Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Présentation des leucémies

Par Michael E. Rytting, MD, Department of Leukemia, University of Texas MD Anderson Cancer Center;Department of Pediatrics, University of Texas MD Anderson Cancer

Les leucémies sont des cancers des globules blancs ou des cellules qui se développent en globules blancs.

Les globules blancs sont issus de la différenciation (ou maturation) progressive de cellules souches dans la moelle osseuse. La différenciation se déroule parfois de façon anormale et des parties de chromosomes font l’objet de réarrangements. Les chromosomes qui présentent ces anomalies perturbent la division cellulaire normale, de sorte que les cellules touchées se multiplient de manière incontrôlée ou deviennent résistantes à la mort cellulaire normale, ce qui est à l’origine de la leucémie.

Classification

Les leucémies se divisent en quatre principaux types :

  • La leucémie lymphoïde aiguë

  • La leucémie myéloïde aiguë

  • La leucémie lymphoïde chronique

  • La leucémie myéloïde chronique

Ces types sont définis en fonction de la rapidité de leur évolution et des caractéristiques des globules blancs qui deviennent cancéreux. Les leucémies aiguës se caractérisent par un développement rapide, et présentent des cellules immatures. Les leucémies chroniques progressent plus lentement et présentent des cellules plus matures. Les leucémies lymphocytaires résultent de la transformation maligne de lymphocytes ou de cellules qui normalement produisent les lymphocytes. Les leucémies myélocytaires (myéloïdes) proviennent de la transformation maligne de cellules qui normalement produisent les neutrophiles, les basophiles, les éosinophiles et les monocytes.

Complications

Les cellules leucémiques finissent par envahir la moelle osseuse et remplacent ou suppriment le développement cellulaire normal. Cette interférence avec la fonction cellulaire normale de la moelle osseuse peut entraîner une baisse du nombre de globules rouges (ce qui provoque une anémie), des globules blancs (ce qui augmente le risque d’infection), et de plaquettes (ce qui augmente le risque d’hémorragie). Les leucémies peuvent également envahir d’autres organes, dont le foie, la rate, les ganglions, les testicules et le cerveau.

Causes

La cause de la plupart des leucémies est inconnue. L’exposition à des radiations, à certaines chimiothérapies ou à certains produits chimiques (tels que le benzène) augmente le risque d’apparition de certains types de leucémie, même si la maladie survient chez un très faible nombre de personnes. Certaines maladies héréditaires, telles que le syndrome de Down et l’anémie de Fanconi, augmentent également le risque de leucémie. Chez certaines personnes, la leucémie est due à certaines anomalies des chromosomes. On suspecte qu’un virus connu, le virus lymphotropique T humain de type 1 ou HTLV-I (human T-cell lymphotropic virus type 1), proche du virus du SIDA, induise le développement d’une leucémie lymphocytaire rare que l’on appelle leucémie à cellules T de l’adulte. L’infection par le virus d’Epstein-Barr, qui provoque également la mononucléose, est associée à une forme agressive de leucémie lymphoïde appelée lymphome de Burkitt.

Traitement

De nombreuses formes de leucémie peuvent être traitées efficacement, et certaines peuvent guérir.

Les complications de la leucémie peuvent également nécessiter un traitement. Si la leucémie a entraîné une anémie sévère, des transfusions sanguines peuvent être nécessaires. Les personnes peuvent prendre des antibiotiques en cas d’infection. En cas de saignement, il peut être nécessaire de transfuser des plaquettes.

Lorsque la leucémie est contrôlée, le nombre de cellules anormales dans la moelle osseuse n’augmente pas et le patient est dit en rémission. Si des cellules leucémiques réapparaissent, le patient est dit en rechute. Dans ce cas, la qualité de vie finit par se détériorer et le bénéfice potentiel d’un nouveau traitement peut être extrêmement limité. Dès lors, maintenir la qualité de vie de la personne peut être plus important que de prolonger, de peu, son espérance de vie. Le patient et sa famille doivent être impliqués dans ces décisions. Tout doit être fait pour dispenser des soins avec compassion, soulager les symptômes ( Les choix de traitement en phase terminale) et préserver la dignité de la personne.

Pour plus de renseignements