Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Entérite clostridienne nécrosante

(Entérite nécrosante; Pigbel; Darmbrand)

Par Joseph R. Lentino, MD, PhD, Chief, Infectious Disease Section and Professor of Medicine, Loyola University Medical Center

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

L'entérite clostridienne nécrosante est une inflammation nécrosante du jéjunum et de l'iléon due à Clostridium perfringens.

L'entérite clostridienne nécrosante est une infection clostridienne légère à modérée, qui peut être mortelle si elle n'est pas traitée rapidement.

C. perfringens de type C entraîne parfois des maladies inflammatoires sévères de l'intestin grêle (principalement dans le jéjunum). La maladie est due à la toxine clostridienne β, qui est très sensible aux enzymes protéolytiques et est inactivée par la cuisson normale. L'inflammation est segmentaire, impliquant de petits ou de grandes zones avec différents stades d'hémorragie et de nécrose. Une perforation peut survenir.

La maladie survient principalement chez les populations présentant de multiples facteurs de risque, notamment les suivants:

  • Une carence en protéines (provoquant une synthèse inadéquate des protéases)

  • Une mauvaise hygiène alimentaire

  • Une importante consommation épisodique de viande

  • Des régimes habituels contenant des inhibiteurs de la trypsine (p. ex., les patates douces)

  • Une infestation par Ascaris (ces parasites sécrètent un inhibiteur de la trypsine)

Ces facteurs ne sont habituellement présents collectivement que dans l'arrière-pays de la Nouvelle-Guinée et certaines régions d'Afrique, d'Amérique Centrale ou d'Amérique du Sud et d'Asie. En Nouvelle-Guinée, la maladie est connue sous le nom de pigbel et est habituellement répandue par des porcs contaminés, par d'autres viandes et peut-être par les cacahuètes.

La gravité de maladie va de la diarrhée bénigne à des douleurs abdominales sévères d'évolution fulminante, des vomissements, des selles hémorragiques, un choc septique et parfois la mort en 24 h.

Le diagnostic d'entérite clostridienne nécrosante est basé sur la présentation clinique ainsi que la toxine dans les selles.

Le traitement de l'entérite nécrosante à clostridium repose sur les antibiotiques (pénicilline G, métronidazole). Pour près de 50% des patients gravement atteints, une intervention chirurgicale est nécessaire du fait d’une perforation, d’une occlusion intestinale persistante ou d’un échec de l’antibiothérapie. Un vaccin expérimental par anatoxine a été utilisé avec succès dans les zones d'endémies, mais n'est pas disponible dans le commerce.

Entérocolite neutropénique (typhlite)

Ce syndrome similaire potentiellement mortel apparaît dans le caecum des patients neutropéniques (p. ex., en cas de leucémie ou de chimiothérapie anticancéreuse). Il peut être associé à un sepsis dû à C. septicum.

Les symptômes sont la fièvre, des douleurs abdominales, des hémorragies digestives et une diarrhée.

Le diagnostic d'entérocolite neutropénique est basé sur les symptômes, la présence d'une neutropénie sévère, les résultats de la TDM abdominale, les hémocultures, les coprocultures et les recherches de toxines.

L'entérocolite neutropénique doit être distinguée de la diarrhée induite par C. difficile, d'une maladie du greffon contre l'hôte et de la colite due au cytomégalovirus.

Le traitement de l'entérocolite neutropénique repose sur les antibiotiques, mais une intervention chirurgicale peut être nécessaire.

Entérocolite nécrosante néonatale

L’entérocolite nécrosante néonatale, qui survient dans les USI néonatales, peut être due à C. perfringens, C. butyricum, ou C. difficile, bien que le rôle de ces microrganismes nécessite des études complémentaires.