Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Hyphéma

(hémorragie de la chambre antérieure)

Par Kathryn Colby, MD, PhD, Louis Block Professor and Chair, Department of Ophthalmology & Visual Science, University of Chicago School of Medicine

Un hyphéma est un saignement dans la chambre antérieure de l’œil (espace rempli de liquide entre la cornée transparente et l’iris pigmenté, Vue à l’intérieur de l’œil). Le saignement peut persister pendant plusieurs jours après la lésion. Un hyphéma peut entraîner une perte de vision permanente, partielle ou totale. La perte de la vision peut être provoquée par une pression élevée dans l’œil (glaucome), par du sang tachant la cornée ou les deux.

Les personnes souffrant d’hyphéma ont souvent une vision floue et ressentent une douleur lorsqu’elles sont exposées à une lumière vive. Si l’hyphéma est suffisamment important, une couche de sang est visible derrière la partie inférieure de la cornée quand les personnes se tiennent debout. Toutefois, il arrive que cette couche soit si mince qu’on ne peut la voir que sous une lentille grossissante.

Traitement de l’hyphéma

  • Alitement avec la tête surélevée

  • Protège-œil

  • Collyre

Les personnes présentant un hyphéma doivent être examinées par un ophtalmologiste (médecin spécialisé dans l’évaluation et le traitement, chirurgical ou non, des affections oculaires) dès que possible. Certaines personnes présentant des saignements sévères ou des troubles de la coagulation (qui rendent le saignement très probable) ou qui prennent des anticoagulants peuvent nécessiter un traitement hospitalier.

Le traitement consiste habituellement en repos alité avec la tête de lit surélevée pour aider l’arrêt du saignement. On administre souvent un collyre pour dilater la pupille (comme l’atropine) et réduire l’inflammation de l’œil (généralement des corticoïdes). Un protège-œil est appliqué avec de la bande adhésive pour éviter l’aggravation de la lésion.

On mesure la pression intraoculaire au moins une fois par jour pendant les premiers jours. Si la pression est élevée, les personnes peuvent avoir des nausées, des douleurs de l’œil et une baisse de la vision. L’ophtalmologiste peut prescrire un collyre comme ceux que l’on utilise pour le glaucome afin de faire baisser la pression. La prise d’aspirine ou d’autres médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens, qui peuvent favoriser le saignement, doit être évitée pendant quelques semaines. Comme l’hyphéma augmente le risque chronique de développer un glaucome, les personnes qui en sont atteintes doivent se faire examiner les yeux chaque année.

Si le saignement récidive, un ophtalmologiste peut administrer de l’acide aminocaproïque qui est un médicament favorisant la coagulation sanguine. Dans les cas rares de récidive du saignement entraînant une élévation de la pression intraoculaire, il faudra éventuellement drainer le sang par voie chirurgicale.