Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Appendicite

Par Parswa Ansari, MD, Assistant Professor and Program Director in Surgery, Hofstra Northwell - Lenox Hill Hospital, New York

L’appendicite est l’inflammation et l’infection de l’appendice.

  • Souvent, une obstruction à l’intérieur de l’appendice provoque une inflammation et une infection de l’appendice.

  • Douleurs abdominales, nausées et fièvre sont des symptômes fréquents.

  • Une chirurgie exploratoire ou un examen d’imagerie, comme une tomodensitométrie ou une échographie, est réalisé(e).

  • Le traitement consiste en un acte chirurgical visant à retirer l’appendice et des antibiotiques pour traiter l’infection.

L’appendice est un prolongement en forme de doigt de gant du gros intestin situé à proximité du point où il se lie à l’intestin grêle. L’appendice a certaines fonctions immunologiques, mais n’est pas considéré comme un organe majeur.

À l’exception des hernies étranglées, l’appendicite est la cause la plus fréquente de douleur abdominale soudaine et intense, ainsi que d’intervention chirurgicale au niveau de l’abdomen, aux États-Unis. Plus de 5 % de la population développent une appendicite à un moment ou à un autre de la vie. Le plus souvent, l’appendicite survient au cours de l’adolescence et dans la vingtaine, mais peut être observée à n’importe quel âge.

Les causes d’appendicite ne sont pas véritablement connues. Cependant, dans la plupart des cas, une obstruction à l’intérieur de l’appendice est probablement à l’origine d’un processus. L’obstruction peut résulter d’un petit morceau de selles dures, d’un corps étranger, voire de vers, bien que cela soit rare. Cette obstruction peut provoquer une inflammation et une infection de l’appendice. Si l’inflammation persiste en l’absence de traitement, l’appendice se perfore. La rupture de l’appendice peut induire la formation d’une poche d’infection remplie de pus (abcès). En résultat, une péritonite (inflammation et généralement infection de la cavité abdominale, qui peut provoquer une infection potentiellement mortelle) peut se développer. Chez la femme, l’infection des ovaires et des trompes de Fallope est possible, et la cicatrisation qui en résulte peut bloquer ces dernières et être une cause de stérilité. Une rupture de l’appendice peut également permettre aux bactéries de se disséminer dans la circulation sanguine, une situation potentiellement mortelle appelée sepsis.

Symptômes de l’appendicite

Moins de 50 % des personnes qui ont une appendicite présentent les symptômes classiquement décrits, c'est-à-dire une douleur qui commence dans le haut de l'abdomen ou autour du nombril, puis des nausées et des vomissements, et après quelques heures, une disparition des nausées et une douleur qui se déplace dans le quadrant droit inférieur de l'abdomen. La pression manuelle sur cette zone est douloureuse et, lors du relâchement, la douleur peut augmenter significativement (douleur à la décompression). Une fièvre comprise entre37,7 ° et 38,3 °C est fréquente. Le fait de bouger et de tousser augmente la douleur.

Chez de nombreuses personnes, notamment les nourrissons et les enfants, la douleur peut être diffuse plutôt que localisée à la partie inférieure droite de l’abdomen. Chez les personnes âgées et chez la femme enceinte, la douleur peut être moins intense et l’abdomen est moins douloureux à la palpation.

En cas de rupture de l’appendice, la douleur peut diminuer pendant plusieurs heures. Ensuite, la péritonite survient, et la douleur et la fièvre peuvent devenir sévères. L’infection plus sévère peut entraîner un choc.

Le saviez-vous ?

  • Aux États-Unis, plus de 5 % de la population finit par développer une appendicite.

Diagnostic de l’appendicite

  • Un examen médical du médecin

  • Examens d’imagerie

  • Laparoscopie

  • Analyse de sang

Une appendicite peut être suspectée sur les symptômes présentés par le patient et de l’examen (radiologique) de l’abdomen. En cas de forte suspicion d’appendicite, une chirurgie est en général réalisée en urgence.

Si le diagnostic est imprécis, les médecins effectuent généralement un examen d’imagerie comme une tomodensitométrie (TDM) ou une échographie. L’échographie est particulièrement utile chez les enfants, pour lesquels il est important de limiter l’exposition aux radiations afin de réduire le risque de futurs cancers.

Les médecins peuvent également réaliser une laparoscopie pour explorer la cavité abdominale et pour aider à poser le diagnostic.

Les analyses de sang montrent une légère augmentation de la numération des globules blancs en réponse à l’infection.

Pronostic

L’évolution fatale d’une appendicite est très rare en cas d’intervention précoce. Le patient peut le plus souvent quitter l’hôpital en 1 à 3 jours et, en général, la convalescence est de courte durée et complète. Toutefois, les personnes âgées mettent souvent plus de temps à récupérer.

Sans intervention chirurgicale ou antibiotiques (comme ce peut être le cas dans des contrées lointaines n’ayant pas accès aux soins médicaux modernes), plus de 50 % des personnes qui présentent une appendicite meurent.

En cas de perforation de l’appendice, le pronostic est plus grave. Il y a quelques décennies, une perforation était souvent mortelle. L’intervention chirurgicale et les antibiotiques ont abaissé la mortalité à une valeur proche de zéro, mais des interventions répétées et une longue convalescence peuvent être nécessaires.

Traitement de l’appendicite

  • Ablation chirurgicale de l’appendice

  • Antibiotiques et liquides administrés par voie veineuse

La chirurgie est le principal traitement de l’appendicite. Retarder la prise en charge chirurgicale jusqu’à ce que la cause de la douleur abdominale soit certaine peut conduire au décès du patient : Un appendice infecté peut se perforer moins de 36 heures après l’apparition des symptômes.

Si l’on décèle une appendicite, des liquides et des antibiotiques sont administrés par voie intraveineuse et l’appendice est retiré (appendicectomie). Si le médecin opère et ne trouve pas d’appendicite, l’appendice est quand même retiré en règle générale, afin de prévenir de futurs risques d’appendicite.

On s’est récemment intéressé au traitement de l’appendicite uniquement par antibiotiques, afin de retarder ou d’éviter une chirurgie. Bien que ce traitement soit réussi chez certains patients, il est encore à l’étude, et le retrait chirurgical de l’appendice est encore considéré comme le traitement recommandé pour l’appendicite.

Ressources dans cet article