Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Cancer du nasopharynx

Par Bradley A. Schiff, MD, Associate Professor, Department of Otorhinolaryngology-Head and Neck Surgery, Montefiore Medical Center, The University Hospital of Albert Einstein College of Medicine

  • Le cancer du nasopharynx se situe à l’arrière des voies nasales en commençant au-dessus du voile du palais jusqu’à la partie supérieure de la gorge.

  • Les personnes développent souvent des nodules dans le cou ou peuvent avoir une sensation de plénitude ou des douleurs dans les oreilles et peuvent avoir une perte d’audition.

  • Une biopsie est nécessaire pour le diagnostic, et des tests d’imagerie sont effectués pour évaluer l’étendue du cancer.

  • Le traitement implique la radiothérapie, la chimiothérapie et parfois la chirurgie.

Le nasopharynx inclut l’arrière des voies nasales en commençant au-dessus du voile du palais jusqu’à la partie supérieure de la gorge ( Anatomie du nez et de la gorge). La plupart des cancers du nasopharynx sont des carcinomes épidermoïdes, ce qui signifie qu’ils se développent dans les cellules squameuses recouvrant le nasopharynx.

Le cancer du nasopharynx peut se développer chez des personnes de tout âge. Bien que rare en Amérique du Nord, le cancer du nasopharynx est l’un des cancers les plus fréquents chez les personnes d’origine chinoise, en particulier du sud de la Chine, et d’ascendance d’Asie du Sud. Ce cancer est aussi plus fréquent chez les Chinois qui ont émigré en Amérique du Nord, comparativement au reste de la population américaine. Il est légèrement moins fréquent chez les Chinois nés en Amérique, par rapport à leurs parents ou grands-parents migrants.

Le virus d’Epstein-Barr, qui provoque la mononucléose infectieuse, a un rôle dans le développement du cancer du nasopharynx. Il existe également une prédisposition héréditaire. De plus, les enfants et les jeunes adultes qui consomment du poisson salé en grandes quantités et des aliments conservés au moyen de nitrites sont plus susceptibles de développer un cancer du nasopharynx.

Symptômes

Parfois, une obstruction persistante du nez ou des trompes d’Eustache peut entraîner en premier lieu une sensation de plénitude ou des douleurs dans les oreilles, ainsi qu’une perte auditive, en particulier de façon unilatérale. Si la trompe d’Eustache est obstruée, un épanchement liquide peut s’accumuler dans l’oreille moyenne. Les personnes peuvent aussi avoir des douleurs dans l’oreille, un visage gonflé, un écoulement nasal de pus et de sang, des ganglions lymphatiques gonflés et des saignements de nez. Une partie du visage ou un œil peut devenir paralysé. Néanmoins, la plupart du temps, le cancer s’étend tout d’abord aux ganglions lymphatiques du cou, entraînant des nodules dans le cou avant tout autre symptôme.

Diagnostic

  • Endoscopie

  • Biopsie

  • Tests d’imagerie

Les médecins examinent d’abord le nasopharynx avec un miroir spécial ou une sonde d’observation flexible (endoscope). Si une tumeur est détectée, les médecins effectuent une biopsie de la tumeur, dans laquelle un échantillon de tissu est prélevé et examiné au microscope. Une tomodensitométrie (TDM) de la base du crâne et une imagerie par résonance magnétique (IRM) de la tête, du nasopharynx et de la base du crâne sont effectuées pour évaluer l’étendue du cancer. Une tomographie par émission de positons (TEP) est aussi couramment effectuée pour évaluer l’étendue du cancer et des ganglions lymphatiques dans le cou.

Pronostic

Un traitement précoce améliore considérablement le pronostic. Environ 60 à 75 % des personnes atteintes d’un cancer de stade précoce ont un bon résultat et survivent au moins 5 ans après le diagnostic, alors que moins de 40 % des personnes atteintes d’un cancer de stade IV survivent au moins 5 ans après le diagnostic.

Traitement

  • Radiothérapie

  • Chimiothérapie

  • Parfois, chirurgie

La tumeur du nasopharynx est traitée par radiothérapie et chimiothérapie, car elle est très difficile à éliminer par chirurgie. Si la tumeur réapparaît, la radiothérapie est renouvelée et la chirurgie peut être tentée. Cette opération est cependant complexe car elle implique généralement une ablation d’une partie de la base du crâne. Cette chirurgie est parfois réalisée par le nez à l’aide d’un endoscope. Dans certains cas, cette approche est aussi efficace qu’une chirurgie plus invasive et entraîne moins de complications.

Informations supplémentaires