ideation. Pediatrics e20191725, 2020. https://doi.org/10.1542/peds.2019-1725

  • 13. Turban JL, King D, Kobe J, et al: Access to gender-affirming hormones during adolescence and mental health outcomes among transgender adults. PLoS One 17(1): e0261039, 2022. https://doi. org/10.1371/journal.pone.0261039

  • 14. Brown GR: Transsexuals in the military: flight into hypermasculinity. Arch Sex Behav 17(6):527-537, 1988. doi: 10.1007/BF01542340

  • 15. McDuffie E, Grown GR: 70 U.S. veterans with gender identity disturbances: A descriptive study. J Transgenderism 12(1):21-30, 2010. https://doi.org/10.1080/15532731003688962

  • 16. Brown GR, Jones KT: Mental health and medical outcome disparities in 5135 transgender veterans receiving health care in the Veterans Health Administration: A case-control study. LGBT Health 3(2):122-131, 2016. doi: 10.1089/lgbt.2015.0058

Diagnostic de l'incongruence et de la dysphorie de genre

  • Critères du DSM-5-TR

  • Critères de la CIM-11 (classification internationale des maladies) (non encore utilisés dans tous les pays)

Bilan et diagnostic dans toutes les classes d'âge

L'évaluation d'un individu concernant une incongruence ou une dysphorie de genre comprend souvent ce qui suit

  • Entretien de l'individu (et pour les enfants, avec les parents/tuteurs) sur l'identité de genre affirmée et l'expression de genre, actuellement et historiquement

  • Évaluation à la recherche de signes de dysphorie et/ou d'incompatibilité de genre

  • Revue des antécédents médicaux et mentaux pertinents (et pour les enfants, antécédents de développement)

  • L'existence de facteurs de stress ou de risques personnels ou familiaux importants doit être évaluée (p. ex., consommation de substances, exposition à la violence, pauvreté)

  • Évaluation d'autres pathologies psychiatriques souvent associées à une dysphorie de genre, dont dépression, anxiété, troubles de toxicomanie, tabagisme, suicidalité.

En outre, la famille et les contextes psychosociaux de l'individu sont importants, y compris les attitudes, le soutien et les défis concernant la diversité des sexes chez la personne et dans la famille, les amis et d'autres contacts importants (p. ex., amis, enseignants, collègues de travail, membres de la communauté). La présence d'importants facteurs de stress personnels ou familiaux ou de risques doit être évaluée (p. ex., consommation de substances, exposition à la violence, pauvreté). Les WPATH Standards of Care, version 8 fournit une section détaillée de l'évaluation des patients des sujets de genre divers à tous les stades du cycle de la vie (1 Références pour le diagnostic Le sexe et le genre ne sont pas la même chose, et ils doivent être considérés cliniquement comme des caractéristiques distinctes. La terminologie concernant le sexe et le genre comprend ce qui... en apprendre davantage ).

L'incongruence de genre est définie dans la CIM-11 (Classification internationale des maladies) comme une incongruence marquée et persistante entre le sexe ressenti d'un individu et le sexe attribué (2 Références pour le diagnostic Le sexe et le genre ne sont pas la même chose, et ils doivent être considérés cliniquement comme des caractéristiques distinctes. La terminologie concernant le sexe et le genre comprend ce qui... en apprendre davantage ). Puisque la CIM-11 est utilisée en Europe et dans d'autres régions du monde, mais pas encore aux États-Unis, l'incongruence de genre n'a pas de code diagnostique aux États-Unis, et dans la pratique clinique, le terme est généralement utilisé uniquement en référence aux enfants.

  • Incongruité marquée entre le sexe de naissance et l'identité de genre expérimentée/exprimée présente depuis 6 mois

  • Souffrance cliniquement importante ou altération fonctionnelle résultant de cette incongruité

Diagnostic de la dysphorie de genre chez les enfants

  • Un fort désir d'être ou l'insistance qu'ils sont de l'autre sexe (ou d'un genre différent du genre qui leur est attribué)

  • Une forte préférence pour les vêtements typiques du sexe opposé et, chez les filles, la résistance à porter des vêtements typiquement féminins

  • Une forte préférence pour les rôles trans-genres dans les jeux de rôle ou de simulation

  • Une forte préférence pour les jouets, les jeux et les activités stéréotypés de l'autre sexe

  • Une forte préférence pour les camarades de l'autre sexe

  • Un fort rejet des jouets, des jeux et des activités typiques de leur sexe de naissance

  • Une forte aversion pour leur anatomie sexuelle

  • Un fort désir pour les caractères sexuels primaires et/ou secondaires qui correspondent à leur identité de genre ressentie

La pathologie doit être associée à une détresse cliniquement significative ou à un trouble dans les contextes sociaux, à l'école ou dans d'autres domaines importants du fonctionnement.

