Le Manuel Merck

Please confirm that you are a health care professional

honeypot link

Revue générale des troubles liés aux substances

Par

Mashal Khan

, MD, Weill Cornell Medicine

Dernière révision totale nov. 2020| Dernière modification du contenu nov. 2020
Cliquez ici pour l’éducation des patients
Ressources liées au sujet

Les troubles liés à une substance concernent des médicaments qui activent directement le système de récompense du cerveau. L'activation du système de récompense provoque des sentiments de plaisir; les sentiments agréables spécifiques évoqués varient considérablement en fonction du médicament. Ces médicaments sont divisés en 10 classes différentes qui ont des mécanismes pharmacologiques divergents, bien qu'ils ne soient pas complètement distincts. Les classes de médicaments comprennent

Cette classification ne repose pas sur le fait qu'un médicament soit légal (p. ex., alcool, caféine), illégal (p. ex., hallucinogène), ou disponible sur prescription (p. ex., morphine, lorazépam). Les détails spécifiques de ces médicaments et leurs effets sont traités ailleurs dans LE MANUEL.

Le terme «narcotique» est un terme juridique et familier. A l'origine, il fait référence aux médicaments qui ont causé la narcose (insensibilité ou stupeur), en particulier des médicaments opiacés (p. ex., l'opium, les dérivés de l'opium). Cependant, le terme est actuellement utilisé de façon si incohérente (p. ex., le gouvernement américain classe la cocaïne, une drogue stimulante, comme un stupéfiant) que le terme a peu de sens scientifique ou médical.

Classification des troubles liés aux substances

Les troubles liés à une substance sont généralement divisés en

Les troubles induits par la substance concernent les effets directs d'un médicament, dont généralement

Les troubles de toxicomanie consistent en un modèle pathologique de comportements dans lequel les patients continuent à utiliser une substance en dépit de problèmes importants liés à son utilisation. Il peut également y avoir des manifestations physiologiques, dont des modifications des circuits cérébraux. Les termes courants «addiction», «abus» et «dépendance» sont trop larges et ils sont définis de façon trop variable pour être très utiles pour un diagnostic systématique; l'expression «trouble de toxicomanie » est plus complète et ses connotations sont moins négatives.

Les médicaments des 10 classes diffèrent selon la probabilité avec laquelle ils provoquent des troubles de toxicomanie. La probabilité est appelée capacité d’induction d’abus et dépend d'une association de facteurs, dont les suivants

  • Voie d'administration

  • Vitesse à laquelle le médicament traverse la barrière hémato-encéphalique et stimule la voie de la récompense

  • Temps d'apparition de l'effet

  • Aptitude à induire des symptômes de tolérance et/ou de sevrage

Produits/substances inscrites dans un tableau

Aux États-Unis, le Comprehensive Drug Abuse Prevention and Control Act of 1970 ainsi que ses modifications successives exigent que l'industrie pharmaceutique garantisse la sécurité physique et recueille strictement les données concernant certaines de ces catégories de substances (substances contrôlées, voir tableau Exemples de substances contrôlées). Les médicaments contrôlés sont classés en 5 tableaux (ou classes) en fonction de leur capacité à induire un abus, de leurs indications médicales et de leur sécurité approuvée sous surveillance médicale. Le schéma de classification détermine comment une substance doit être contrôlée.

  • Tableau I: ces substances présentent une forte capacité d'induction d'abus, elles n'ont pas d'indication médicale approuvée et leur innocuité n'est pas prouvée. Elles ne peuvent être utilisées que dans des conditions approuvées par les autorités compétentes.

  • Tableau II à IV: du tableau II à IV, ces substances présentent de moins en moins d'induction par l'abus. Elles ont une accréditation médicale. Aux États-Unis, les prescriptions des médicaments doivent porter le numéro du médecin auprès de la Federal Drug Enforcement Administration (DEA).

  • Tableau V: ces substances sont moins susceptibles de provoquer une induction par l'abus. Certains médicaments du tableau V ne nécessitent pas de prescription.

Les tableaux propres à chaque État des États-Unis peuvent être différents des tableaux fédéraux.

Tableau
icon

Exemples de substances contrôlées*

Tableau

Exemples

I†

Cathinone (khat) et méthcathinone, GHB, héroïne (et d'autres opiacés), LSD, MDMA, psilocybine, cannabis et cannabinoïdes synthétiques

II

Amphétamines, barbituriques (à courte durée d'action), cocaïne, hydrocodone (dont les produits d'association d'hydrocodone), hydromorphone, méthadone, méthylphénidate, morphine et d'autres puissants agonistes des opiacés, oxycodone, phencyclidine

III

Stéroïdes anabolisants, barbituriques (à action intermédiaire), buprénorphine, dihydrocodéïne, dronabinol, kétamine, parégorique

IV

Barbituriques (à longue durée d'action), benzodiazépines, hydrate de chloral, modafinil, méprobamate, pentazocine, propoxyphène, zolpidem

V

Antitussifs contenant de petites quantités de codéine, de prégabaline

*La Drug Enforcement Administration entretien une liste alphabétique complète des substances contrôlées (controlled substances.)

†Ne peut être prescrit.

GHB = gamma hydroxybutyrate (gamma hydroxybutyrate); LSD = diéthylamide de l'acide lysergique; MDMA = méthylène-dioxyméthamphétamine.

Médicaments mentionnés dans cet article

Nom du médicament Sélectionner les dénominations commerciales
DILAUDID
TALWIN
MARINOL
PROVIGIL
OXYCONTIN
AMBIEN
DURAMORPH PF, MS CONTIN
ACTIQ, DURAGESIC, SUBLIMAZE
Cliquez ici pour l’éducation des patients
REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public
Voir les

Également intéressant

Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
Téléchargez l’application Manuel MSD. ANDROID iOS
HAUT DE LA PAGE