Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Conséquences des transitions de vie sur les personnes âgées

Par Daniel B. Kaplan, PhD, LICSW, Assistant Professor, Adelphi University School of Social Work ; Barbara J. Berkman, DSW, PhD, Helen Rehr/Ruth Fitzdale Professor Emerita, Columbia University School of Social Work

La fin de la vie est généralement une période de transition (par exemple, la retraite ou le déménagement) et de réajustement aux pertes.

Retraite

La retraite est souvent la première transition majeure à laquelle les personnes doivent faire face. Ses effets sur la santé physique et mentale varient d’une personne à l’autre, selon l’attitude adoptée et le motif de retraite. Environ un tiers des retraités ont des difficultés à s’adapter à certains aspects de la retraite, comme la réduction des revenus et l’altération du rôle social et des droits. Certaines personnes choisissent de prendre leur retraite parce qu’elles attendaient avec impatience d’arrêter de travailler. D’autres sont obligées de prendre leur retraite (par exemple, à cause d’un problème de santé ou d’une perte d’emploi). Une préparation appropriée à la retraite et une consultation psychologique pour les retraités et les familles qui ont des difficultés peuvent avoir un effet bénéfique. De nombreux employeurs et agences communautaires proposent des services de planification de la retraite.

Le saviez-vous ?

  • De nombreux employeurs et agences communautaires proposent des services de planification de la retraite.

Déménagement

Un déménagement peut être nécessaire, et même plusieurs fois, pour les personnes âgées. Par exemple, les personnes peuvent devoir déménager dans une maison de retraite dotée d’aménagements attractifs, dans une habitation plus petite pour réduire la charge liée à l’entretien de la propriété, dans une autre ville pour profiter d’une météo plus clémente ou pour se rapprocher des membres de leur famille, au domicile d’un parent, ou dans un établissement résidentiel. Les personnes qui réagissent mal au déménagement sont plus susceptibles de vivre seules, d’être isolées socialement, pauvres et déprimées. Souvent, les hommes réagissent moins bien que les femmes.

À cause de complications financières, sociales et autres, certaines personnes âgées pensent devoir rester dans des domiciles ou quartiers problématiques malgré leur souhait de déménager. Les personnes âgées trouveront souvent de l’aide auprès des assistants sociaux pour évaluer leurs options de déménagement ou de modification de leur domicile.

La plupart des tensions semblent survenir lorsque les personnes ont le sentiment de ne pas avoir de contrôle sur leur déplacement et ne savent pas quoi attendre dans le nouvel environnement. Pour les personnes âgées qui souffrent de perte de mémoire, un déménagement qui les éloigne de leur environnement familier peut intensifier la confusion et la dépendance vis-à-vis des autres et entraîner des frustrations. De nombreux déménagements surviennent brutalement, mais même une petite préparation peut aider à diminuer les tensions. Les personnes qui déménagent doivent, bien à l’avance, si possible, se familiariser avec le nouveau cadre. Il peut être utile de visiter le futur cadre de vie et de rencontrer des voisins potentiels.

Deuil

Le deuil touche de nombreux aspects de la vie d’une personne âgée. Par exemple, les interactions sociales et les amitiés diminuent, et le statut social et les conditions financières peuvent changer. Les personnes âgées peuvent connaître une altération de leur propre santé après la mort d’un membre de la famille ou d’un ami proche. Le décès d’un époux touche différemment les hommes et les femmes. Dans les deux ans qui suivent le décès d’une épouse, le taux de mortalité chez les hommes a tendance à augmenter, en particulier si le décès était inattendu. Pour les femmes qui perdent leur mari, les données sont moins claires mais n’indiquent généralement pas d’augmentation du taux de mortalité.

Les perturbations du sommeil et l’anxiété sont normales chez les personnes en deuil. Ces effets disparaissent généralement dans les mois qui suivent, sans traitement médicamenteux. Si le deuil se prolonge ou est accablant, si les personnes deviennent incapables ou réticentes à effectuer des activités quotidiennes de base, ou si elles parlent de suicide, une évaluation médicale et un traitement sont nécessaires. Si les médecins diagnostiquent une dépression, les personnes pourront être orientées vers un professionnel de la santé mentale. De temps en temps, des antidépresseurs peuvent être utiles.

Ressources dans cet article