L'auto-identification en tant que genre différent de celui attribué à la naissance ne doit pas être simplement un désir de bénéficier des avantages culturels perçus de l'autre genre. Par exemple, un petit garçon déclarant qu'il veut être une petite fille principalement pour bénéficier du même traitement de faveur que sa jeune sœur n'a probablement pas de dysphorie de genre.

Diagnostic de la dysphorie de genre chez les adolescents et chez les adultes

  • Une incongruence marquée entre le sexe expérimenté/exprimé et les caractéristiques sexuelles primaires et/ou secondaires (ou chez les jeunes adolescents, les caractéristiques sexuelles secondaires anticipées)

  • Un fort désir de se débarrasser de (ou pour le jeune adolescent, de prévenir le développement de) leurs caractéristiques sexuelles primaires et/ou secondaires

  • Un fort désir pour les caractères sexuels primaires et/ou secondaires qui correspondent à leur identité de genre ressentie

  • Un fort désir d'être de l'autre genre (ou d'un autre genre différent du genre que celui qui lui est attribué)

  • Un fort désir d'être traité comme un autre genre

  • Une forte conviction de ressentir et de réagir de façon typique comme le ferait l'autre sexe

Une détresse cliniquement significative ou une altération du fonctionnement social, professionnel ou d'autres domaines importants du fonctionnement doit être présente.

Références pour le diagnostic

Traitement de la dysphorie de genre

  • Pour de nombreux adultes ou adolescents, l'hormonothérapie et parfois les chirurgies d'affirmation du genre (chirurgie du sein, des organes génitaux ou du visage)

  • Parfois, d'autres traitements (p. ex., thérapie vocale, électrolyse)

  • La psychothérapie des adolescents et des adultes est souvent utile pour traiter les problèmes de santé mentale coexistants, les problèmes liés à la transition et d'autres problèmes, mais elle n'est pas obligatoire pour accéder aux traitements médicaux et/ou chirurgicaux de la dysphorie de genre.

L'objectif du traitement des personnes transgenres, selon le WPATH, est de parvenir à un "confort personnel durable avec leur identité de genre dans le but d'optimiser leur santé physique globale, leur bien-être psychologique et leur épanouissement personnel" (1 Références pour le traitement Le sexe et le genre ne sont pas la même chose, et ils doivent être considérés cliniquement comme des caractéristiques distinctes. La terminologie concernant le sexe et le genre comprend ce qui... en apprendre davantage ).

Le comportement non conforme au sexe ou d'incongruence par rapport au sexe, tel que le travestissement, n'est pas considéré comme un trouble et ne nécessite pas de traitement s'il se produit sans dysphorie de genre concomitante (détresse psychologique cliniquement significative ou altération fonctionnelle). Lorsque le traitement est nécessaire, il vise à soulager la détresse des patients et à les aider à s'adapter plutôt qu'à essayer de changer leur identité. L'utilisation de la psychothérapie pour tenter de "convertir" l'identité transgenre d'une personne (appelée thérapie réparatrice ou thérapie de conversion) est non seulement inefficace mais peut être nocive pour les patients, et est considérée comme contraire à l'éthique et est illégale dans certaines juridictions.

Dans la plupart des cas de dysphorie de genre, l'objectif principal de la recherche d'une aide médicale n'est pas d'obtenir un traitement de santé mentale, mais d'obtenir des traitements affirmant le genre sous forme d'hormonothérapie et/ou de chirurgie affirmant le genre (précédemment connu sous le nom de réassignation sexuelle ou de chirurgie génitale) pour rendre leur apparence physique appropriée à leur identité de genre. Lorsque la dysphorie de genre est correctement diagnostiquée et traitée, la détresse psychologique peut disparaître avec une association de psychothérapie, d'hormonothérapie affirmant le genre et de chirurgies affirmant le genre (1, 2 Références pour le traitement Le sexe et le genre ne sont pas la même chose, et ils doivent être considérés cliniquement comme des caractéristiques distinctes. La terminologie concernant le sexe et le genre comprend ce qui... en apprendre davantage ).

