Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées en langage simple.

Antécédents médicaux et examen clinique dans les maladies musculosquelettiques

Par Alexandra Villa-Forte, MD, MPH, Cleveland Clinic

Antécédents médicaux

Pendant un examen musculosquelettique, le médecin interroge le patient sur les symptômes musculosquelettiques ressentis, mais recherche également d’autres symptômes, de type fièvre, frissons, perte de poids, éruption cutanée, douleur ou rougeur oculaire, et symptômes de troubles cardiaques, pulmonaires et gastro-intestinaux. Divers troubles musculosquelettiques peuvent être à l’origine ou en lien avec ces autres symptômes.

La douleur constitue le symptôme le plus fréquent des troubles musculosquelettiques ( Douleur musculosquelettique). Les médecins demandent aux personnes de décrire la nature, l’emplacement et la sévérité de la douleur. Ils leur demandent d’énumérer les facteurs qui aggravent ou soulagent la douleur et de déterminer s’il s’agit d’une nouvelle douleur ou d’une douleur récurrente. Les médecins cherchent à savoir si la douleur empire au premier mouvement d’une articulation ou après une sollicitation prolongée, et si la douleur est présente au réveil ou si elle se développe au fil de la journée. Les médecins demandent également s’il s’agit d’une douleur constante ou une sensation de brûlure. Il leur faut déterminer si le patient ressent la douleur en profondeur de l’articulation ou si d’autres structures musculosquelettiques semblent être affectées. Identifier le type et l’emplacement de la douleur peut aiguiller les médecins sur la cause de la douleur.

Les personnes atteintes de troubles musculosquelettiques présentent souvent une raideur ( Raideur articulaire). Les médecins demandent aux personnes de décrire ce qu’elles entendent par « raideur ». Par exemple, le terme « raideur » peut servir à décrire une faiblesse ou une fatigue extrême, mais s’utilise certainement davantage pour décrire une difficulté à bouger les articulations (c’est-à-dire que le patient ressent une résistance lorsqu’il essaie de bouger une articulation). Les médecins demandent également aux personnes de décrire à quel moment elles ressentent cette raideur. Dans certaines maladies articulaires (comme la polyarthrite rhumatoïde et l’arthrose), on observe une raideur dès que la personne commence à bouger après une période de repos, ou au réveil. Les médecins doivent également déterminer à quel endroit les personnes ressentent la raideur et combien de temps elle dure. Par exemple, dans les troubles qui provoquent une inflammation (comme la polyarthrite rhumatoïde), la raideur est prolongée (elle peut durer plus d’une heure), tandis que dans les troubles qui ne provoquent pas d’inflammation (comme l’arthrose), la raideur est de courte durée (elle peut durer 10 minutes seulement) même si cela est intense et la douleur persiste.

La fatigue est un autre symptôme sur lequel les médecins interrogent le patient ( Fatigue). La fatigue peut résulter d’un trouble qui affecte plusieurs systèmes de l’organisme et provoque une inflammation ou d’un trouble qui perturbe le sommeil normal.

Examen clinique

Au cours de son examen clinique, le médecin recherche des informations en fonction du trouble ou de la lésion suspecté(e). Pour évaluer les os, en cas de suspicion de fracture ( Présentation des fractures), le médecin peut noter que la partie touchée (par exemple, un bras ou une jambe) présente une forme anormale, ce qui suggère que les différents segments de l’os ne sont pas alignés. Un médecin peut toucher (palper) la surface des os et des articulations pour détecter une douleur, une chaleur, la présence de fluide dans l’articulation ou une forme anormale, en particulier en cas de suspicion de fracture, de tumeur ou d’infection osseuse (ostéomyélite). Les fractures par compression de la colonne vertébrale résultant de l’ostéoporose et des fractures de fatigue peuvent s’avérer très douloureuses dans un premier temps, sans pour autant que l’on détecte une anomalie de forme. Des bosses anormales au niveau des os peuvent indiquer une tumeur. En cas de suspicion d’ostéomyélite, un médecin ou le personnel infirmier vérifie si la personne a de la fièvre.

