Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Placenta accreta

Par Julie S. Moldenhauer, MD, Associate Professor of Clinical Obstetrics and Gynecology in Surgery, The Garbose Family Special Delivery Unit;Attending Physician, The Center for Fetal Diagnosis and Treatment, Children's Hospital of Philadelphia;The University of Pennsylvania Perelman School of Medicine

Un placenta accreta est un placenta qui est attaché de manière anormalement ferme à l’utérus.

  • Avoir subi une césarienne et présenté un placenta praevia lors d’une grossesse précédente augmente grandement le risque de placenta accreta.

  • Lorsqu’une femme présente des facteurs de risque de placenta accreta, le médecin réalise des échographies régulières pendant la grossesse pour vérifier la présence de cette complication.

  • Quelques semaines avant la date d’accouchement prévue, les médecins accouchent généralement le bébé puis retirent l’utérus, sauf en cas de refus de la patiente.

Lorsque le placenta est trop fermement attaché, des parties du placenta peuvent rester dans l’utérus après la délivrance. Dans ce cas, la délivrance du placenta est retardée et les risques de saignement et d’infection de l’utérus sont majorés. Le saignement occasionné peut menacer la vie de la patiente.

Le placenta accreta est de plus en plus fréquent :

  • Années 1950 : Environ 1 cas pour 30 000 grossesses

  • Années 1970 : Environ 1 cas pour 4 000 grossesses

  • Années 1980 : Environ 1 cas pour 2 500 grossesses

  • Années 2000 : Environ 1 cas pour 250 à 500 grossesses

Cette augmentation correspond à l’augmentation des accouchements par césarienne.

Facteurs de risque

Cette complication est plus probable chez les patientes qui présentent les caractéristiques suivantes :

  • ont eu un accouchement par césarienne ;

  • le placenta recouvre le col de l’utérus (placenta praevia) ;

  • ont plus de 35 ans ;

  • ont été enceintes plusieurs fois ;

  • présence de fibromes sous la membrane utérine (endomètre) ;

  • ont subi des interventions chirurgicales impliquant l’utérus, notamment pour retirer des fibromes ;

  • présence de troubles de la membrane utérine, tels que le syndrome d’Asherman (fibrose de la paroi utérine due à une infection ou une opération chirurgicale).

Avoir subi une césarienne et présenté un placenta praevia lors d’une grossesse précédente augmente grandement le risque de placenta accreta lors des grossesses suivantes. Plus une femme a subi de césariennes, plus le risque est élevé.

Diagnostic

  • Échographie

  • Parfois, examen d’imagerie par résonance magnétique (IRM)

Si une femme se trouve dans des conditions qui accroissent le risque de placenta accreta, les médecins effectuent généralement une échographie avant l’accouchement afin de détecter un placenta accreta. L’échographie, effectuée à l’aide d’un appareil manuel placé sur l’abdomen ou à l’intérieur du vagin, peut être réalisée régulièrement à partir d’environ 20 à 24 semaines de grossesse. Si l’échographie n’est pas suffisamment claire, une IRM peut être réalisée.

On soupçonne cette maladie pendant l’accouchement lorsque les signes suivants surviennent :

  • La délivrance du placenta n’a toujours pas eu lieu 30 minutes après l’accouchement du bébé.

  • Les médecins ne parviennent pas à séparer le placenta de l’utérus avec les mains.

  • Les tentatives de retirer le placenta entraînent un saignement abondant.

Traitement

  • Césarienne-hystérectomie

Si les médecins détectent un placenta accreta avant l’accouchement, une césarienne est généralement pratiquée, suivi d’une ablation de l’utérus (césarienne-hystérectomie). Pour cette procédure, le bébé est d’abord accouché par césarienne. Puis, l’utérus est retiré avec le placenta en place. Cette procédure est généralement réalisée à la 34e semaine de grossesse. Elle permet de prévenir une perte de sang potentiellement mortelle, susceptible de se produire lorsque le placenta reste attaché après l’accouchement. Cependant, elle peut également avoir des complications, telles qu’un saignement abondant. Par ailleurs, des caillots sanguins peuvent se former si l’intervention chirurgicale se prolonge et/ou nécessite ensuite un alitement prolongé. Ces caillots peuvent voyager dans les vaisseaux sanguins et bloquer une artère pulmonaire. Une césarienne-hystérectomie doit être pratiquée dans un hôpital équipé pour faire face à de telles complications.

Si la capacité d’avoir d’autres enfants à l’avenir est importante pour la patiente, les médecins essayent de préserver l’utérus à l’aide de différentes techniques. Cependant, ces techniques ne peuvent pas être utilisées si le saignement est ou risque d’être extrêmement important (du fait de l’emplacement du placenta).