Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Syndrome de DiGeorge

Par James Fernandez, MD, PhD, Clinical Assistant Professor of Medicine;Director, Allergy and Clinical Immunology;Cleveland Clinic, Staff, Department of Allergy and Clinical Immunology, Cleveland Clinic Lerner College of Medicine at Case Western Reserve University;Louis Stokes VA Medical Center, Wade Park;

Le syndrome de DiGeorge est un déficit immunitaire congénital caractérisé par l’absence ou le développement insuffisant du thymus, à la naissance.

  • Les enfants atteints du syndrome de DiGeorge naissent avec plusieurs anomalies, y compris des anomalies cardiaques congénitales, des glandes parathyroïdes peu développées ou absentes, un thymus peu développé ou absent et des traits faciaux inhabituels.

  • Le médecin effectue des analyses de sang, fait une radiographie du thorax pour examiner le thymus, accompagnée généralement d’une échocardiographie pour estimer les anomalies cardiaques congénitales.

  • Si l’enfant n’a pas de lymphocytes T, une greffe de tissu thymique ou de cellules souches est nécessaire pour préserver la vie de l’enfant.

Le syndrome de DiGeorge est un déficit immunitaire primitif. Il est généralement dû à une anomalie chromosomique, mais ne se transmet généralement pas au sein des familles. La plupart des cas surviennent spontanément, sans raison connue. Garçons et filles sont affectés de la même façon.

Le fœtus ne se développe pas normalement et des anomalies affectent souvent les organes suivants :

  • Cœur : Les enfants naissent souvent présentant un trouble cardiaque congénital (une anomalie cardiaque présente à la naissance).

  • Glande parathyroïde : L’enfant naît généralement avec des glandes parathyroïdes (qui contribuent à réguler les taux de calcium dans le sang) insuffisamment développées ou inexistantes. Par conséquent, les taux de calcium sont faibles, ce qui entraîne des spasmes musculaires (tétanie). Les spasmes démarrent en général dans les 48 heures qui suivent la naissance.

  • Visage : L’enfant présente en général des traits faciaux inhabituels, tels que des oreilles basses, une petite mâchoire en retrait ou des yeux très écartés. Il peut présenter une fente dans le palais (fente palatine).

  • Thymus : Le thymus est nécessaire pour le développement normal des lymphocytes T. Comme cette glande est absente ou insuffisamment développée, le nombre de lymphocytes T est faible, ce qui limite leur capacité de combattre de nombreuses infections. Les infections débutent rapidement après la naissance et récidivent fréquemment. Toutefois, le fonctionnement des lymphocytes T varie considérablement. Par ailleurs, les lymphocytes T peuvent spontanément se mettre à mieux fonctionner.

Le pronostic est en général lié à la gravité de l’atteinte cardiaque.

Diagnostic

  • Analyses de sang

Les médecins suspectent un syndrome de DiGeorge en se basant sur les symptômes.

Des analyses de sang sont effectuées afin de :

  • déterminer le nombre total de cellules sanguines et le nombre de lymphocytes T et B ;

  • évaluer le fonctionnement des lymphocytes T et de la glande parathyroïde ;

  • évaluer la production d’immunoglobulines par l’organisme, en réponse aux vaccins.

Une radiographie du thorax peut être réalisée afin de vérifier la taille du thymus.

Comme le syndrome de DiGeorge affecte souvent le cœur, une échocardiographie est souvent effectuée. L’échocardiographie utilise des ondes sonores à haute fréquence (ultrasons) pour produire des images du cœur qui permettent la détection d’anomalies dans la structure du cœur, par exemple une anomalie congénitale.

Des tests chromosomiques peuvent être pratiqués afin de rechercher d’éventuelles anomalies.

Traitement

  • Suppléments calciques et de vitamine D

  • Parfois une greffe de tissu thymique ou de cellules souches

Chez les enfants qui possèdent tout de même quelques lymphocytes T, le système immunitaire peut fonctionner correctement, sans traitement. Les infections qui se développent doivent être rapidement traitées. Des compléments de calcium et de vitamine D sont administrés par voie orale afin de prévenir les spasmes musculaires.

Chez les enfants qui n’ont pas de lymphocytes T, ce trouble est mortel à moins de recourir à une greffe de tissu thymique. Cette greffe peut guérir l’immunodéficience. Avant d’être transplanté, le tissu thymique est placé dans une boîte de Pétri et traité afin d’éliminer les lymphocytes T matures. Ces derniers pourraient identifier le tissu du receveur comme étranger et l’attaquer, causant une réaction de greffe contre hôte. Alternativement, une greffe de cellules souches peut être effectuée.

Parfois la maladie cardiaque est plus grave que le déficit immunitaire et il peut être nécessaire de pratiquer une intervention chirurgicale pour prévenir une insuffisance cardiaque sévère ou la mort.