Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Syndrome de Raynaud

(Syndrome de Raynaud)

Par John W. Hallett, Jr., MD, Clinical Professor, Division of Vascular Surgery, Medical University of South Carolina

Le syndrome de Raynaud, une maladie artérielle périphérique fonctionnelle, est une maladie dans laquelle les petites artères (artérioles), en général celles des doigts ou des orteils, se contractent davantage en réponse au froid.

  • En réponse à la constriction de ces petites artères, les doigts (ou les orteils) deviennent pâles ou bleuâtres, engourdis, et fourmillent.

  • Les médecins peuvent souvent fournir un diagnostic en fonction des symptômes.

  • Ne pas prendre froid, éviter de fumer, et parfois prendre des médicaments peut être utile.

Le syndrome de Raynaud peut être

  • Primaire, ce qui signifie qu’aucune cause n’est apparente (également appelé maladie de Raynaud)

  • Secondaire, ce qui signifie qu’une cause peut être identifiée (également appelé phénomène de Raynaud)

Les médecins utilisent le terme syndrome de Raynaud pour parler de l’un ou l’autre.

Syndrome de Raynaud primaire

Le syndrome de Raynaud primaire est beaucoup plus fréquent que le syndrome de Raynaud secondaire. Dans 60 à 90 % des cas, le syndrome de Raynaud primaire se manifeste chez des femmes âgées de 15 à 40 ans.

Toute situation qui stimule le système nerveux sympathique, en particulier une exposition au froid mais aussi une émotion forte, peut provoquer la constriction des artères et donc déclencher un syndrome de Raynaud primaire.

Syndrome de Raynaud secondaire

Le syndrome de Raynaud secondaire peut être causé par

Ces médicaments, qui réduisent le diamètre des vaisseaux sanguins, peuvent également aggraver le syndrome de Raynaud. Certaines personnes souffrant du syndrome de Raynaud présentent également d’autres affections qui se produisent lorsque les artères ont une tendance à se contracter. Ces maladies sont la migraine, l’angor (douleur thoracique qui survient au repos) et l’hypertension artérielle pulmonaire (hypertension pulmonaire). L’association du syndrome de Raynaud à ces affections suggère que la cause de la constriction artérielle peut être la même dans toutes ces circonstances.

Symptômes

La constriction des petites artères des doigts et des orteils débute rapidement, souvent en raison du froid. Elle peut durer de quelques minutes ou à plusieurs heures. Les doigts et les orteils deviennent pâles ou bleuâtres, généralement par plaques. Parfois, un seul doigt ou un seul orteil ou des parties de ces derniers peuvent être affectés. En général, le patient ne ressent pas de douleur dans les doigts et les orteils mais un engourdissement, des fourmillements, ainsi qu’une sensation de picotements et de brûlure sont fréquents. Les zones touchées paraissent plus rouges ou bleuâtres en fin d’épisode. Le chauffage des mains ou des pieds permet de rétablir une couleur et une sensation normales.

Si les épisodes de syndrome de Raynaud récidivent et sont prolongés (surtout en cas de sclérodermie systémique), la peau des doigts ou des orteils peut devenir lisse, brillante et tendue. Des petits ulcères douloureux peuvent apparaître à la pointe des doigts ou des orteils.

Diagnostic

  • Échographie Doppler

Souvent, aucune procédure n’est nécessaire pour poser le diagnostic. Si le médecin suspecte l’obstruction d’une artère, il peut réaliser une échographie Doppler avant et après une exposition au froid. Le médecin peut également prescrire des analyses de sang pour détecter les maladies qui peuvent provoquer le syndrome de Raynaud.

Traitement

  • Éviter le froid

  • Médicaments

  • Blocs analgésiques ou chirurgie nerveuse

Il est possible de contrôler un syndrome de Raynaud léger en protégeant du froid la tête, le tronc, les bras et les jambes. Si le facteur déclenchant est un état émotionnel, des sédatifs doux ou le biofeedback peuvent être utiles. Dans tous les cas, il faut arrêter de fumer car la nicotine provoque la constriction des vaisseaux.

La maladie de Raynaud primaire est généralement traitée par un inhibiteur calcique, comme la nifédipine, l’amlodipine, le diltiazem ou le vérapamil. La prazosine peut aussi être efficace.

Si le symptôme devient progressivement handicapant et que d’autres types de traitement n’agissent pas, il est possible de bloquer temporairement, voire de réséquer, certains nerfs du système sympathique par une intervention appelée sympathectomie pour soulager les symptômes. Cependant, même lorsque cette procédure est efficace, la rémission des symptômes peut ne durer que 1 à 2 ans. Cette procédure est généralement plus efficace pour traiter le syndrome de Raynaud primaire que le syndrome de Raynaud secondaire.

En cas de syndrome de Raynaud secondaire, les médecins traitent le trouble qui en est à l’origine.

Informations supplémentaires

Ressources dans cet article