Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Histoplasmose

Par Alan M. Sugar, MD, Boston University School of Medicine;Cape Cod Healthcare

L’histoplasmose est une infection provoquée par un champignon, Histoplasma capsulatum. Elle se développe au niveau des poumons mais peut parfois se propager dans tout l’organisme.

  • L’infection est provoquée par l’inhalation de spores de ce champignon.

  • Dans la plupart des cas, elle est asymptomatique, mais certains patients se sentent souffrants et présentent une fièvre et une toux, et parfois des difficultés respiratoires.

  • Quelquefois, l’infection se propage, provoquant une hypertrophie (augmentation de volume) du foie, de la rate et des ganglions et une atteinte d’autres organes.

  • Le diagnostic repose sur la mise en culture et l’examen d’échantillons de tissus ou de liquides biologiques.

  • La nécessité de faire un traitement antifongique dépend de la gravité de l’infection.

Les spores d’Histoplasma sont présentes dans le sol et sont particulièrement fréquentes dans les états de l’est et du centre-ouest des États-Unis, le long des vallées de l’Ohio et du Mississippi. Les éleveurs et les agriculteurs sont davantage sujets à l’inhalation des spores. Lorsque les spores sont inhalées en grande quantité, l’infection est sévère. Les patients atteints du virus de l’immunodéficience humaine (VIH) ont plus de risques de développer une histoplasmose, en particulier la forme qui se propage par la circulation sanguine à d’autres parties du corps, telles que le foie, la rate, les ganglions, les surrénales, le système digestif et la moelle osseuse.

Symptômes

L’histoplasmose est asymptomatique chez la plupart des patients. Cependant, les trois formes suivantes de la maladie peuvent être responsables de symptômes, ainsi que certaines formes rares.

Histoplasmose pulmonaire aiguë

Les symptômes apparaissent généralement 3 à 21 jours après l’inhalation des spores. Les patients peuvent se sentir souffrants ; ils présentent une fièvre et une toux, et pensent qu’ils souffrent d’une grippe. Les symptômes disparaissent généralement sans traitement en 2 semaines et persistent rarement plus de 6 semaines.

Cette forme est très rarement mortelle mais peut devenir grave chez les patients immunodéprimés (tels que ceux atteints du SIDA).

Histoplasmose disséminée progressive

Cette forme ne se développe pas chez les adultes sains. Elle apparaît généralement chez les nourrissons ou les très jeunes enfants et chez les patients immunodéprimés. Les premiers symptômes sont vagues. Asthénie, faiblesse et sensation de malaise général peuvent être ressenties. Ils peuvent ensuite s’aggraver très lentement ou de façon extrêmement rapide. Une augmentation de volume du foie (hépatomégalie), de la rate (splénomégalie) et des ganglions (adénopathie) peut être observée. Moins fréquemment, l’infection entraîne la formation d’ulcérations dans la bouche et l’intestin. L’atteinte des surrénales, provoquant une maladie d’Addison, est rare ( Maladie d’Addison).

Sans traitement, cette forme est fatale dans 90 % des cas. Malgré la mise en place d’un traitement, le décès peut intervenir rapidement chez les patients atteints du SIDA.

Histoplasmose cavitaire chronique

L’histoplasmose cavitaire chronique est une infection pulmonaire qui s’installe progressivement en plusieurs semaines et provoque une toux et une gêne respiratoire croissante. Une perte de poids, une fièvre modérée et une sensation de malaise général en constituent les symptômes.

La plupart des patients guérissent sans traitement en 2 à 6 mois. La gêne respiratoire peut néanmoins progressivement s’aggraver, et certains malades présenter des expectorations sanglantes, parfois abondantes. Le tissu pulmonaire est détruit, et un tissu cicatriciel se forme. La destruction pulmonaire ou une surinfection bactérienne peuvent alors provoquer la mort du patient.

Diagnostic

Pour poser le diagnostic, le médecin doit prélever des échantillons de crachats, de moelle osseuse, d’urines ou de sang. Les échantillons peuvent aussi être prélevés au niveau du foie, des ganglions ou de l’une des ulcérations buccales. Ils sont adressés au laboratoire pour examen microscopique et mise en culture. On peut rechercher dans les urines et le sang des protéines (antigènes) libérées par les champignons.

Pour faire le diagnostic de certaines formes rares (et pour leur traitement), il faut faire appel à des spécialistes des maladies infectieuses.

Traitement

Les patients qui développent une forme d’histoplasmose pulmonaire aiguë ont rarement besoin d’un traitement. Cependant, pour réduire la durée de la maladie, on prescrit souvent le fluconazole ou l’itraconazole.

La forme disséminée progressive requiert la prescription d’amphotéricine B par voie intraveineuse ou d’itraconazole (ou de molécules apparentées) par voie orale, qui donnent souvent de bons résultats. Si des patients atteints du SIDA développent une histoplasmose, ils peuvent être traités par un antifongique, généralement l’itraconazole, le restant de leur vie. Cependant, leur traitement antifongique peut être arrêté si leur nombre de CD4 (un type particulier de globules blancs) augmente et reste assez élevé pendant au moins 6 mois.

Dans l’histoplasmose cavitaire chronique, l’itraconazole ou, pour les infections plus sévères, l’amphotéricine B peut éliminer les champignons. Cependant, la destruction causée par l’infection est irréversible, même sous traitement. De ce fait, la plupart des patients continuent à souffrir de problèmes respiratoires, semblables à ceux causés par une maladie pulmonaire obstructive. Le traitement devra donc être débuté le plus rapidement possible pour limiter les lésions pulmonaires.