Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Hémorroïdes

Hémorroïdes

Par Parswa Ansari, MD, Department of Surgery, Lenox Hill Hospital, New York

Les hémorroïdes sont des veines dilatées et tortueuses (varices) de la paroi du rectum et de l’anus

  • Le gonflement des veines est causé par une augmentation de la pression.

  • Des grosseurs se forment à l’intérieur ou à l’extérieur de l’anus, pouvant provoquer une douleur ou un saignement.

  • Le diagnostic repose sur un examen de l’anus et du rectum au moyen d’un anuscope, d’un sigmoïdoscope ou d’un coloscope.

  • La plupart des symptômes hémorroïdaires disparaissent sans traitement, mais un régime riche en fibres, des émollients fécaux et des bains de siège peuvent les soulager.

  • Certaines hémorroïdes sont traitées avec des anneaux élastiques ou, si d’autres traitements échouent, par un acte chirurgical.

Les hémorroïdes apparaissent à la suite de la dilatation des veines du rectum ou de l’anus.

Les hémorroïdes internes sont des hémorroïdes qui se forment en amont de la jonction entre l’anus et le rectum (jonction anorectale).

Les hémorroïdes qui se forment sous la jonction anorectale sont appelées hémorroïdes externes.

Les hémorroïdes internes et externes peuvent rester dans l’anus ou saillir.

Causes

Les hémorroïdes sont provoquées par l’augmentation de la pression veineuse dans la région anorectale. Cette pression peut résulter d’une grossesse, du soulèvement fréquent de charges ou d’efforts répétés au cours de la défécation. La constipation peut contribuer à augmenter l’effort.

Symptômes

Les hémorroïdes externes forment une grosseur sur l’anus. Si un caillot sanguin se forme (appelé hémorroïde externe thrombosée), la taille de la grosseur augmente, elle devient plus douloureuse et plus gonflée qu’une hémorroïde non thrombosée.

Souvent, les hémorroïdes internes n’entraînent pas de grosseur visible ou de douleur, mais elles peuvent saigner. Le saignement d’hémorroïdes internes survient le plus souvent après la défécation, entraînant la présence de sang dans les selles ou sur le papier hygiénique. L’eau des toilettes peut devenir rouge du fait de la présence de sang. Cependant, la quantité de sang est en général modérée, et les hémorroïdes provoquent rarement une hémorragie grave ou une anémie.

Elles peuvent sécréter du mucus et donner au sujet la sensation que le rectum n’est pas complètement vidé après la défécation. En général, les démangeaisons anales (prurit anal, Démangeaisons anales) ne sont pas un symptôme hémorroïdaire, mais un prurit peut se développer si les hémorroïdes rendent difficile le nettoyage de la région anale.

Complications

Les hémorroïdes peuvent devenir enflammées ou thrombosées. Les hémorroïdes internes peuvent saigner.

Diagnostic

  • Un examen médical du médecin

  • Anuscopie

  • Parfois, sigmoïdoscopie ou coloscopie

Le médecin peut rapidement diagnostiquer des hémorroïdes tuméfiées et douloureuses en inspectant l’anus et le rectum. Un examen avec un anoscope (une sonde courte et rigide utilisée pour examiner le rectum) est réalisé pour évaluer les hémorroïdes non douloureuses ou à l’origine d’un saignement. La présence de saignements du rectum peut nécessiter une sigmoïdoscopie ou une coloscopie ( Endoscopie) afin d’écarter une maladie plus grave, comme une tumeur.