L'intervention chirurgicale permet à certains patients d'atteindre une adaptation et une qualité de vie meilleures. La plupart des experts ne recommandent la chirurgie que chez les patients qui ont été évalués par un médecin expérimenté et correctement formé et qui ont été traités selon les normes actuelles de soins du WPATH. Les médecins conseillent souvent aux patients de vivre dans leur rôle de genre préféré pendant un an avant de subir une chirurgie génitale irréversible.

Les techniques de préservation de la fertilité, telles que la cryoconservation d'embryons, d'ovocytes ou de spermatozoïdes ou le fait de retarder le début des traitements hormonaux d'affirmation du sexe, doivent être discutées avant le traitement (1, 3 Références pour le traitement Le sexe et le genre ne sont pas la même chose, et ils doivent être considérés cliniquement comme des caractéristiques distinctes. La terminologie concernant le sexe et le genre comprend ce qui... en apprendre davantage ).

Des études ont montré que la chirurgie génitale a aidé de nombreuses personnes atteintes de dysphorie de genre à vivre une vie plus heureuse et plus productive. Sur la base de ces résultats, cette chirurgie est considérée médicalement nécessaire chez les patients atteints de dysphorie de genre qui sont très motivés, ont été évalués par des experts appropriés et qui ont satisfait aux critères décrits dans les WPATH (World Professional Association for Transgender Health) Standards of Care, version 8 (2 Références pour le traitement Le sexe et le genre ne sont pas la même chose, et ils doivent être considérés cliniquement comme des caractéristiques distinctes. La terminologie concernant le sexe et le genre comprend ce qui... en apprendre davantage ). Il convient de noter que les chirurgies d'affirmation du genre ne sont pas limitées aux interventions génitales, mais peuvent également comprendre des modifications du visage, une chirurgie des cordes vocales, une augmentation mammaire, réduction de la pomme d'Adam ou d'autres chirurgies non génitales.

Bien que les patients qui ont une dysphorie de genre ne soient plus tenus de subir une psychothérapie avant de débuter les procédures hormonales et chirurgicales de confirmation du genre, les soignants peuvent faire ce qui suit pour aider les patients à prendre leurs décisions informées:

La décision d'un individu de partager des informations sur son identité de genre avec la famille et le public, indépendamment des traitements souhaités, est souvent lourde de problèmes sociaux potentiels pour les patients (4, 5 Références pour le traitement Le sexe et le genre ne sont pas la même chose, et ils doivent être considérés cliniquement comme des caractéristiques distinctes. La terminologie concernant le sexe et le genre comprend ce qui... en apprendre davantage ). Ces problèmes comprennent la perte potentielle de la famille, du conjoint/partenaire, des amis et la perte d'emploi ou de logement en raison de la discrimination contre des personnes de genre divers. Dans certaines parties du monde, la diversité publique entre les sexes est également illégale et expose les personnes transgenres à de graves conséquences judiciaires, dont l'emprisonnement ou l'exécution.

La participation à des groupes de soutien sur le genre, disponibles dans la plupart des grandes villes ou par internet, est souvent utile, en particulier pendant le processus de transition.

Les individus qui ont été considérés de sexe masculin à la naissance

Chez les femmes transgenres, les thérapies médicales d'affirmation du sexe consistent en des hormones féminisantes à doses modérées (p. ex., timbre transdermique d'œstradiol 0,1 à 0,2 mg/jour ou œstradiol oral 2 à 8 mg/jour) avec un anti-androgène (p. ex., spironolactone 100 à 400 mg/jour). Ceci est généralement associé à l'électrolyse, à la thérapie vocale et à d'autres traitements féminisants.

Les hormones féminisantes ont des effets bénéfiques significatifs sur les symptômes de la dysphorie de genre, souvent avant les changements visibles des caractères sexuels secondaires (p. ex., croissance du sein, diminution de la croissance des poils du visage et du corps, redistribution de la graisse sur les hanches). Les hormones féminisantes, même sans soutien psychologique ou chirurgie, sont suffisantes pour que certains patients se sentent suffisamment à l'aise en tant que femmes.

