Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Dysarthrie

Par Juebin Huang, MD, PhD, Assistant Professor, Department of Neurology, Memory Impairment and Neurodegenerative Dementia (MIND) Center, University of Mississippi Medical Center

La dysarthrie est une incapacité à articuler les mots de façon normale.

  • L’élocution peut être saccadée, hachée, chuchotante, irrégulière, imprécise ou monotone, mais les personnes peuvent comprendre le langage et l’utiliser correctement.

  • Les praticiens évaluent la force musculaire et le mouvement en demandant à la personne d’accomplir des tâches simples impliquant la bouche et la langue, et de répéter des mots et des phrases.

  • L’orthophonie est utile chez certaines personnes atteintes de dysarthrie.

Bien que la dysarthrie semble être un trouble du langage, elle correspond en réalité à un trouble musculaire (moteur).

Causes de la dysarthrie

La dysarthrie peut être due à une lésion des régions suivantes :

  • Les parties du cerveau qui contrôlent le mouvement musculaire.

  • Cervelet : le cervelet, placé entre le cerveau et le tronc cérébral, coordonne les mouvements corporels.

  • Noyaux basaux : ces gros ensembles de cellules nerveuses permettent de coordonner les mouvements et de les fluidifier.

  • Tronc cérébral : le tronc cérébral contrôle les muscles qui sont utilisés pour respirer et ceux qui sont utilisés pour produire des sons.

  • Les fibres nerveuses qui relient la couche extérieure du cerveau (cortex cérébral) au tronc cérébral : Ces fibres nerveuses transmettent des informations nécessaires pour contrôler et coordonner les muscles utilisés pour parler, y compris les muscles des lèvres, de la langue, du palais et des cordes vocales.

  • Jonction neuromusculaire : les fibres nerveuses se connectent aux muscles de la jonction neuromusculaire.

Ces structures peuvent être endommagées par des pathologies dégénératives (telles que sclérose latérale amyotrophique, maladie de Parkinson et maladie de Huntington), une sclérose en plaques, des traumatismes crâniens, des tumeurs cérébrales, des AVC et des infections telles que la maladie de Lyme.

Symptômes de la dysarthrie

Les personnes qui souffrent de dysarthrie produisent des sons proches de ce qu’ils voudraient dire et dans un ordre correct. Le langage peut cependant être haché, saccadé, haletant, irrégulier, imprécis ou monotone selon le site de l’atteinte.

Comme la compréhension et le maniement du langage ne sont en général pas affectés, la plupart des personnes qui souffrent de dysarthrie peuvent lire et écrire normalement.

Le trouble à l’origine de la dysarthrie peut également entraîner des difficultés de mastication et de déglutition.

Diagnostic de la dysarthrie

  • Évaluation du médecin

  • Tests de la fonction cérébrale

  • Examens d’imagerie

Un orthophoniste ou un médecin interroge les personnes sur les symptômes et procède à un examen clinique. Le praticien peut également :

  • Demander à la personne d’accomplir des tâches simples, comme souffler une bougie, se mordre la lèvre inférieure et tirer la langue : lorsque le praticien observe la personne accomplissant ces tâches, il peut évaluer la force des muscles impliqués dans le langage et leur mouvement.

  • Demander à la personne de répéter des mots et des phrases, de chanter et de compter : l’observation de la personne produisant des sons aide le praticien à détecter les problèmes d’élocution, tels que le chuchotement et l’élocution saccadée.

Des examens standardisés de la fonction cognitive peuvent être réalisés par un neuropsychologue ou un orthophoniste. Ces examens aident également les praticiens à planifier un traitement et déterminer la probabilité de rétablissement.

Des examens d’imagerie, comme une tomodensitométrie (TDM) ou une imagerie par résonance magnétique (IRM), sont réalisés, pour aider à identifier la cause.

D’autres examens peuvent être réalisés selon la cause suspectée. Ces examens peuvent inclure des analyses de sang et d’urine, une ponction lombaire, une électroencéphalographie (EEG) et une électromyélographiue et des études de la conduction nerveuse.

Traitement de la dysarthrie

  • Orthophonie

  • Parfois, utilisation d’un dispositif de communication

L’orthophonie est utile chez certaines personnes atteintes de dysarthrie. Cette thérapie peut impliquer des exercices respiratoires et musculaires et la répétition des mots ou des phrases.

Si la dysarthrie est grave, les thérapeutes peuvent recommander d’utiliser un tableau à lettres ou à images ou un dispositif sur ordinateur avec un clavier et un écran à messages.