Traitement

  • Émollients fécaux et bains de siège

  • Pour les hémorroïdes thrombosées externes, retrait du caillot sanguin

  • Pour les hémorroïdes internes, sclérothérapie par injection ou ligature élastique

Le plus souvent, les hémorroïdes ne nécessitent pas de traitement, à moins qu’elles ne provoquent des symptômes. La prise de laxatifs émollients ou de laxatifs de lest (comme le psyllium) peut diminuer l’effort de défécation. Parfois, les symptômes peuvent être soulagés en plongeant l’anus dans de l’eau chaude, c’est-à-dire en effectuant un bain de siège. Ce dernier est réalisé en s’accroupissant ou en s’asseyant pendant 10 à 15 minutes dans une baignoire partiellement remplie, ou en utilisant un récipient rempli d’eau chaude, placé sur les toilettes ou une chaise d’aisance.

Pour les hémorroïdes thrombosées externes, en particulier celles qui provoquent une douleur intense, un médecin peut injecter un anesthésique local et inciser le caillot sanguin ou l’hémorroïde, ce qui soulage parfois la douleur plus rapidement.

Prendre de l'acétaminophène ou un anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS) peut contribuer à soulager la douleur d’une hémorroïde thrombosée. Les pommades anesthésiques locales ou les compresses d’hamamélis peuvent également aider. La douleur et la tuméfaction diminuent en général assez rapidement, et les thrombus disparaissent en 4 à 6 semaines.

Pour les hémorroïdes internes hémorragiques, le médecin peut injecter une substance qui provoque une cicatrisation du tissu et détruit les hémorroïdes. Cette procédure est appelée sclérothérapie par injection.

Les hémorroïdes internes de gros diamètre ou résistantes à la sclérothérapie par injection peuvent être liées par des anneaux élastiques (technique appelée ligature élastique). L’élastique entraîne la réduction et la disparition progressives et indolores de l’hémorroïde. Les hémorroïdes sont traitées à intervalles de 2 semaines environ.

D’autres méthodes visant à détruire les hémorroïdes internes sont en cours de test. L’utilisation d’une lumière infrarouge (photocoagulation à infrarouges) semble être efficace. Les traitements utilisant des lasers, des sondes de congélation ou un courant électrique (électrocoagulation) n’ont pas d’efficacité prouvée. La ligature élastique est encore le traitement recommandé.

Ligature d’une hémorroïde

Certaines hémorroïdes internes sont retirées grâce à la pose d’élastiques, lors d’une intervention ambulatoire appelée ligature. L’appareil à ligatures est une pince entourée d’un cylindre, au bout duquel sont placés des élastiques de 0,5 cm. L’appareil à ligatures est introduit dans l’anus par un anuscope (un tube optique, court et rigide), et les hémorroïdes sont saisies à l’aide de la pince. Le cylindre coulisse le long de la pince puis des bourrelets hémorroïdaires, puis les élastiques sont poussés au-delà du cylindre jusqu’à la base des bourrelets. Les élastiques arrêtent le flux de sang dans les hémorroïdes, provoquant leur chute spontanée et indolore au bout de quelques jours. Les hémorroïdes sont ligaturées une à une à intervalles de 2 semaines. Plusieurs traitements peuvent être nécessaires. Parfois, plusieurs hémorroïdes peuvent être ligaturées lors d’une seule visite.

L’intervention d’exérèse des hémorroïdes peut être effectuée si les autres traitements n’ont pas fonctionné. Cependant, la chirurgie pour les hémorroïdes (appelée hémorroïdectomie) peut entraîner des douleurs intenses, ainsi qu’une rétention urinaire et une constipation. Des techniques moins douloureuses sont étudiées, comme la ligature artérielle de l’hémorroïde guidée par Doppler, dans laquelle les artères hémorroïdales sont identifiées par échographie et liées avec une suture, ce qui limite l’apport de sang aux hémorroïdes. Une autre technique, appelée hémorroïdopexie circulaire par agrafage, consiste à utiliser une agrafeuse chirurgicale circulaire pour retirer ou resuspendre les hémorroïdes saillantes. Cette technique entraîne moins de douleur postopératoire, mais elle peut donner lieu à un taux plus élevé de complications et à une récidive des hémorroïdes.

Ressources dans cet article