Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Infections à Vibrio non cholérique

Par Larry M. Bush, MD, University of Miami-Miller School of Medicine ; Maria T. Perez, MD, Wellington Regional Medical Center, West Palm Beach

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

Les vibrions non cholériques comprennent Vibrio parahaemolyticus, V. mimicus, V. alginolyticus, V. hollisae, et V. vulnificus; ils peuvent provoquer des diarrhées, des infections des plaies ou des septicémies.

Ces vibrions sont parfois qualifiés de vibrions non agglutinables (c.-à-d., qu'ils ne s'agglutinent pas avec le sérum des patients atteints de choléra). Ils sont habituellement présents en eaux tièdes salées ou en eau douce mélangée à de l'eau salée (p. ex., dans les estuaires).

V. parahaemolyticus, V. mimicus, et V. hollisae sont responsables habituellement d'épidémies de diarrhée d'origine alimentaire, impliquant typiquement des produits de la mer insuffisamment cuits (habituellement des coquillages). Les infections à V. parahaemolyticus se produisent habituellement au Japon et dans les zones côtières des USA. Les micro-organismes lèsent la muqueuse intestinale mais ne produisent pas d'entérotoxines ni n'envahissent la circulation sanguine. De plus, l'infection d'une plaie peut également se développer lorsque de l'eau de mer chaude contaminée pénètre dans une plaie mineure.

V. alginolyticus et V. vulnificus peuvent provoquer une infection sévère; aucun des deux ne génère d’entérite. V. vulnificus, lorsqu’ingéré par un patient débilité (il s’agit souvent de personnes présentant une affection hépatique chronique ou un déficit immunitaire), franchit la muqueuse intestinale sans déclencher d’entérite et entraîne une septicémie à forte mortalité; parfois, des personnes saines par ailleurs peuvent développer ces infections.

Symptomatologie

Le syndrome entérique survient brutalement après une période d’incubation de 15 à 24 h; les manifestations comprennent des crampes abdominales, des diarrhées liquides profuses (les selles peuvent être hémorragiques et contenir des polynucléaires), un ténesme, une asthénie, et parfois des nausées, des vomissements et un fébricule. Les symptômes s'amendent spontanément en 24 à 48 h.

La cellulite peut rapidement se développer dans les plaies contaminées dans certains cas (habituellement impliquant V. vulnificus) et évoluer vers une fasciite nécrosante, typiquement hémorragique, avec des lésions bulleuses.

Une septicémie à V. vulnificus entraîne un choc, des lésions cutanées bulleuses et souvent une coagulation intravasculaire disséminée (p. ex., une thrombopénie, une hémorragie); la mortalité est élevée.

Diagnostic

  • Cultures

Des cultures systématiques permettent de diagnostiquer facilement une infection des plaies ou une septicémie. Lorsqu'une infection entérique est suspectée, les micro-organismes Vibrio peuvent être mis en culture à partir des selles en milieu thiosulfate-citrate-sels biliaires-sucrose. Les fruits de mer contaminés sont également responsables de cultures positives.

Traitement

  • Ciprofloxacine ou doxycycline en cas d'infection entérique

  • Antibiotique et débridement chirurgical pour les plaies infectées

Les infections entériques à Vibrio non cholériques sont traitées par une dose unique de ciprofloxacine 1 g po ou de doxycycline 300 mg po. Cependant, en général, un tel traitement n'est pas nécessaire car l'infection est auto-limitée, bien que le traitement puisse être envisagé dans les cas graves. En cas de diarrhée, une attention particulière doit être prêtée au remplissage et au remplacement des électrolytes perdus.

Concernant les infections des plaies, les antibiotiques sont utilisés, habituellement, la doxycycline 100 mg po q 12 h, associée ou non à une céphalosporine de 3e génération pour l’infection des plaies sévères ou en cas de septicémie. La ciprofloxacine est une alternative acceptable. En cas de fasciite nécrosante, un débridement chirurgical est également nécessaire.

Points clés

  • Les vibrions non cholériques peuvent causer des diarrhées, des infections des plaies, ou des septicémies, selon les espèces et le mode d'exposition.

  • Diagnostiquer à l'aide des coprocultures, de cultures des plaies ou d'hémocultures le cas échéant.

  • Traiter les infections entériques graves par la ciprofloxacine ou la doxycycline à dose unique.

  • Traiter les infections des plaies par la doxycycline; en cas d'infection sévère, ajouter une céphalosporine de 3e génération.