Une chirurgie de réaffirmation du genre est demandée par un nombre croissant de femmes transgenres. Bien qu'il existe plusieurs approches, la chirurgie la plus fréquente consiste en l'ablation du pénis et des testicules et la création d'un néovagin. Une partie du gland est conservée comme un clitoris, qui est habituellement sexuellement sensible et conserve la capacité d'excitation et d'orgasme dans la majorité des cas.

Certains patients subissent également des procédures chirurgicales non génitales affirmant le genre telles que l'augmentation mammaire, les chirurgies de féminisation du visage (p. ex., rhinoplastie, élévation des sourcils, modifications de la racine des cheveux, reconfiguration de la mâchoire, rasage du cartilage trachéal [réduction du cartilage laryngé]), ou des chirurgies des cordes vocales pour modifier la qualité de la voix.

Les individus qui ont été considérés de sexe fémininà la naissance

Depuis les années 2010, on a observé des taux croissants de chirurgies affirmant le genre des hommes trans (6 Références pour le traitement Le sexe et le genre ne sont pas la même chose, et ils doivent être considérés cliniquement comme des caractéristiques distinctes. La terminologie concernant le sexe et le genre comprend ce qui... en apprendre davantage ). Ces sujets demandent souvent une mastectomie au début du traitement, y compris à la fin de l'adolescence, car il est difficile de vivre dans un rôle de genre masculin avec une grande quantité de tissu mammaire. L'aplatissement du sein par un appareil de constriction est souvent pratiquée par les hommes trans (personne à qui a été assigné le sexe féminin à la naissance mais s'identifie comme un homme), mais cela rend souvent la respiration difficile et les gros seins sont associés à une gravité plus élevée des symptômes de dysphorie de genre.

L'hystérectomie et l'oophorectomie peuvent être effectuées après un traitement hormonal masculinisant, comprenant des hormones androgènes (p. ex., préparations d'esters de testostérone 50 à 100 mg par voie intramusculaire ou sous-cutanée chaque semaine ou des doses équivalentes sous forme de patchs ou de gels de testostérone transdermiques) si elles sont tolérées. Les préparations de testostérone rendent la voix plus grave de manière permanente, induisent une redistribution des muscles et de la graisse plus masculine, induisent une clitoromégalie permanente, et augmentent la croissance des poils du visage et du corps. Certains de ces changements physiques sont permanents, même à l'arrêt du traitement.

Certaines hommes trans peuvent souhaiter préserver leur fertilité et utiliser leurs ovocytes pour une future grossesse. Les problèmes de fertilité sont importants à discuter avec les patientes traitées par des hormones d'affirmation du genre, car il semble que la fertilité puisse être au moins temporairement altérée. Les patientes doivent être informées des options de préservation de la fertilité avant l'hormonothérapie ou la chirurgie (p. ex., cryoconservation d'ovocytes ou d'embryons). Il n'existe pas suffisamment de données sur les effets à long terme sur la fertilité du traitement hormonal masculinisant. Des grossesses réussies après l'arrêt des traitements par la testostérone chez les transmen ont été rapportées. Bien que la fertilité soit potentiellement affectée négativement, les patientes à qui un sexe féminin a été attribué à la naissance doivent être informées que l'hormonothérapie n'induit souvent pas de stérilité et qu'une contraception appropriée doit être utilisée (7 Références pour le traitement Le sexe et le genre ne sont pas la même chose, et ils doivent être considérés cliniquement comme des caractéristiques distinctes. La terminologie concernant le sexe et le genre comprend ce qui... en apprendre davantage ).

Les patients peuvent opter pour l'une des chirurgies supplémentaires suivantes de confirmation du genre:

  • Un phallus artificiel (néophallus) façonné à partir de peau transplantée à partir de la partie intérieure de l'avant-bras, de la jambe ou de l'abdomen (phalloplastie)

  • Un micropénis réalisé à partir de tissu adipeux retiré du mont-de-vénus et placé autour du clitoris hypertrophié sous l'action de la testostérone (métoïdioplastie)

Avec l'une ou l'autre des procédures, une scrotoplastie est généralement également effectuée; les grandes lèvres sont disséquées pour former des cavités creuses afin de créer un scrotum et des implants testiculaires sont insérés pour remplir le néoscrotum.

