Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Prévention du cancer

Par Bruce A. Chabner, MD, Harvard Medical School;Massachusetts General Hospital Cancer Center ; Elizabeth Chabner Thompson, MD, MPH, New York Group for Plastic Surgery

La diminution des facteurs de risque de certains cancers est possible par la modification des habitudes alimentaires ( Alimentation et cancer) et de l’hygiène de vie. La diminution de ces facteurs dépend du type spécifique de cancer. Le tabagisme est directement associé à un tiers de l’ensemble des cancers. Le sevrage tabagique et l’éviction du tabagisme passif peuvent réduire le risque de cancer du poumon, du rein, de la vessie et de la tête et du cou. L’arrêt du tabac (prisé ou mâché) diminue le risque de cancer de la bouche et de la langue.

D’autres modifications du mode de vie réduisent le risque de divers types de cancers. Une réduction de la consommation d’alcool peut diminuer le risque de cancer affectant la tête et le cou, le foie et l’œsophage. Une réduction de l’apport en graisses dans l’alimentation semble diminuer le risque de cancer du sein et du côlon. Éviter l’exposition au soleil (notamment en milieu de journée) peut diminuer le risque de cancer cutané. Le port de vêtements et l’utilisation d’écrans solaires à indice de protection solaire élevé (au moins IP 15) pour se protéger des ultraviolets A et B réduisent également le risque de cancer cutané. La prise d’aspirine et d’autres médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) diminue le risque de cancer colorectal. Les tests de Papanicolaou (Pap test) peuvent permettre d’éviter les cancers du col de l’utérus en détectant des modifications précancéreuses dans les cellules du col de l’utérus.

La vaccination peut prévenir certains types de cancer d’origine virale. Le cancer du col de l’utérus est dû à des infections par certaines souches du papillomavirus humain (VPH) qui se transmet par les rapports sexuels. Le vaccin contre le VPH avant les premiers rapports sexuels ( Vaccin contre le papillomavirus humain) peut largement prévenir le cancer du col de l’utérus. L’infection par VPH majore aussi le risque de cancer de l’anus et certaines formes de cancer de la tête et du cou. Autre exemple, l’infection par le virus de l’hépatite B augmente le risque de cancer du foie. Le vaccin contre le virus de l’hépatite B peut contribuer à la prévention de ce type de cancer.

Le dépistage précoce des excroissances cancéreuses ou précancéreuses peut sauver des vies. Chez les femmes de 40 ans et plus, la mammographie effectuée une fois par an peut détecter des cancers du sein tant qu’ils sont encore guérissables. Chez les personnes de 50 ans et plus, la coloscopie (exploration du côlon au moyen d’une sonde souple à fibres optiques) tous les deux ans peut détecter des polypes et des cancers du côlon à un stade précoce.

Ressources dans cet article