Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Cœur d'athlète

Par Robert S. McKelvie, MD, PhD, Professor of Medicine;Secondary Prevention and Heart Failure Programs, Western University;St. Joseph's Health Care

Le cœur d’athlète fait référence aux changements normaux dont le cœur fait l’objet chez les personnes qui font régulièrement des exercices aérobiques intenses (course rapide ou cyclisme, par exemple) ainsi que des exercices à haute intensité avec des poids (haltérophilie).

Chez une personne ayant un cœur d’athlète

  • Le cœur est plus grand.

  • Les parois du cœur sont plus épaisses.

  • Le volume des cavités cardiaques augmente légèrement.

L’augmentation du volume et l’épaississement des parois permettent au cœur de pomper beaucoup plus de sang à chaque battement. Le volume accru du sang avec chaque battement permet au cœur de battre plus lentement, ce qui ralentit et renforce le pouls (palpable au poignet et dans d’autres parties du corps), et provoque parfois un souffle cardiaque. Ces souffles, des bruits particuliers produits par le sang qui s’écoule à travers les valvules cardiaques, sont tout à fait normaux chez l’athlète et ne sont pas dangereux. Les battements du cœur d’athlète peuvent être irréguliers au repos mais devenir réguliers à l’effort. La pression artérielle est quasiment égale à celle de toute autre personne en bonne santé.

Les modifications cardiaques qui ont lieu dans un cœur d’athlète ressemblent à celles qui surviennent avec certains troubles cardiaques. Par exemple, le cœur peut s’hypertrophier dans la cardiomyopathie et l’insuffisance cardiaque. Des souffles peuvent survenir dans les troubles des valvules cardiaques, et un pouls irrégulier peut indiquer un trouble du rythme cardiaque. Les principales différences entre le cœur d’athlète et un cœur anormal est que dans le cœur d’athlète

  • Le cœur et ses valvules fonctionnent normalement.

  • La personne ne présente pas de risque accru d’infarctus du myocarde ou d’autres troubles cardiaques.

La personne ne présente aucun symptôme. Les médecins suspectent généralement un cœur d’athlète durant un dépistage systématique ou quand une personne est évaluée pour des symptômes sans lien apparent.

Diagnostic

  • Électrocardiographie

La plupart des athlètes ne nécessitent pas de tests approfondis, mais les médecins effectuent généralement une électrocardiographie (ECG), car il est important de s’assurer que la personne ne souffre pas de trouble cardiaque. Différents changements électriques dans le cœur sont détectables à l’ECG. Ces changements seraient considérés comme anormaux chez le non-athlète mais sont tout à fait normaux chez un athlète.

Si la personne souffre de douleur thoracique ou d’autres symptômes de trouble cardiaque, des tests plus approfondis s’imposent, comme une échocardiographie et des épreuves d’effort. Ces examens évaluent la structure et la fonction du cœur.

Traitement

  • Aucun traitement requis

Aucun traitement n’est requis. Quand l’athlète arrête de s’entraîner, le cœur d’athlète disparaît lentement (autrement dit, le volume et le rythme cardiaque retournent graduellement aux valeurs du non-athlète). Ce processus peut survenir en quelques semaines ou mois.

Le cœur d’athlète n’est pas censé nuire à la santé d’aucune façon. Les rares cas de mort subite chez l’athlète sont généralement attribuables à une maladie cardiaque sous-jacente non diagnostiquée, plutôt qu’à un danger lié au cœur d’athlète.