Les résultats anatomiques des procédures chirurgicales de néophallus sont souvent moins satisfaisantes en termes de fonctionnalité et d'aspect que les procédures néovaginales chez les femmes transgenres. Ceci est la raison possible des moindres demandes de chirurgie génitale de confirmation du genre des hommes trans; cependant, à mesure que les techniques de phalloplastie continuent de s'améliorer, les demandes de phalloplastie ont augmenté.

Individus non binaires et autres individus de genres divers

Dans les établissements de soins, les sujets non binaires sont moins susceptibles de fournir volontairement des informations sur leur identité de genre que les patients transgenres; beaucoup ont eu des expériences négatives avec les professionnels de santé qui tentent de les traiter comme s'ils se trouvaient dans un spectre linéaire d'identité de genre (modèle binaire), ce qui est habituellement en contradiction avec la perception du soi par les patients (8 Références pour le traitement Le sexe et le genre ne sont pas la même chose, et ils doivent être considérés cliniquement comme des caractéristiques distinctes. La terminologie concernant le sexe et le genre comprend ce qui... en apprendre davantage ).

Certaines personnes non binaires recherchent des traitements médicaux et/ou chirurgicaux affirmant leur sexe pour soulager leur dysphorie de genre ou les symptômes d'incongruence associés à une détresse ou à une altération fonctionnelle. Les objectifs du traitement doivent être bien compris et les limites des traitements doivent être clairement indiquées. Par exemple, un patient non binaire à qui un sexe masculin a été attribué à la naissance peut souhaiter obtenir une plus grande satisfaction corporelle (p. ex., modifications souhaitées de la peau, de la croissance des cheveux, de la distribution des graisses) par l'utilisation d'œstrogènes, mais ne souhaite pas développer de seins. Ces objectifs peuvent être incompatibles avec les mécanismes d'action des traitements hormonaux d'affirmation du genre. Les données sur les résultats à long terme font défaut concernant les traitements médicaux et chirurgicaux dans les populations non binaires.

Enfin, certains individus de sexe masculin à la naissance s'identifient comme des eunuques et souhaitent vivre sans être sous l'influence masculine de la testostérone et sans la présence de leur pénis et/ou de leurs testicules (9 Références pour le traitement Le sexe et le genre ne sont pas la même chose, et ils doivent être considérés cliniquement comme des caractéristiques distinctes. La terminologie concernant le sexe et le genre comprend ce qui... en apprendre davantage ). De nombreux individus qui s'identifient comme eunuques ne se décrivent pas comme transgenres et se considèrent comme ayant une identité de genre distincte comme eunuques. Les eunuques peuvent rechercher des interventions médicales et chirurgicales pour éliminer les effets masculinisants de la testostérone, dont l'orchidectomie (1, 10 Références pour le traitement Le sexe et le genre ne sont pas la même chose, et ils doivent être considérés cliniquement comme des caractéristiques distinctes. La terminologie concernant le sexe et le genre comprend ce qui... en apprendre davantage )

Dysphorie de genre chez l'enfant et l'adolescent

Le traitement psychosocial des enfants prépubères diagnostiqués comme ayant une dysphorie de genre reste controversé. Les informations et les lignes directrices actuelles concernant les traitements psychosociaux, y compris la transition sociale, sont traités dans le WPATH Standards of Care, version 8 (1 Références pour le traitement Le sexe et le genre ne sont pas la même chose, et ils doivent être considérés cliniquement comme des caractéristiques distinctes. La terminologie concernant le sexe et le genre comprend ce qui... en apprendre davantage ). Aucune directive ou norme n'approuve ou ne recommande l'utilisation d'interventions hormonales (bloqueurs de la puberté ou hormones affirmant le genre) ou de chirurgies affirmant le genre chez les enfants prépubères qui ont un diagnostic d'incongruence ou de dysphorie de genre (1, 11 Références pour le traitement Le sexe et le genre ne sont pas la même chose, et ils doivent être considérés cliniquement comme des caractéristiques distinctes. La terminologie concernant le sexe et le genre comprend ce qui... en apprendre davantage ). Les soins médicaux des enfants et des adolescents transgenres sont souvent fournis dans un centre médical universitaire dans des cliniques spécialisées par une équipe multidisciplinaire.

