Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Dépistage du cancer

Par Bruce A. Chabner, MD, Harvard Medical School;Massachusetts General Hospital Cancer Center ; Elizabeth Chabner Thompson, MD, MPH, New York Group for Plastic Surgery

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

Le cancer peut parfois être détecté chez des patients asymptomatiques par l'examen clinique classique ou des tests de dépistage.

L'examen clinique à la recherche d'un cancer de la thyroïde, de la cavité orale, de la peau, des ganglions lymphatiques, des testicules, de la prostate et des ovaires est intégré dans tous les bilans médicaux de routine.

Les tests de dépistage sont effectués chez des patients asymptomatiques à risque (v. aussi Examens complémentaires : Tests de dépistage). En effet, un diagnostic précoce peut diminuer la mortalité du cancer. Une détection précoce permet des traitements moins radicaux et diminue les coûts. Les faux positifs justifient une confirmation du diagnostic par d'autres examens (p. ex., biopsie, endoscopie) qui sont inquiétants pour le patient et ont une morbidité importante et un coût élevé; et des résultats faussement négatifs peuvent être trop rassurants et faire méconnaître par le patient l’importance d'une symptomatologie ultérieure.

Le dépistage du cancer est nécessaire dans les situations suivantes:

  • Lorsque des groupes à haut risque peuvent être identifiés (p. ex., personnes avec d'importants antécédents de cancer du sein ou de la prostate)

  • Si la maladie a une période asymptomatique pendant laquelle le traitement pourrait modifier l'évolution (cancer du sein et du colon)

  • Si la morbidité du trouble est significative et si la détection est retardée

  • Lorsqu'un test de dépistage sensible, spécifique et d'un cout raisonnable est disponible

Les tests de dépistage sont en pleine évolution et sont recommandés en fonction des études scientifiques publiées (v. Tests de dépistage chez les sujets asymptomatiques à risque moyen (recommandation de l'American Cancer Society)*).

Tests de dépistage chez les sujets asymptomatiques à risque moyen (recommandation de l'American Cancer Society)*

Type de cancer

Procédure

Fréquence

Cancer du sein

Auto-examen du sein

Tous les mois ou périodiquement après l'âge de 20 ans

Examen clinique des seins

Tous les 3 ans entre les âges de 20 et 39 ans, puis annuellement

Mammographie

Tous les ans, à partir de 40 ans

IRM

Annuel (en plus de la mammographie), à partir de 40 ans, uniquement pour certaines femmes à haut risque

Cancer du col de l'utérus

Test de Papanicolaou (Pap test), avec parfois test du papillomavirus humain (HPV)

Pap test tous les 3 ans entre 21 et 29 ans

Pap test plus test HPV tous les 5 ans entre 30 et 65 ans ou Pap test tous les 3 ans

Après 65 ans, aucun test si les tests précédents étaient normaux

Cancers utérins et ovariens

Examen pelvien

Tout les 1 à 3 ans entre les âges de 18 et 40 ans, puis annuel

Cancer de la prostate

Test sanguin pour l'Ag spécifique de la prostate

Les bénéfices du dépistage étant incertains, patient et médecin doivent discuter des risques et des avantages possibles du dépistage du cancer de la prostate.

Cancer du rectum et du côlon

Analyse des selles: sang occulte fécal, test immunochimique fécal ou un test ADN des selles

ou

Tous les ans, à partir de 50 ans

Sigmoïdoscopie flexible

ou

Tous les 5 ans, à partir de 50 ans

Coloscopie

ou

Tous les 10 ans, à partir de 50 ans

Colonographie TDM

Tous les 5 ans, à partir de 50 ans

*L'examen de la thyroïde, de la cavité orale, de la peau, la recherche d'adénopathies, l'examen des testicules et des ovaires doivent être réalisés systématiquement lors de l'examen clinique.

Ressources dans cet article