Lorsqu’une personne se plaint de faiblesse musculaire, le médecin palpe les muscles afin d’évaluer la masse musculaire, le tonus musculaire (degré de relâchement du muscle lorsqu’il n’est pas sollicité), ainsi que la force et la sensibilité musculaires ( Nerfs moteurs). Les muscles sont également scrutés à la recherche de mouvements involontaires, ce qui peut être le signe d’une maladie nerveuse que d’une maladie musculaire. Les médecins recherchent une diminution de la masse musculaire (atrophie), qui peut être due à des lésions musculaires ou nerveuses et à l’absence d’utilisation (atrophie de non-utilisation), comme cela se produit parfois après un alitement prolongé. Les médecins cherchent également à repérer une augmentation du volume musculaire (hypertrophie), laquelle résulte normalement d’activités ou d’exercices qui sollicitent le muscle de manière répétée, comme l’haltérophilie. Cependant, chez une personne malade, l’hypertrophie peut être provoquée par une charge de travail excessive sur un muscle afin de compenser la faiblesse d’un autre. Les muscles peuvent également gagner en volume lorsqu’un tissu musculaire normal est remplacé par du tissu anormal, ce qui augmente la taille mais pas la force du muscle. Du tissu anormal peut remplacer les muscles dans l’amyloïdose et dans certaines maladies musculaires héréditaires, comme la dystrophie musculaire de Duchenne.

Les médecins tentent de préciser quels muscles (le cas échéant) sont fragilisés et dans quelle mesure ( Tests). Les muscles sont évalués systématiquement, en commençant, en général, par ceux du visage et du cou, en passant ensuite aux membres supérieurs, puis aux membres inférieurs. Normalement, une personne doit pouvoir maintenir les bras tendus, paumes vers le ciel, pendant une minute sans qu’ils baissent, tournent ou tremblent. Si le bras a tendance à retomber, avec la paume tournée en dedans, c’est un signe de faiblesse. L’examen de force contre résistance consiste à exercer une poussée ou une traction pendant que le médecin pousse ou tire dans la direction opposée. La force est également testée en demandant à la personne d’exécuter certaines manœuvres, comme marcher sur les talons et sur la pointe des pieds ou se relever alors qu’elle est en position assise ou se lever et se rasseoir rapidement 10 fois. La personne doit regarder dans toutes les directions. Si elle développe une vision double, un ou plusieurs muscles oculaires peuvent être faibles.

Le médecin évalue l’amplitude active des mouvements de la personne. L’amplitude active des mouvements correspond à la plage maximale que peuvent couvrir les personnes lorsqu’elles bougent elles-mêmes leur articulation. Une amplitude active limitée des mouvements peut indiquer une faiblesse, une douleur ou une raideur, ainsi que des anomalies mécaniques (comme la formation de cicatrices ou un gonflement). Le médecin évalue ensuite l’amplitude passive des mouvements de la personne. L’amplitude passive des mouvements correspond à la plage maximale sur laquelle le médecin peut déplacer l’articulation de la personne lorsque celle-ci est totalement relâchée. Le médecin contrôle également le tonus musculaire en déplaçant passivement le membre. La résistance au mouvement passif (appelée résistance passive) peut diminuer en cas de lésion du nerf qui contrôle le muscle. La résistance à ce mouvement peut augmenter en cas de lésion de la moelle épinière ou du cerveau. Si une personne présente une faiblesse, le médecin tape également sur le tendon musculaire de la personne avec un marteau en caoutchouc pour vérifier ses réflexes ( Réflexes). En cas de lésion du nerf qui contrôle le muscle, les réflexes peuvent être plus lents qu’on s’y attendrait. En revanche, ils peuvent être plus rapides qu’on s’y attendrait en cas de lésion de la moelle épinière ou du cerveau.

Les médecins notent quelles articulations ou quels membres sont affecté(e)s. Trouver des caractéristiques communes aux articulations et aux membres affectés peut aider les médecins à déterminer la cause.

Les médecins examinent également plus en détail les articulations affectées. Par exemple, ils examinent les articulations pour détecter la présence éventuelle de fluide à l’intérieur (appelée épanchement articulaire). Ils peuvent tester des mouvements actifs ou passifs spécifiques. Ils peuvent tirer ou appliquer une force sur l’articulation afin de tester sa stabilité.