La majorité des enfants qui ont des comportements incompatibles avec le genre n'ont pas de diagnostic de dysphorie ou d'incongruence de genre et ne persistent pas à l'adolescence ou à l'âge adulte avec une identité transgenre. Chez les jeunes enfants chez qui on a diagnostiqué une dysphorie de genre, à ce stade, il n'est pas possible de prédire de manière fiable si ces symptômes continueront à l'âge adulte (12, 13 Références pour le traitement Le sexe et le genre ne sont pas la même chose, et ils doivent être considérés cliniquement comme des caractéristiques distinctes. La terminologie concernant le sexe et le genre comprend ce qui... en apprendre davantage ).

Bien qu'il n'y ait pas de consensus clinique sur le traitement des enfants prépubères atteints de dysphorie de genre, il est reconnu que les tentatives de forcer l'enfant à accepter le rôle de genre attribué à la naissance sont généralement traumatiques et infructueuses. Par conséquent, la modalité de traitement prédominante est le soutien psychologique et la psychoéducation des enfants et de leurs parents, en utilisant un modèle affirmatif de genre par opposition à un modèle pathologisant du genre l (1 Références pour le traitement Le sexe et le genre ne sont pas la même chose, et ils doivent être considérés cliniquement comme des caractéristiques distinctes. La terminologie concernant le sexe et le genre comprend ce qui... en apprendre davantage ). Cette approche affirmative soutient l'enfant dans son genre exprimé, incluant parfois un ou plusieurs aspects de la transition sociale avant la puberté.

On a observé une augmentation substantielle du nombre d'adolescentes à qui a été affecté un sexe féminin à la naissance à des fins d'évaluation et de soins cliniques au cours de la dernière décennie, et elles sont maintenant plus nombreuses que celles à qui été affecté à la naissance un sexe masculin, dans la plupart des cliniques (14 Références pour le traitement Le sexe et le genre ne sont pas la même chose, et ils doivent être considérés cliniquement comme des caractéristiques distinctes. La terminologie concernant le sexe et le genre comprend ce qui... en apprendre davantage ).

Au début de l'adolescence, les agents bloquant la puberté sont plus couramment utilisés sur la base des recherches menées depuis les années 2000. Des médicaments tels que le leuprolide (agonistes des hormones de libération des gonadotrophines) empêchent la production de testostérone et d'œstrogènes, "bloquant" ainsi la progression de la puberté. Ces médicaments peuvent être administrés au stade II de Tanner du développement Maturation sexuelle Pendant l'adolescence (généralement de l'âge de 10 ans à la fin de l'adolescence), les garçons et les filles atteignent leur taille et poids d'adultes et la puberté se produit. Pour les garçons... en apprendre davantage , ce qui autorise un temps supplémentaire pour l'évaluation de la dysphorie de genre chez les jeunes avant les modifications pubertaires permanentes (15 Références pour le traitement Le sexe et le genre ne sont pas la même chose, et ils doivent être considérés cliniquement comme des caractéristiques distinctes. La terminologie concernant le sexe et le genre comprend ce qui... en apprendre davantage ). (Voir Endocrine Society Guidelines, 2017.)

Si un adolescent dysphorique de genre souhaite poursuivre la transition vers un autre sexe et chez qui des soins de transition supplémentaires sont indiqués, les agents bloqueurs de la puberté peuvent être arrêtés et un traitement hormonal d'affirmation du genre peut être administré, permettant une puberté congruente avec leur genre. Ces traitements ne sont proposés qu'après évaluation par des médecins spécialisés dans le diagnostic et la prise en charge de la dysphorie de genre chez l'adolescent; ceci est habituellement effectué avec le consentement des parents/tuteurs et l'assentiment des adolescents (s'ils sont mineurs dans une juridiction donnée). Comme indiqué ci-dessus, les techniques de préservation de la fertilité doivent être discutées avant le début de toute intervention hormonale ou chirurgicale.

Références pour le traitement

  • 1. Coleman E, Radix A E, Bouman WP, et al: Standards of Care for the Health of Transgender and Gender Diverse People, Version 8, Int J Transgend Health, 23:sup1, S1-S259, 2022. doi: 10.1080/26895269.2022.2100644

  • 2. World Professional Association for Transgender Health: Standards of Care Version 8, pp. S31-S68.

  • 3. Nahata L, Chen D, Moravek MB, et al: Understudied and under-reported: Fertility issues in transgender youth—A narrative review. J Paediatrics, 205, 265-271, 2019. https://doi.org/10.1016/j. jpeds.2018.09.009

  • 4. Lev A: Transgender Emergence. Haworth Clinical Practice Press, Binghamton, NY, 2004.

  • 5. Bockting W, Coleman E: Developmental stages of the transgender coming-out process. Toward an integrated identity. In: R Ettner, S Monstrey, E Coleman (Eds). Principles of Transgender Medicine and Surgery, Second Edition. Routledge, NY, 2016; pp 137-148.

  • 6. Chaya B, Berman Z, Boczar D, et al: Gender affirmation surgery on the rise: Analysis of trends and outcomes. LGBT Health 9(8): 582-588, 2022 doi: 10.1089/lgbt.2021.0224

  • 7. Bonnington A, Dianat S, Kerns J, et al: Society of Family Planning clinical recommendations: Contraceptive counseling for transgender and gender diverse people who were female sex assigned at birth. Contraception 102(2):70-82, 2020. doi:10.1016/j.contraception.2020.04.001

  • 8. Vincent B: Non-binary genders: Navigating communities, identities, and healthcare. Policy Press, Bristol, UK. 2020.

  • 9. Johnson RB, Onwuegbuzie AJ, Turner LA: Toward a definition of mixed methods research. 9(2):112-133, 2007. doi 10.1177 1558689806298224

  • 10. Wong STS, Wassersug RJ, Johnson TW, et al: Differences in the psychological, sexual, and childhood experiences among men with extreme interests in voluntary castration. Arch Sex Behav 50(3):1167-1182, 2021. https://doi.org/10.1007/s10508-020-01808-6

  • 11. Chen D, Edwards-Leeper L, Stancin T, et al: Advancing the practice of pediatric psychology with transgender youth: State of the science, ongoing controversies, and future directions. Clin Pract Pediatr Psychol 6(1):73-83, 2018. doi: 10.1037/cpp0000229

  • 12. Bloom TM, Nguyen TP, Lami F, et al: Measurement tools for gender identity, gender expression, and gender dysphoria in transgender and gender-diverse children and adolescents: A systematic review. The Lancet Child & Adolescent Health 5(8):582-588, 2021. https://doi.org/10.1016/s2352-4642(21)00098-5

  • 13. Edwards-Leeper L, Leibowitz, Sangganjanavanich VF: Affirmative practice with transgender and gender nonconforming youth: Expanding the model. Psychology of Sexual Orientation and Gender Diversity 3(2):165-172, 2016. https://doi.org/10.1037/sgd0000167

  • 14. Bauer G, Pacaud D, Couch R, et al; Trans Youth CAN! Research Team. Transgender youth referred to clinics for gender-affirming medical care in Canada. Pediatrics 148(5): e2020047266. https://doi.org/10.1542/ peds.2020-047266

  • 15. Hembree WC, Cohen-Kettenis PT, Gooren L, et al: Endocrine treatment of gender-dysphoric/gender-incongruent persons: An Endocrine Society clinical practice guideline. J Clin Endocrinol Metab 102(11):3869-3903, 2017. doi: 10.1210/jc.2017-01658

Points clés

  • Transgenres et genres divers sont des termes qui se réfèrent à des personnes ayant des identités de genre qui diffèrent du sexe qui leur a été attribué à la naissance; certains individus s'identifient comme non binaires, une catégorie d'identité de genre qui est vécue comme hors du concept de binaire masculin-féminin.

  • Seule une minorité de sujets qui s'identifient comme transgenres, de genres divers, ou non binaire répondent aux critères du diagnostic de dysphorie de genre.

  • Diagnostiquer la dysphorie de genre uniquement lorsque la détresse et/ou la déficience fonctionnelle associées à une incongruence de genre sont importantes et persistent ≥ 6 mois.

  • Lorsque le traitement est nécessaire, il vise à soulager la détresse des patients et à les aider à s'adapter plutôt qu'à essayer de changer leur identité de genre.

  • Le traitement des enfants prépubères diagnostiqués comme ayant une dysphorie de genre reste controversé mais ne comprend pas l'utilisation de médicaments hormonaux ou de chirurgies.

Voir l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : AFFICHER LA VERSION GRAND PUBLIC
quiz link

Test your knowledge

Take a Quiz! 
ANDROID iOS
ANDROID iOS
ANDROID iOS
HAUT DE LA PAGE